MotoGP
25 mars
Prochain événement dans
28 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
36 jours
16 avr.
Prochain événement dans
50 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
63 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
91 jours
03 juin
Prochain événement dans
98 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
112 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
119 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
133 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
168 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
182 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
196 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
203 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
217 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
224 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
238 jours
28 oct.
Prochain événement dans
245 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
259 jours

Pour Joan Mir, la vraie pression n'est pas celle du titre MotoGP

Il a beau n'avoir que 23 ans et une courte expérience en Grand Prix, Joan Mir brille par sa maturité alors qu'il a toutes ses chances de remporter le titre MotoGP dans quelques jours.

partages
commentaires
Pour Joan Mir, la vraie pression n'est pas celle du titre MotoGP

Tout juste devenu vainqueur pour la première fois en MotoGP, dimanche au Grand Prix d'Europe, Joan Mir est resté aussi placide qu'il l'est depuis des semaines, semblant ne s'accorder d'exulter que quelques instants avant de retrouver son calme. Concentré sur sa cible principale, celle de remporter le titre, le pilote espagnol fait oublier sa jeunesse et sa courte carrière (il n'a disputé que 84 Grands Prix, toutes catégories confondues) en affichant un sérieux à toute épreuve, doublé de commentaires empreints de maturité pour relativiser les difficultés de son métier.

"Je me sens toujours pareil. Je suis content, mais je reste la même personne ! Je pensais qu'en ayant gagné une course je serais peut-être une personne différente, mais non", constatait-il dimanche à chaud, pas franchement prêt à fêter cette victoire au-delà de la courte cérémonie du podium. "Il faut qu'on se montre responsables. Bien sûr, je voudrais faire une super fête, mais ça ne serait pas responsable. Je vais probablement rentrer à la maison et me faire un super dîner, ce sera ma façon de la fêter !" annonçait-il.

Lire aussi :

Cette victoire n'est pour lui qu'une étape dans un parcours qui doit s'écrire jusqu'au 22 novembre, dernier jour de course de la saison. Et maintenant qu'il dispose d'une première balle de match, à jouer dès cette semaine sur l'avant-dernière manche, il refuse de changer son approche et de se laisser aller à une quelconque euphorie prématurée.

"Plus que jamais, il faut qu'on soit vraiment intelligents, car on a une bonne avance mathématique, une très bonne avance même, mais ça n'est pas fait. Il faut qu'on la gère de la bonne façon, pas de la mauvaise. Ce sera essentiel à la prochaine course", prévient le pilote de 23 ans, qui veut avant tout s'écouter au lieu de risquer de gâcher ses chances de titre en allant à tout prix chercher un deuxième succès.

"Je pense qu'on est en bonne position, car notre moto fonctionne bien, et je si me sens aussi bien que [dimanche] j'essaierai à nouveau de gagner ou de me battre pour la victoire, sans penser à ça. Par contre, si jamais je suis en difficulté et que je suis derrière, ce que je n'espère pas, alors on verra ce que j'arriverai à faire. Je me donnerai toujours à 100% et dimanche on verra bien où on en est."

Avant même de prendre le départ de la course qui allait le mener à ce premier succès, le week-end dernier, le pilote espagnol mettait en avant le besoin pour lui d'être "un bon leader", alors qu'il estimait être "celui qui a le plus à perdre" justement du fait de sa position au championnat. "Il est important de ne pas trop y penser, parce qu'on est certes en tête, mais ça peut beaucoup changer en deux courses et peut-être que je ne terminerai même pas dans le top 5 [mathématiquement, il ne peut faire pire que quatrième, ndlr] ! Rien n'est fait cette année, alors il faut que je reste à un super niveau, en très bonne forme, et que je ne me soucie pas des autres, que je fasse juste ma propre saison", prévenait-il, affichant une force mentale de plus en plus impressionnante. "Ce n'est pas quelque chose que l'on peut vous apprendre, c'est quelque chose que l'on a au fond de soi et que l'on doit improviser pour savoir comment gérer chaque moment et chaque situation. Ça ne se trouve pas dans un livre !"

"Je pense être très fort mentalement. Beaucoup de pilotes sont très compétitifs, très rapides, mais ils ne sont pas nombreux à être mentalement très forts. C'est une chose sur laquelle on ne peut pas s'entraîner. Ça concerne votre style de vie, c'est quelque chose que la vie vous enseigne. Je pense que quand j'ai dû montrer cette force, je l'ai fait. Bien sûr, je peux commettre des erreurs, mais normalement je suis plutôt bon dans cette position."

"Je crois avoir montré que la pression n'est pas un gros problème pour moi", reprenait-il après avoir été au bout de son effort en course, se tournant déjà vers l'étape suivante : "Il est important de continuer comme ça, de continuer à montrer ce potentiel pour faire en sorte que la pression ne soit pas quelque chose de négatif pour moi. C'est difficile à gérer, mais on le fait de la bonne manière."

Mais pour le jeune pilote majorquin, toutes ces questions qui se multiplient dans les interviews au sujet d'une prétendue pression du titre qu'il aurait à subir à l'approche du dénouement sont finalement bien curieuses... "La pression, c'est ce que ressentent les personnes qui ne peuvent pas payer leur loyer. Moi, ce que je vis, c'est de la rigolade", pointait-il le week-end dernier. "Ici, il est clair qu'on en a, car on joue avec nos vies et il faut qu'on soit très concentrés sur ce qu'on fait. Mais, au fond c'est notre travail."

"Cette vraie pression, heureusement, je ne l'ai pas. La mienne est positive, car si je gagne cette année aura été super bonne pour moi, et si je ne gagne pas elle l'aura été également, ça ne fera pas une grande différence. Mais ne pas pouvoir payer son loyer à cause de ces conditions liées au coronavirus et ne pas pouvoir ramener à manger à la maison, ça c'est la vraie pression. Alors quand j'entends des questions au sujet de la pression, je pense à ça et je me dis 'je n'ai pas de pression, c'est mon job et ça ira super bien quoi qu'il arrive'. Je suis privilégié."

Dovizioso annonce qu'il prend une année sabbatique en 2021

Article précédent

Dovizioso annonce qu'il prend une année sabbatique en 2021

Article suivant

Pour Zarco, "Mir s'est enlevé un complexe" en gagnant

Pour Zarco, "Mir s'est enlevé un complexe" en gagnant
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Joan Mir
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020