Réactions
MotoGP GP des Pays-Bas

"Aucune excuse" pour Martín, certain qu'il ne pouvait pas gagner

Jorge Martín voit le verre à moitié plein après sa deuxième place au GP des Pays-Bas. Avec ou sans pénalité, rien n'y changeait : le leader du championnat est persuadé que Pecco Bagnaia était imbattable ce week-end et il l'applaudit sans rancune.

Jorge Martin, Pramac Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Deuxième samedi, deuxième dimanche : Jorge Martín n'a rien pu faire pour freiner la fusée Pecco Bagnaia, qui a donné la leçon à tout le monde sur une piste d'Assen qui lui réussit mieux que n'importe quelle autre. Entre les deux courses, le pilote Pramac a été pénalisé, reculant de trois places sur la grille de départ. Il estime cependant que ça n'est pas ce qui l'a empêché de battre son rival et concède sa défaite en toute loyauté.

S'il dit n'avoir "aucune excuse", Martín peut aussi se féliciter de sa prestation. Car pendant que Bagnaia enchaînait les records, il a certes eu du mal à trouver de bonnes sensations ce week-end, mais lui aussi a brillé par ses performances. Si son niveau était tout simplement insuffisant pour rivaliser avec le vainqueur, il lui a permis de lui-même largement dominer le reste du peloton.

Remonté à la troisième place à l'extinction des feux, il avait passé Maverick Viñales dès la moitié du premier tour et la deuxième place lui était alors acquise. Au quatrième passage sur la ligne, il avait une seconde d'avance sur ses poursuivants, puis deux secondes au tour suivant et pratiquement quatre à la mi-course. Bon gestionnaire désormais, l'Espagnol aura essentiellement couru en solitaire, mais c'était le prix à payer pour valider de gros points malgré tout.

Tu as vraiment fait le maximum et tenté de mettre Pecco sous pression. Ton rythme était incroyable aujourd'hui et pourtant il t'a manqué un peu de vitesse.

Je n'ai aucune excuse aujourd'hui. Je ne peux que féliciter Pecco pour ce qu'il a fait, c'était incroyable ! Je suis très content parce que j'étais en confiance, j'étais rapide, je freinais tard et je relançais tôt, et j'emmenais une très bonne vitesse dans les virages, alors j'ai fait mon maximum. J'ai le sentiment d'être un meilleur pilote que vendredi, et c'est mon objectif chaque week-end, d'essayer de m'améliorer moi-même ainsi que la moto. On a atteint cet objectif et le maximum que je pouvais obtenir aujourd'hui c'était la deuxième place.

Je suis content, ce sont de bons points pour le championnat, un week-end vraiment solide. Et mon rythme a été très bon : j'ai vu que les pilotes derrière étaient plus lents de deux ou trois dixièmes au tour, alors j'ai compris qu'il était inutile de continuer à attaquer pour essayer de le rattraper et j'ai juste cherché à finir la course.

Jorge Martín admet sa défaite mais il a tout de même encore faim...

Jorge Martín admet sa défaite mais il a tout de même encore faim...

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Pecco était tout simplement trop fort ce week-end, mais cela reste un bilan positif avec une double deuxième place pour toi et le 50e podium de ta carrière aujourd'hui.

Oui. Ça a été un week-end difficile, en tout cas vendredi et samedi matin, mais on a réussi à inverser la tendance. Hier, mes sensations n'étaient pas géniales, mais aujourd'hui je n'ai pas d'excuses, je dois féliciter Pecco parce qu'il était à un autre niveau. Je me sentais parfaitement bien, j'ai eu le sentiment de très bien piloter. J'ai vu les chronos, et c'était incroyable de voir à quelle vitesse on allait, et pourtant il se détachait malgré tout de quelques dixièmes par tour.

Je suis content, je crois avoir beaucoup amélioré mon pilotage pendant le week-end, ainsi que mes sensations mais ça n'a pas suffi. Je suis très content malgré tout de décrocher le 50e podium de carrière, c'est un joli chiffre.

Tu as pris le pneu medium à l'avant, mais on t'a vu te décider très tard avec ton équipe. C'était un choix difficile ?

C'était très difficile à décider parce que je n'avais essayé le medium qu'à la première séance et il ne m'avait pas plu. Mais d'un autre côté, c'était facile aussi parce que le pneu soft n'était pas une option possible et je m'étais senti vraiment mal avec le hard hier quand il faisait chaud, donc je me suis dit que ce serait impossible. Ma seule chance était de prendre le medium et ça a très, très bien marché. Je suis très content de mon choix. J'ai peut-être juste eu un peu trop de difficultés au début de la course avec le pneu arrière medium, mais j'ai ensuite réussi à le faire fonctionner.

Est-ce que la victoire aurait été possible sans ta pénalité de trois positions sur la grille ?

Non, je ne pense pas. Je pense que je n'avais aucune possibilité d'être premier ce week-end. Ou peut-être en qualifications, où j'en ai été proche et où j'aurais peut-être pu améliorer un petit peu mon chrono. Mais en course, c'était impossible, Pecco était à un autre niveau. Si les choses avaient été différentes, j'aurais peut-être tenté un dépassement au début, je ne sais pas, mais j'ai été pénalisé alors ça n'a pas de sens d'en parler.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Márquez s'est laissé doubler pour faire monter la pression de son pneu
Article suivant Quartararo à la peine : "Il va vite falloir trouver une solution "

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France