MotoGP
25 sept.
Événement terminé
09 oct.
Événement terminé
16 oct.
Événement terminé
23 oct.
Événement terminé
06 nov.
Événement terminé
13 nov.
Événement terminé
20 nov.
Événement terminé

Perte des concessions : ce que ça signifie pour KTM

partages
commentaires
Perte des concessions : ce que ça signifie pour KTM
Par :

Après avoir décroché sa deuxième victoire MotoGP au Grand Prix de Styrie, KTM va subir une première restriction avec effet immédiat, et d'autres à partir de la saison prochaine.

Avec déjà deux victoires à son compteur cette saison, KTM a atteint un taux de réussite qui va engendrer la perte des concessions dont bénéficie le constructeur au règlement technique.

Sur les six points de concessions qui pouvaient être atteints, pris en compte avec une validité de deux ans, KTM en avait déjà obtenu un lors du podium décroché par Pol Espargaró au Grand Prix de Valence 2018. Le succès surprise de Brad Binder à Brno ce mois-ci avait valu trois autres points à la marque, et celui du Grand Prix de Styrie a donc fini d'atteindre la limite au-dessous de laquelle des largesses réglementaires lui étaient accordées.

Une première conséquence s'appliquera dès à présent pour KTM, tandis que les autres ne la toucheront que la saison prochaine. Toutes concerneront les deux équipes du constructeur, donc à la fois son team factory et Tech3.

Lire aussi :

Quelles sont les conséquences pour KTM ?

  • Avec effet immédiat : perte du droit de réaliser des tests illimités

L'effet immédiat de la perte des concessions est que KTM et ses équipes n'ont plus le droit de mener un nombre illimité de jours d'essais privés. Ces tests pouvaient être réalisés avec pour seule limitation l'allocation pneumatique et quelques restrictions de dates comme celle s'appliquant à la période de trêve hivernale. KTM avait jusqu'à présent la liberté de faire rouler à la fois ses pilotes d'essais et ses titulaires sans tenir compte des limitations que doivent suivre les autres constructeurs lors d'une saison classique, à savoir ne réaliser que les tests officiels ainsi que quatre jours de tests privés et collectifs (deux pendant la saison, deux en novembre après la fin du championnat).

"L'effet immédiat, qui s'applique dès à présent, est qu'ils perdent le droit de mener des tests avec leurs pilotes titulaires, où que ce soit et à n'importe quel moment. Ils perdent immédiatement ce droit et doivent donc suivre les mêmes règles que les autres constructeurs, qui ne bénéficient pas des concessions. Ils ne peuvent faire que les tests officiels spécifiés par l'IRTA et la Dorna", explique Mike Webb, directeur de course du MotoGP.

"Par ailleurs, leurs pilotes d'essais officiels ne peuvent mener de tests que sur des circuits nominés, alors que par le passé ils pouvaient le faire sur n'importe quel circuit", ajoute le responsable britannique. KTM devra en effet sélectionner trois pistes sur lesquelles ses pilotes d'essais pourront réaliser leurs roulages à l'avenir.

  • À partir de 2021 : un nombre réduit de moteurs

L'utilisation d'un plus grand nombre de moteurs au cours de la saison est une autre concession que va perdre KTM, mais seulement l'année prochaine. "À partir de l'année prochaine, ils auront un nombre réduit de moteurs, le même que les autres constructeurs", confirme Mike Webb.

Lors d'une saison classique, la limite de base est placée à sept moteurs pour l'ensemble du championnat, et les constructeurs bénéficiant des concessions ont droit d'en utiliser neuf. Cette année, en conséquence des chamboulements liés au COVID-19, deux moteurs ont été enlevés de l'allocation autorisée.

  • À partir de 2021 : fin de la liberté de développement du moteur

Par ailleurs, la perte des concessions s'applique également sur le développement des moteurs. "À partir de l'année prochaine, ils ne pourront pas développer le moteur. Ils devront garder le même, pour tous les pilotes et toute l'année", indique Mike Webb.

La situation actuelle est toutefois singulière, puisque pour faire face à la crise le développement a été gelé pour 2020 et 2021 pour Honda, Ducati, Yamaha et Suzuki, et ne devait pouvoir reprendre qu'après le premier Grand Prix de 2021 pour KTM et Aprilia. Ceci étant dit, d'après les informations de Motorsport.com, le constructeur autrichien a obtenu l'autorisation d'intervenir sur son moteur avant le premier Grand Prix de la saison 2021, avant de le sceller et de suivre les mêmes contraintes que les marques sans concessions, une requête qui avait justement été déposée en prévision de la perte des concessions.

  • À partir de 2021 : moins de wild-cards autorisées

Les concessions réglementaires permettent habituellement l'inscription de six wild-cards au cours de la saison, au lieu de trois pour les constructeurs qui n'en bénéficient pas. Là aussi, la situation actuelle est particulière, puisque le MotoGP a suspendu l'inscription des wild-cards pour cette saison, mais lorsque l'application classique de cette règle reprendra, KTM n'aura droit qu'à trois wild-cards, comme toutes les marques à l'exception désormais d'Aprilia.

Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3, fête sa victoire avec son équipe

Le signe de la réussite avant tout

Depuis l'introduction du système des concessions, Ducati a été la première marque à les perdre, en 2016, après avoir passé un net cap dans ses résultats la saison précédente. Par la suite, l'équipe italienne a confirmé sa progression et systématiquement joué le titre depuis 2017. Cette même année, Suzuki perdait à son tour ses concessions. Une mauvaise orientation technique allait toutefois faire plonger les résultats de l'équipe, qui a retrouvé les concessions avant de les perdre à nouveau un an plus tard grâce aux podiums obtenus en 2018. Le constructeur de Hamamatsu est aujourd'hui parmi les plus en vue du championnat.

Anticipant ce cap majeur dans son projet, Pit Beirer avait accueilli avec une joie évidente la perspective de mériter la perte des concessions, lorsque Brad Binder a mené la RC16 à la victoire pour la première fois, assurant que KTM serait prêt.

Dovizioso : la couverture chauffante en cause dans son souci de pneu

Article précédent

Dovizioso : la couverture chauffante en cause dans son souci de pneu

Article suivant

Crutchlow "confiant" d'être encore en MotoGP en 2021

Crutchlow "confiant" d'être encore en MotoGP en 2021
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Équipes Tech 3 , Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Léna Buffa