Miller agacé par ses soucis de pneus : "Ça fait vraiment chier"

Jack Miller estime que ses pneus de qualifications étaient moins performants que ceux utilisés dans le reste du week-end à Silverstone. L'Australien et Pecco Bagnaia ont néanmoins l'espoir de se mesurer à Fabio Quartararo en course.

Miller agacé par ses soucis de pneus : "Ça fait vraiment chier"

Au Red Bull Ring, plusieurs pilotes se sont plaints de performances inconstantes dans des pneus de spécification identique et Michelin a attribué ce manque d'adhérence de certaines gommes à une carcasse trop rigide, choisie pour éviter des surchauffes. La situation est très différente au GP de Grande-Bretagne puisque les températures sont très fraîches depuis le début du week-end, mais Jack Miller a néanmoins été confronté à des difficultés en qualifications, à cause de pneus selon lui moins performants que ceux utilisés dans les autres séances.

"Quand tu fais un chrono en pneus usés absolument identique à celui en pneus neufs en EL3, puis que tu n'arrives pas à être plus rapide en qualifications avec deux pneus neufs, c'est un peu dur", déplore l'Australien. "Ça fait vraiment chier."

"J'ai eu deux pneus neufs, ils n'étaient pas aussi rapides que les autres", précise-t-il, sans véritable explication au problème : "Je ne dis pas qu'ils sont mauvais, je ne dis pas qu'ils sont bons. C'est juste que c'était très facile dans la matinée et pas dans l'après-midi."

Pecco Bagnaia était plus à la fête de l'autre côté du garage Ducati. Pour la quatrième fois consécutive, le natif de Turin s'est qualifié en première ligne, à seulement 0"022 de Pol Espargaró, et son bon rythme dans la quatrième séance d'essais libres, consacrée à la préparation de la course, lui fait penser qu'il pourra se battre pour sa première victoire en MotoGP.

"Je pense qu'on a très bien travaillé ce week-end", souligne Bagnaia. "Au début, j'ai eu un peu de mal, mais on a progressé à chaque séance et en EL4, j'étais très confiant sur ma moto. Fabio était un peu plus rapide, mais pour la course, je pense que trois ou quatre pilotes vont se battre à l'avant."

Lire aussi :

"En qualifications, j'a été un peu déçu quand j'ai le 1'58"9 de Jorge [Martín] mais je me suis dit que c'était impossible et ils ont annulé son tour [pour une chicane coupée]. Mais je suis content. C'est toujours bien de partir en première ligne. J'aime ce tracé mais j'avais toujours eu un peu de mal. Je suis content d'être performant cette année et je pense qu'on pourra faire une très bonne course."

Les pilotes Ducati espèrent stopper Quartararo

Interrogé par le site officiel du MotoGP, Bagnaia estime qu'il avait "besoin" de ce bon résultat pour se mesurer à Quartararo et il mise sur un bon choix de pneus pour battre le Français : "On avait un bon rythme en EL4. Fabio était un ou deux dixièmes plus rapide mais on va se battre avec lui. [...] On verra ce qu'il se passera, la course sera très longue et le choix de pneus sera très important. Je n'ai pas encore fait mon choix, il y a beaucoup de choses à prendre en compte."

Jack Miller croit aussi en ses chances après avoir été très performant dans les deux premiers jours du week-end, sa position des qualifications étant sa plus mauvaise depuis vendredi. La force de la Ducati au départ pourrait lui permettre de vite gagner des positons, chose qu'il juge nécessaire pour priver Fabio Quartararo d'un cavalier seul, mais il souhaite aussi éviter d'entamer trop vite son capital pneus.

"Quoiqu'il arrive, on va devoir attaquer au début parce que je dois gagner quelques positions, ce qui ne devrait pas être trop difficile. Malgré les difficultés, on part de la troisième ligne, donc ce n'est pas idéal mais on a été dans de plus mauvaises situations. Je pense que tout est possible, je suis à l'aise, je me sens bien en piste. C'est jusque je n'ai pas pu le faire en qualifications, je ne sais pas pourquoi mais je n'étais pas à l'aise. Je me suis senti mieux tout le week-end. C'est sûr que le plus important sera de ralentir Fabio pendant cinq ou six tours, quand il pourrait s'échapper. Je dirais que c'est le principal objectif."

"Je pense qu'on a un bon rythme ici, c'est un circuit spécial, mais je pense que ça sera le genre de course où on ne pourra pas rouler à fond dès le début, parce que dans ce cas on sera nulle part à la fin, on aura vraiment du mal", ajoute-t-il. "Donc je pense qu'il faudra être doux, surtout en début de course, et essayer de gérer l'arrière pour voir l'arrivée."

Pour atteindre à cet objectif, les pilotes Ducati pourront compter sur une machine de plus en plus à l'aise en courbe. En début de week-end, Miller se réjouissait des progrès effectués par le constructeur dans l'agilité de sa moto et même si Bagnaia estime que c'est dans "les lignes droites" que sa puissante Desmosedici reste la plus efficace, il perçoit également une amélioration : "C'est sûr qu'on a fait de vrais progrès sur le châssis, parce que maintenant on est performants dans le premier secteur. J'avais beaucoup de mal en 2019, la moto était très lourde à manœuvrer, et plus maintenant. C'est très agréable de piloter, on peut refermer les trajectoires. Je pense qu'on a fait d'énorme progrès sur notre moto."

Lire aussi :

Avec Angus Martin

partages
commentaires

Voir aussi :

Jarvis confirme un "accord" avec Dovizioso, de retour dès Misano
Article précédent

Jarvis confirme un "accord" avec Dovizioso, de retour dès Misano

Article suivant

Course - Quartararo seul au monde, Espargaró place Aprilia sur le podium

Course - Quartararo seul au monde, Espargaró place Aprilia sur le podium
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021