Márquez "en bien meilleure forme" que pendant les tests

S'il était apparu en difficulté pendant les tests de pré-saison, en février, le pilote espagnol peut aujourd'hui mettre à profit la pause forcée due au coronavirus pour guérir son épaule.

Márquez "en bien meilleure forme" que pendant les tests

La situation exceptionnelle que connaît actuellement le monde, et avec lui le microcosme du MotoGP, a un effet collatéral heureux, celui de permettre à Marc Márquez de bichonner son épaule convalescente, qui peu à peu guérit. Si l'on se remémore en effet ce qu'était la réalité du championnat il y a un peu plus d'un mois et demi, on se souvient d'un Márquez en grande difficulté, à la fois avec sa nouvelle moto, dont il n'avait réussi à venir à bout que dans le dernier jour des tests de pré-saison, et avec son épaule, malmenée lors d'une opération au mois de novembre.

Le pilote Honda avait dévoilé en début d'année qu'un nerf avait été touché pendant cette intervention, pourtant réalisée à titre préventif dès le premier jour de l'intersaison. Cette mésaventure avait rallongé ses délais de récupération et son équipe avait réalisé qu'il faudrait se faire à l'idée que le Champion du monde en titre ne soit pas en pleine possession de ses moyens au moment de débuter la compétition. Finalement, alors que les valises étaient bouclées et que Losail attendait les pilotes pour leur premier Grand Prix, le championnat a été mis sur pause. Puis, quelques jours plus tard, après avoir encore profité un peu de la liberté qui lui était accordée pour faire du motocross, Marc Márquez s'est confiné, à l'image du reste du peuple espagnol.

Un mois après la date initiale du championnat, où en est le pilote Honda ? "Je continue à travailler sur mon épaule", explique-t-il à la chaîne BT Sport. "On peut se dire que c'est trop long, mais il y a des difficultés avec les nerfs de cette épaule et puis un des muscles était complètement sans activité, à l'arrêt."

Lire aussi :

Malgré une condition physique encore imparfaite, Márquez avait réussi à reprendre la piste le 7 février pour les premiers essais de l'année, non sans avoir cumulé 250 heures de rééducation dans les dix semaines qui avaient précédé. Il avait ensuite enchaîné avec les tests du Qatar, dosant avec prudence son temps de piste alors qu'il n'avait qu'un objectif : être prêt pour l'effort qu'il lui faudrait fournir lors du premier Grand Prix. Désormais, la donne a complètement changé, puisque le championnat débutera, au mieux, du 19 au 21 juin en Allemagne, soit trois mois et demi plus tard qu'initialement prévu. Un délai supplémentaire qui apporte un soulagement évident au #93, alors qu'il n'est pas encore totalement remis.

"Petit à petit, je reprends du muscle et j'ai maintenant besoin de retrouver des forces. Mais maintenant on a le temps", indique-t-il. "Je travaille juste en faisant de la gym, je travaille comme on l'a fait pendant l'hiver, et je suis désormais en bien meilleure forme que je ne l'étais lors des tests de la Malaisie et du Qatar."

Plus de temps aussi pour Oliveira

Miguel Oliveira a subi une opération similaire, trois semaines avant l'Espagnol, et lui aussi était encore sur des œufs à l'heure de faire son retour en piste, en février. Aujourd'hui, il profite du repos forcé auquel il est contraint pour parfaire sa condition physique, d'autant plus impatient de reprendre la compétition qu'il avait dû interrompre sa saison 2019 prématurément à cause de sa blessure.

Lire aussi :

"J'ai passé longtemps sans piloter la moto l'année dernière à cause de ma blessure à l'épaule, ensuite je suis revenu pour les tests", rappelle-t-il dans une interview avec le site officiel du MotoGP. "C'est bien, parce qu'on a plus de temps pour travailler sur l'épaule, mais dans le même temps j'étais vraiment prêt pour la course. C'est en tout cas une situation nouvelle pour tout le monde et je ne crois pas qu'on puisse trop se plaindre parce qu'il y a des choses plus importantes."

"Je suis content d'avoir de l'équipement chez moi, ce qui me permet de continuer à m'entraîner", ajoute le pilote portugais. "L'entraînement physique, c'est quelque chose qui me permet de rester connecté au monde de la course. Je suis revenu un peu à un entraînement similaire à celui de la pré-saison alors le volume est un peu plus élevé parce qu'on ne pilote pas la moto."

partages
commentaires
Rossi participera à la deuxième course virtuelle du MotoGP

Article précédent

Rossi participera à la deuxième course virtuelle du MotoGP

Article suivant

Mugello et Barcelone : pas de surprise mais une grande incertitude

Mugello et Barcelone : pas de surprise mais une grande incertitude
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021