Toyota évalue le passage à trois Hypercars en WEC

Toyota étudie la possibilité d'imiter Ferrari en WEC, avec l'engagement d'une troisième Hypercar qui serait confiée à une structure privée.

#7 Toyota Gazoo Racing Toyota GR010 - Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Nyck de Vries

Toyota n'exclut pas, à terme, d'engager trois voitures en FIA WEC et/ou aux 24 Heures du Mans, ce que l'on n'a plus vu depuis l'unique tentative du genre dans la Sarthe, en 2017. Cependant, si cette évaluation est réellement à l'ordre du jour, elle ne pourrait pas être mise en œuvre avant la saison 2026 et passerait par une structure cliente, à l'image de ce que fait Ferrari cette année avec la troisième 499P confiée à AF Corse.

"On voit que Ferrari le fait avec une voiture cliente ou satellite, et ça nous plaît", explique à Motorsport.com Rob Leupen, team manager de l'équipe Toyota en WEC. "Clairement, engager une voiture supplémentaire peut offrir davantage de possibilités, donc c'est quelque chose que nous évaluons. Nous sommes en train de l'étudier."

"Nous n'en sommes pas encore au stade où nous disons que c'est comme ça que nous voulons le faire, mais si vous voulez mon avis, j'aime bien la manière dont Ferrari fait les choses", ajoute-t-il en reprenant l'exemple de l'équipage formé sur la "Ferrari jaune" par Robert Kubica, Ye Yifei et Robert Shwartzman.

Ferrari confie cette année une troisième 499P à AF Corse.

Ferrari confie cette année une troisième 499P à AF Corse.

Photo de: JEP / Motorsport Images

Si elle venait à se concrétiser, cette option d'engager une troisième Toyota GR010 Hybrid ne serait pas viable pour l'an prochain en raison des délais logistiques qu'impliquerait une telle décision.

"Si nous devions le faire l'année prochaine, nous aurions déjà dû prendre la décision, et pour l'instant, rien n'est décidé", tempère Rob Leupen. "Ça ne peut pas être une décision à court terme, car nous connaissons les délais de livraison pour tous les composants dans les circonstances actuelles."

La question de la place sur la grille se poserait également, compte tenu de l'afflux de concurrents qu'enregistre le WEC depuis deux ans, et de l'arrivée programmée d'Aston Martin avec la Valkyrie, le tout avec un passage qui pourrait être obligatoire à deux voitures minimum par constructeur, sonnant la fin de l'engagement unique"Combien de voitures fait rouler Porsche ? Combien de voitures fait rouler Ferrari ? Alors pourquoi ne pourrions-nous pas en faire rouler trois ?", interroge toutefois Rob Leupen.

La décision finale tiendra compte de plusieurs critères différents chez Toyota, qui prépare également en parallèle son programme avec un prototype à hydrogène. Cette mission est confiée à l'ex-directeur technique Pascal Vasselon, mais ne devrait pas se matérialiser en piste avant 2027 au plus tôt.

Propos recueillis par Gary Watkins

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Lamborghini ne s'inquiète pas pour sa fiabilité au Mans
Article suivant Alpine : "Imola n’est pas significatif pour nous"

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France