Mir : Les émotions sont arrivées "par vagues" après le titre

Joan Mir a eu besoin de temps pour pleinement prendre conscience qu'il avait exaucé son rêve en devenant Champion du monde. Le pilote Suzuki a peu de souvenirs de la course de Valence, lors de laquelle il a été titré, mais il reste marqué par les félicitations de ses rivaux et la présence de sa famille.

Mir : Les émotions sont arrivées "par vagues" après le titre
Charger le lecteur audio

Joan Mir a changé de statut en très peu de temps. Après une première saison en MotoGP qui ne l'a vu décrocher qu'un seul top 5 en course, le pilote Suzuki a déjoué les pronostics en s'offrant le titre 2020 dans une année marquée par la pandémie de coronavirus, qui a provoqué un remaniement profond du calendrier, et l'absence de Marc Márquez. Mir a rapidement gravi les échelons au cours des derniers mois, avec un premier podium au Red Bull Ring, à la fin de l'été, et une première victoire à Valence. C'est seulement une semaine plus tard, lors de la seconde course sur le circuit Ricardo Tormo, qu'il a été sacré, mais avec des célébrations limitées par le COVID-19 et encore une course à disputer le week-end suivant à Portimão. Ce n'est que dans les derniers jours que le Champion du monde 2020 a pu mesurer la portée de ce qu'il a accompli cette année.

"J'ai eu quelques jours pour essayer de réaliser tout ce qu'il s'est passé depuis que j'ai remporté le titre, mais en fait, ça ne s'est pas arrêté : j'ai reçu énormément de gentils messages des supporters, j'ai eu beaucoup d'interviews et d'événements, et c'était bien de rencontrer les médias pour poser les mots sur les émotions des dernières semaines", a écrit Mir sur le site de Suzuki. Le jour de son titre, le pilote espagnol a eu besoin de temps pour réellement prendre conscience qu'il venait d'ajouter son nom au palmarès. "Au cours des heures qui ont suivi [la course], j'ai réalisé que j'avais exaucé mon rêve ultime. [Les émotions] sont arrivées par vagues, en me rappelant ce qu'il s'était passé !"

Lire aussi :

Et beaucoup de choses se sont passées pour Joan Mir cette année, de son premier podium jusqu'à la gestion du championnat, le plaçant sous une pression qu'il n'avait jamais connue à ce niveau. Après avoir pris la tête du championnat lors du premier rendez-vous du MotorLand Aragón, Mir a assuré qu'il ne sentait pas un poids supplémentaire sur ses épaules, pour finalement reconnaître qu'il était plus tendu en arrivant à Valence. Dans les heures qui ont précédé la course, le #36 a tout fait pour rester dans sa bulle, afin de ne pas être déstabilisé par cette situation particulière.

"La veille de la deuxième course de Valence, j'étais particulièrement calme et tranquille", a expliqué Mir. "Mes proches ont remarqué mon silence le matin de la course, je n'ai parlé à personne, simplement parce que j'étais très concentré sur l'objectif. Je me rappelle que j'ai pris des œufs au plat pour le petit-déjeuner, pour avoir assez d'énergie."

Parti de la 12e position sur la grille, Mir a pris une modeste septième place en course, suffisante pour décrocher le titre. Il a immédiatement été submergé par l'émotion. "Je n'ai pas beaucoup de souvenirs de la course, seulement que j'étais nerveux sur la grille mais calme pendant la course. Mais je me rappelle très bien du moment où j'ai franchi la ligne d'arrivée, c'était l'extase pure. J'ai commencé à crier, à plein poumons ! J'ai été très ému quand j'ai vu tout le monde m'entourer et m'applaudir, surtout mes rivaux ! Ce tour d'honneur était incroyable, avec tous les pilotes qui me félicitaient et s'arrêtaient pour me serrer main."

Joan Mir n'avait prévu aucune festivité autour de son titre, par crainte d'un échec et se sachant quoiqu'il advienne limité par les mesures imposées pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Sa famille a cependant pu lui faire la surprise de l'accueillir quand il a regagné l'allée des stands. C'est entouré de ses proches que Mir a conclu la journée la plus marquante de sa carrière.

"En arrivant dans le Parc Fermé, c'était incroyable de voir toute ma famille ! Ils ont dû rester à l'écart toute la saison en raison de la situation difficile provoquée par le virus [COVID-19], donc c'était vraiment merveilleux de les voir m'entourer dans le Parc Fermé, c'était la chose la plus belle et la plus inoubliable. Les célébrations avec l'équipe juste après la course ont également été fantastiques, mais dans la soirée, nous n'avons pas eu de grosse fête, comme beaucoup de gens pourraient l'imaginer, j'ai juste eu un très petit dîner avec ma famille – je voulais que ce soit intimiste et calme, et rester prudent dans cette période difficile."

"Toute la saison sera inoubliable, mais j'aurai toujours à l'esprit ces moments de fête avec les autres pilotes, mon équipe et ma famille", a conclu Mir.

Lire aussi :

partages
commentaires
Le titre, Quartararo veut le gagner "quand il y aura Márquez"
Article précédent

Le titre, Quartararo veut le gagner "quand il y aura Márquez"

Article suivant

Après s'être reconstruit, Zarco devra gagner en régularité en 2021

Après s'être reconstruit, Zarco devra gagner en régularité en 2021