Surpris par l'intérêt de Viñales, KTM a réagi très vite

Au lendemain de l'annonce de Maverick Viñales et Enea Bastianini comme futurs pilotes du groupe KTM, Pit Beirer a levé le voile sur les coulisses de ce double recrutement, et surtout un intérêt de la part de l'Espagnol auquel lui-même ne s'attendait pas vraiment.

Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

En recrutant Maverick Viñales et Enea Bastianini pour les placer chez Tech3, KTM a apporté la touche finale à son quatuor de pilotes pour la saison prochaine. Si le nom de Bastianini circulait depuis déjà un moment, l'Italien ayant sondé le marché alors qu'il se savait en danger chez Ducati, Viñales avait toutes les raisons de rester chez Aprilia, où il était désiré et avait atteint le niveau lui permettant de gagner des courses.

Son changement de constructeur, le troisième en dix ans de carrière dans la catégorie reine, a donc entraîné un effet de surprise, ce que comprend Pit Beirer. Le directeur de KTM Motorsports s'est dit lui-même étonné par le sérieux avec lequel Viñales a entamé les discussions.

"Nous n'avons jamais perdu contact avec Maverick depuis qu'il a remporté un titre mondial sur une KTM il y a de nombreuses années", explique Pit Beirer en évoquant la victoire de l'Espagnol au championnat Moto3, en 2013. "Notre amitié et notre relation ont toujours perduré. Nous étions donc en contact étroit. À un moment donné, nous nous sommes rencontrés, nous avons discuté et il nous a donné le sentiment de vouloir être avec nous."

"Ce n'était pas comme certains pilotes, qui attendaient de voir si les portes de Ducati allaient s'ouvrir. Son implication a été très forte dès le début. D'une certaine manière, j'étais content car cela nous a donné un petit peu de temps − pas énormément, je peux vous le dire, car les choses se sont passées vite."

Lire aussi :

"J'ai le sentiment qu'il a une très bonne équipe et une très bonne moto à l'heure actuelle, donc cela a aussi été une surprise positive pour nous de voir qu'il était très ouvert et très sérieux sur le sujet, qu'il n'essayait pas simplement d'obtenir une offre de notre part pour faire un pari avec quelqu'un d'autre. Nous nous sommes rencontrés, nous avons discuté des termes et nous nous sommes mis d'accord. Il n'y a pas eu d'aller-retours ni de hauts et de bas. Cela a été une très bonne expérience et cela m'a vraiment donné un très bon ressenti."

Attentif aux opportunités que réservait le marché avec à l'esprit la volonté de renforcer le groupe KTM en piste, Beirer a finalement tiré son épingle du jeu avec les événements survenus au Mugello, lorsque la décision de Ducati de promouvoir Marc Márquez dans son équipe officielle a entraîné des réactions en chaîne, avec le transfert de Jorge Martín chez Aprilia et un Maverick Viñales à qui cela a "ouvert les yeux" alors qu'il temporisait déjà face à la volonté du constructeur de le prolonger.

"Nous l'avions en tête, mais il y a quelque temps je n'aurais pas vraiment pu vous dire si c'était une chance réaliste", concède-t-il au sujet de l'Espagnol. "Il est clair aussi que si des choses comme celles du Mugello se passent, il faut être rapide pour former son package. Après les discussions de Ducati, il était clair que les pilotes voulaient se décider très vite. Je pense que nous avions bien fait nos devoirs et nous étions prêts à réagir au bon moment."

Pit Beirer n'a pas traîné pour saisir sa chance de recruter Maverick Viñales.

Pit Beirer n'a pas traîné pour saisir sa chance de recruter Maverick Viñales.

Photo de: KTM Images

En recrutant deux pilotes qui figurent actuellement dans le top 6 du championnat, Pit Beirer fait assurément un gros coup. Certains affirment cependant que KTM a aussi eu des discussions avec Martín et Márquez. Sans démentir des contacts, le patron de KTM Motorsports promet que cela n'a jamais atteint le stade de négociations concrètes : "Étant donné que je connais Marc et Jorge, nous nous parlons parfois, mais nous n'avons jamais vraiment été dans une conversation au sujet d'un contrat car ils s'en tenaient juste à leurs idées et à leur programme. Nous avons donc assez tôt suivi un autre chemin pour obtenir un package aussi fort que possible."

Faire venir Viñales et Bastianini signifiait pour KTM stopper la collaboration entamée l'an dernier avec Jack Miller et Augusto Fernández. Si Pit Beirer admet un crève-cœur, il affirme aussi que les événements qui ont accompagné le week-end du Mugello l'ont mis au pied du mur.

"Je pensais que nous aurions peut-être un peu plus de temps à donner aux deux pilotes pour qu'ils y arrivent, mais le marché était tellement sous pression que si vous ne saisissiez pas votre chance cette semaine-là pour entamer des discussions et ensuite les finir avant-hier, vous n'alliez tout simplement pu avoir à nouveau cette chance. Nous avons donc pris la décision difficile d'avancer. Nous avons en quelque sorte abandonné quelque chose alors que ça n'était clairement pas dans nos plans."

À l'instar d'un Massimo Rivola qui a dû répondre en 24 heures à la volonté de Jorge Martín de rejoindre Aprilia, après le GP d'Italie, Pit Beirer souligne à quel point il lui a également fallu faire preuve d'une grande réactivité pour sceller ces deux accords lorsque le marché a pris cette tournure.

"Le Mugello a été le moment [décisif], tout s'est passé très vite et la fenêtre pour recruter ces deux pilotes a été très, très étroite. Il a fallu que nous réagissions très vite et c'est ce que nous avons fait", explique l'Allemand, précisant que l'accord final avec Maverick Viñales a été scellé mercredi soir à 20h, soit quelques heures à peine avant l'officialisation par voie de communiqué de presse le lendemain matin.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Bezzecchi a identifié ses problèmes mais peine à les résoudre
Article suivant Poncharal pantois d'avoir "deux pilotes capables de gagner" en 2025

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France