Actualités

LCR veut rester fidèle à Honda malgré les difficultés

Dans les moments de gloire comme dans les moments difficiles, Lucio Cecchinello entend se montrer fidèle et loyal à l'égard de Honda. Le patron du team LCR attend la prolongation de son contrat avec le constructeur.

Johann Zarco, Team LCR Honda

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Depuis son arrivée dans la catégorie MotoGP, l'équipe LCR dirigée par l'ancien pilote Lucio Cecchinello fait office de formation satellite de Honda. Aujourd'hui, l'Italien attend le renouvellement de son contrat avec le constructeur, lui qui s'efforce de maintenir la stabilité de sa formation. Malgré la passe difficile que traverse Honda, il entend rester fidèle au projet.

"Nous n'avons pas de contrat pour la saison prochaine. Nous sommes dans une situation où les deux parties ont l'intention de parvenir à un accord. Nous parlons des détails et ma priorité est de rester avec Honda la saison prochaine", explique Lucio Cecchinello à Motorsport.com.

Le fait est que Yamaha est toujours à la recherche d'une équipe satellite et offre de très bonnes conditions, sans certitude pour le moment que Pramac les accepte bien que la balance penche en ce sens. Cependant, le patron du team LCR n'envisage pas de quitter Honda pour une marque qui traverse des difficultés comparables.

"Ils ne m'ont pas appelé. Mais, avec tout le respect que j'ai pour eux, quitter Honda pour aller chez un constructeur qui gagne, je peux le comprendre, mais pour l'instant Yamaha fait seulement un peu mieux que Honda, pas beaucoup plus", observe Lucio Cecchinello. "Dans la vie, il n'y a pas que les affaires qui comptent, même si c'est important, surtout si vous devez payer les salaires de cinquante personnes. Ça n'est pas mon style d'utiliser une offre d'une autre équipe pour essayer d'obtenir un meilleur contrat avec Honda, je n'aime pas faire ce genre de choses."

Lucio Cecchinello ne cache pourtant pas avoir été sollicité par la concurrence. "Honnêtement, au début et à la fin de l'année dernière, j'ai reçu un appel de KTM et nous avons eu quelques conversations. Mais en tant qu'équipe, je dois penser à tout ce que la Dorna a fait pour le championnat, et en particulier le fait de m'avoir donné l'opportunité de courir en MotoGP et, pendant de nombreuses années, de l'avoir fait avec un seul pilote. J'ai compris que ce n'était pas une situation idéale pour Honda de passer de quatre à deux motos et pour KTM de quatre à six", explique-t-il.

"Et j'ai aussi compris que je devais essayer de faire le maximum avant de fermer une porte comme celle de Honda. Il est évident que les choses ne vont pas bien en ce moment, mais la bonne chose à faire, selon moi, est de respecter Honda. C'est facile de penser que l'herbe est plus verte chez le voisin, alors que ce n'est pas toujours vrai."

La bonne chose à faire, selon moi, est de respecter Honda. C'est facile de penser que l'herbe est plus verte chez le voisin, alors que ce n'est pas toujours vrai.

La situation sportive devient alarmante chez Honda, cependant Cecchinello se veut pondéré et tourné vers l'avenir. "Nous devons attendre", prévient-il. "Beaucoup de choses ont commencé à changer chez Honda ces derniers mois. Cette année, de nouveaux ingénieurs et responsables sont arrivés, le système de travail a changé, le soutien apporté à LCR a changé. Je vois que Honda s'applique et fournit beaucoup d'efforts, et je veux penser de façon pensive, penser que nous allons surmonter les difficultés."

"C'est la raison pour laquelle je veux attendre [et laisser passer] un délai raisonnable, même s'il est clair que j'ai une entreprise et que si les choses ne s'améliorent pas dans un délai logique, le jour viendra où il faudra regarder ailleurs."

Avantage à Nakagami pour la 2e moto, mais rien n'est fait

Alors que le marché des pilotes bat son plein, Lucio Cecchinello sait qu'il a Johann Zarco sous contrat pour 2025 et reste calme et détendu en observant les stratégies déployées par ses rivaux. Il doit pourtant encore valider son second pilote et, si Takaaki Nakagami mérite selon lui de rester, il ignore la direction que prendra son line-up selon les souhaits de Honda.

Car, dans la lignée des changements mis en place par le constructeur pour tenter de remonter la pente, la possibilité que le deuxième pilote de l'équipe LCR, aujourd'hui japonais avec la sponsorisation d'Idemitsu, puisse venir d'autres contrées si le Japon n'a personne au niveau ouvre la porte à des candidats comme Jack Miller, voire à Toprak Razgatlioglu. Le Turc, qui réaffirme son souhait de rejoindre le MotoGP, prétend avoir une offre de Honda.

Lire aussi :

"Historiquement, LCR a toujours eu un seul pilote", rappelle Lucio Cecchinello en évoquant la période allant de 2006 à 2017, "mais j'étais prêt à aligner une deuxième moto, à condition qu'elle soit contrôlée par Honda au niveau sportif. Ce que je sais, à l'heure actuelle, c'est que l'ADN de ce projet est que la moto Idemitsu en MotoGP est la tête de proue de l'Asian Talent Cup et de Honda Asie. Mettre un pilote non asiatique sur cette moto va à l'encontre de la nature du projet, qui est de créer une place pour le meilleur pilote asiatique du futur."

Takaaki Nakagami a les faveurs de Lucio Cecchinello pour garder sa place.

Takaaki Nakagami a les faveurs de Lucio Cecchinello pour garder sa place.

Photo de: Marc Fleury

"Je pense que Honda veut continuer avec un Asiatique − avec Nakagami, parce qu'en fin de compte, il obtient les mêmes résultats que les autres pilotes Honda, il n'est pas moins bon, il est aussi courageux que les autres. Ça ne changera que si un jeune pilote talentueux arrive, mais dans la situation actuelle, Honda réfléchira très attentivement avant d'engager Ogura ou Chantra. Ils attendront septembre avant de prendre une décision qui, comme d'habitude, sera annoncée avant le Grand Prix du Japon", précise Lucio Cecchinello.

"Si vous me demandez mon avis, je pense que nous continuerons avec un Asiatique. J'espère que ce sera Nakagami, pour qui nous avons beaucoup de respect, et si Honda décide de changer, nous aiderons autant que possible. Je ne sais pas, mais si pour une raison quelconque ils décident de mettre un pilote comme Miller ou Razgatlioglu, en tant qu'équipe nous ferons de notre mieux, comme toujours, pour les soutenir. Mais c'est la décision de Honda seul, je ne peux pas décider là-dessus."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Iannone rêve d'une moto officielle et d'un hypothétique retour en MotoGP
Article suivant Le patron d'Aprilia aimerait que Trackhouse garde Oliveira et Fernández

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France