Michelin a une piste pour expliquer l'inconstance de certains pneus

Michelin n'a pas d'explication définitive au manque d'adhérence de certains pneus au Red Bull Ring mais le manufacturier clermontois pense que les gommes utilisées et la nature de la piste ont contribué au problème.

Michelin a une piste pour expliquer l'inconstance de certains pneus

Miguel Oliveira a dû abandonner à cause de plusieurs trous dans son pneu avant au GP de Styrie, la première des deux manches de Spielberg. Pour répondre à ce problème, Michelin a modifié l'allocation pour la deuxième course en Autriche, en remplaçant le pneu dur asymétrique par une gomme symétrique. Les pilotes ont fait des "commentaires positifs" selon Piero Taramasso mais les dix jours passés sur le Red Bull Ring ont fait émerger d'autres soucis pour Michelin.

"Je ne suis pas totalement satisfait [après le GP d'Autriche] parce que c'était mieux que lors de la première course, mais il y a encore eu des critiques sur les pneus", concède le responsable de la compétition deux-roues du manufacturier dans une interview accordée à l'édition italienne de Motorsport.com.

Valentino Rossi, Pecco Bagnaia ou encore Jorge Martín ont en effet estimé que certains pneus n'offraient pas le niveau d'adhérence attendu, un problème persistant durant les deux week-ends. "Après la course, j'ai discuté avec Miller et il a également eu du mal à trouver des sensations le dimanche", reconnaît Taramasso. "C'est pour ça que je ne suis pas satisfait. Mais nous regardons ce qu'il s'est passé avec sérieux. Nous analysons toutes les données pour comprendre l'origine du problème."

Lire aussi :

Joan Mir s'était déjà plaint d'une inconstance de ses pneus après les essais du Grand Prix d'Espagne en début d'année. Michelin n'a pas encore identifié clairement l'origine du problème mais la nature des gommes utilisée au Red Bull Ring et les spécificités du tracé sont peut-être en cause : "En Autriche, on utilise une carcasse destinée à maintenir la température la plus basse possible et c'était probablement trop extrême, parce que c'est associé à un composé très rigide. Il ne faut pas oublier que le pneu qui est utilisé comme le tendre en Autriche est le dur au Mugello ou à Portimão."

"En raison de la configuration de la piste et de la tendance à une augmentation des températures, nous sommes contraints d'utiliser ces composés rigides. Peut-être qu'avec cette construction qui maintient les températures basses, ça les rend plus difficiles à exploiter. Mais nous étudions toutes les données pour comprendre d'où viennent ces problèmes."

Les équipes sont démunies face à ce problème puisque leurs outils de mesure ne permettent pas de déceler des différences. Elles ne peuvent que s'appuyer sur le retour d'informations de pilotes à la sensibilité extrême. "Il semble que les pilotes sont très sensibles aux exemplaires d'une même spécification", explique Davide Barana, directeur technique de Ducati. "Sur le plan technique, on peut travailler plus étroitement avec Michelin pour la qualité des pneus. [...] C'est une question, c'est sûr, mais je pense que la meilleure option est de mieux travailler avec Michelin pour mieux gérer la sélection de pneus."

"La sensibilité des pilotes est incroyable, pas seulement sur les pneus mais aussi sur les performances du moteur", souligne l'ingénieur. "Ils peuvent sentir de très petites différences. Quand ils disent que le moteur ne pousse pas, je me dis 'OK, on a dû perdre dix chevaux' et les données sont très précises, il y a peut-être deux chevaux de différence. Je me dis 'Comment est-ce possible ?' mais ils peuvent tout ressentir."

"Concernant les pneus, c'est sûr qu'ils peuvent le percevoir, parce que 100% des performances passent par les pneus. Quand ils se plaignent de performances qui ne sont pas les mêmes entre plusieurs versions d'un même pneu, il est très difficile de voir quelque chose dans la télémétrie et l'analyse des données."

Les slicks sont restés performants sous la pluie

Sur une note plus favorable à Michelin, les pilotes restés en slicks quand la pluie est arrivée au GP d'Autriche ont pour la plupart fait une bonne opération en gagnant des places, à l'image du vainqueur Brad Binder, et ils ont été nombreux à se montrer impressionnés par la capacité d'adhérence de leurs gommes malgré une piste de plus en plus humide.

"C'est positif mais ce n'est pas une surprise pour nous", précise Taramasso. "On a déjà vu que nos pneus slicks peuvent fonctionner tant qu'ils sont en température, en tout cas jusqu'à ce que des flaques apparaissent. Lors de notre dernier passage en Formule 1, jusqu'en 2006, nous avions un petit avantage sur nos concurrents dans ces conditions. Nos pilotes pouvaient partir en slicks sur une piste humide. [...] Disons que ça fait partie de notre ADN."

Michelin produit même des pneus rainurés adaptés à une piste sèche comme à la pluie en Formule E mais dans le cas du GP d'Autriche, le talent des pilotes a également fait la différence. Brad Binder a collé dix secondes à Aleix Espargaró dans le dernier tour alors qu'ils étaient tous les deux en slicks. La performance du Sud-Africain a particulièrement impressionné Taramasso.

"C'était une masterclass, chapeau. Comme je l'ai dit, nos composés peuvent fonctionner quand c'est humide, mais après deux ou trois tours, il y avait beaucoup d'eau sur la piste. Sans oublier que dans ces conditions, la gomme et les freins ont tendance à refroidir, donc il a montré qu'il avait un vrai talent d'équilibriste. Je pense qu'il a dépassé la limite, il s'est craché dans les mains pour gagner. L'écart sur les autres pilotes restés en slicks était immense, donc je pense que sa prestation restera dans l'Histoire du MotoGP."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Mir croit en ses chances de titre : "Fabio fera des erreurs"
Article précédent

Mir croit en ses chances de titre : "Fabio fera des erreurs"

Article suivant

Maverick Viñales va tester l'Aprilia la semaine prochaine

Maverick Viñales va tester l'Aprilia la semaine prochaine
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021