MotoGP
26 mars
EL1 dans
20 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
27 jours
16 avr.
Prochain événement dans
41 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
54 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
82 jours
03 juin
Prochain événement dans
89 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
103 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
124 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
173 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
208 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
229 jours
28 oct.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
250 jours

Joan Mir entre prudence et sérénité, conscient de ses chances de titre

Un titre MotoGP à 23 ans, coïncidant avec les 60 ans d'engagement de Suzuki en Grand Prix et 20 ans après le dernier sacre de la marque ? Le rêve nourri par Joan Mir est si grand qu'il mérite bien un peu de prudence...

Joan Mir entre prudence et sérénité, conscient de ses chances de titre

Du haut de ses 23 ans, Joan Mir a seulement cinq ans d'expérience en Championnat du monde et n'a disputé que 83 Grands Prix, seul Iker Lecuona affichant un parcours plus bref encore (avec 67 départs) sur l'échiquier actuel de la catégorie reine. Et pourtant, c'est bien le jeune pilote Suzuki qui se reprendra la piste en favori pour le titre lorsque les MotoGP entameront vendredi leur ultime sprint de trois manches menant au tomber de rideau sur une campagne historique.

Alors que d'aucuns voudraient reprocher au pilote majorquin l'absence de victoires à son palmarès dans la catégorie, lui tente de repousser les injonctions à s'imposer en faisant preuve de pragmatisme. Il y a encore un peu plus d'un mois, il affirmait ne pas vouloir penser au titre tant qu'il lui manquerait cet échelon de la victoire en course, mais désormais il a bel et bien pris conscience que les lauriers sont véritablement accessibles et son approche a mué. Dans ce contexte, il sait que partir en quête de 25 points dans des circonstances qui ne seraient pas aisées lui ferait courir le risque de tout perdre, et c'est précisément ce qu'il souhaite éviter.

Lire aussi :

Il a toutes les raisons de se montrer prudent, afin de ne pas mettre en péril ce qui pourrait bien être une chance exceptionnelle d'être titré, alors que le règne de Marc Márquez ne laisse que de rarissimes opportunités et que sa propre jeunesse aurait dû logiquement lui imposer encore un peu de patience avant de prétendre à un tel exploit. Cette prudence, il l'applique désormais à toutes ses courses, quels que soient les résultats en jeu, et même si cela signifie qu'il doit, par exemple, se contenter de troisièmes places en Aragón, alors que son coéquipier le devance.

Ce fut le cas notamment au dernier Grand Prix en date, celui de Teruel, qu'il s'est félicité d'avoir géré intelligemment"Lorsque Joan est passé en troisième position, il avait la possibilité d'aller chercher la deuxième place, mais il a réalisé que le ciel se couvrait et que la température de la piste baissait. Elle est passée de 26°C à 15°C, pour être précis", explique Davide Brivio, directement de l'équipe Suzuki, à Motorsport.com. "Il a pesé le pour et le contre de cette situation et il a décidé de ne pas risquer de tomber, car il savait qu'il pouvait au maximum gagner une seule place."

Un tournant avec son premier podium

La victoire, il s'en sait capable, et ce d'autant plus qu'il jouissait d'une solide avance au Grand Prix de Styrie lorsque le drapeau rouge a été exposé, engendrant un retour au stand puis un second départ pour lequel le pilote Suzuki n'avait plus de pneus adaptés. Et, avant même ce succès qui lui a filé entre les doigts, c'est bien au Red Bull Ring que le déclic mental semble s'être opéré pour le pilote Suzuki, car il y a coché une case importante à ses yeux, en se classant deuxième du premier des deux Grands Prix autrichiens.

"Il souffrait de ne jamais être monté sur le podium", estime Davide Brivio auprès de GPone. "Après y être arrivé, paradoxalement, il s'est détendu. Il aborde les courses les unes après les autres, il est détendu et content. À partir de là, il a fait six podiums en huit courses."

La victoire est désirée, mais son absence n'est pas vue comme un poids, ni par le pilote ni par son équipe, chacun prenant une conscience de plus en plus accrue de la page d'Histoire qui pourrait s'écrire si le titre était au rendez-vous le 22 novembre − voire avant. "À partir de maintenant, je crois que l'attention va plus se concentrer sur le championnat", souligne Brivio. "Mais je dois admettre que nous n'en avons jamais parlé, pas même dans le stand, nous n'avons jamais pensé à une stratégie ou quoi que ce soit. Maintenant, nous y sommes et il faut que nous regardions les choses en face ! [rires] Logiquement, nous sommes bien conscients de là où nous nous trouvons au classement, mais Joan a toujours essayé de faire ce qu'il y avait de mieux pour lui en course, sans penser à ses adversaires."

Alors que l'introduction d'un nouveau pneu aurait dû être le seul véritable chamboulement de cette année, pilotes et équipes se sont retrouvés aux prises avec une saison réduite et condensée, un calendrier remodelé afin d'organiser un maximum de courses malgré les restrictions de déplacements et les limitations imposées sur les grands événements dans certaines parties du monde, et des courses organisées dans des conditions météo inhabituelles. Les ingrédients de 2020 ne sont pas ceux de la recette éprouvée ces dernières années, et l'absence de Marc Márquez n'est assurément pas la seule cause à cela.

Lire aussi :

"C'est un championnat inhabituel", concède Davide Brivio, "y compris pour la manière dont il est né. Nous avons été à l'arrêt de longs mois, et c'est une saison différente de d'habitude, avec deux courses sur le même circuit et des rendez-vous très condensés, cela porte à changer aussi d'approche. Il est curieux également de noter que lors de doubles courses sur une même piste, les résultats ont été différents les deux manches : à part à Jerez, personne n'a gagné deux fois. Il est curieux de voir à quel point les valeurs changent d'un dimanche à l'autre, alors que l'on reste sur le même circuit, avec les mêmes pilotes, les mêmes motos, les mêmes pneus et les mêmes conditions."

"L'absence de Marc Márquez a peut-être été une motivation pour les autres pilotes. D'un côté, on est désolé de ne pas pouvoir le défier en piste, tous les pilotes veulent se mesurer au plus fort. De l'autre, son absence a créé un peu d'espoirs et de stimulations pour tous, ils ont vu une possibilité. Il y a eu une situation similaire en 2016, lors de la première année de Michelin, avec neuf vainqueurs différents, et cette année-là, Marc était là."

Avec Oriol Puigdemont

Lire aussi :

partages
commentaires
Espargaró : Rejoindre Honda, la clé pour observer Márquez au plus près

Article précédent

Espargaró : Rejoindre Honda, la clé pour observer Márquez au plus près

Article suivant

Dans chaque situation, Morbidelli se demande ce que ferait Rossi

Dans chaque situation, Morbidelli se demande ce que ferait Rossi
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Joan Mir
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020