Réactions
MotoGP GP des Pays-Bas

Márquez reconnaît son erreur après une chute à éviter

Pour la première fois de la saison, Marc Márquez a abandonné au sprint, la faute à une chute qu'il reconnaît comme étant de sa responsabilité.

Marc Marquez, Gresini Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

La journée de samedi a valu deux chutes à Marc Márquez, l'une en qualifications qui l'a privé de la lutte finale pour les plus hautes places sur la grille, puis l'autre au début du sprint alors qu'il commençait à peine à se bagarrer dans le top 5. Le pilote Gresini se félicite de s'être relevé indemne, néanmoins il est reparti bredouille de cette course et assume avec dépit son erreur.

"Une erreur de pilotage", résume-t-il, avant de décrire comment il s'est fait piéger par un vibreur qui a fait sautiller sa Ducati et l'a déstabilisé : "Dans le premier tour, j'avais déjà un peu touché ce vibreur et senti la bosse, mais j'avais correctement utilisé la trajectoire parce que je défendais ma position. Mais dans le deuxième tour, alors que j'étais derrière d'autres pilotes, j'ai un peu manqué la marque pour entrer [dans le virage]. Ensuite, j'ai vu que j'allais toucher le vibreur, mais je ne m'attendais pas à cet impact. La moto a sauté et j'ai perdu l'avant. C'est une erreur pour laquelle je m'en veux, car c'est une erreur qu'il fallait éviter."

 

Après ce score vierge, le premier pour lui dans un sprint cette saison, Márquez glisse à 44 points de Martín, toujours leader au championnat, et à 29 points de Bagnaia. "Après cette journée difficile, ce que j'attends pour demain c'est de repartir d'Assen avec de meilleures sensations, où plutôt un meilleur résultat", souligne-t-il. "Mes sensations avec la moto sont bonnes. C'est quelque chose qui me rend heureux parce que dès la deuxième séance, j'ai été rapide en rythme de course, je me sentais bien et je pilotais bien. C'est vrai qu'il y a trois pilotes plus rapides que nous, mais on peut se battre dans le top 5 demain."

Va-t-il adapter sa stratégie en vue de la course principale qui sera disputée dimanche ? "Si je dois utiliser une stratégie demain, ce sera pour aller au bout de la course et retrouver la confiance que j'ai perdue avec la chute. Ce vibreur, je ne l'ai pas touché du week-end. Je vais essayer de prendre un bon départ et de me battre parmi ces cinq premières places, car les trois pilotes qui me devancent sont plus rapides", estime-t-il en évoquant Pecco Bagnaia, qu'il voyait déjà "deux crans au-dessus de tout le monde" hier, ainsi que Jorge Martín et Maverick Viñales.

Lire aussi :

Le sprint n'a fait que confirmer la supériorité de Bagnaia, qui l'a mené de bout en bout. Interrogé sur ce que l'Italien fait de mieux que les autres d'après ce que montrent les données de Ducati, le #93 apparaît plutôt impuissant : "Il vole sur toute la piste ! Il est très rapide ici. J'avais déjà vu l'année dernière et il y a deux ans qu'il était super rapide. Dans ces virages rapides à droite, en particulier, il est incroyablement rapide."

Depuis la première journée, Márquez a senti qu'il était dominé, bien qu'il ait fait état de sensations excellentes au lancement des essais, vendredi matin. Lors de la seconde séance, des hésitations entre deux motos réglées différemment semblent lui avoir coûté en temps et en efficacité, ce que le vent et une certaine instabilité de sa GP23 n'ont pas arrangé. Revenu à un bon package ce samedi, il lui faut maintenant espérer aller au bout de la course pour marquer de gros points, quitte à céder la victoire à plus fort que lui.

Aucun problème avec la prise de roue en qualifs

On l'a dit, le pilote Gresini était déjà tombé ce matin pendant les qualifications, alors qu'il tentait de dépasser Aleix Espargaró dans une séance passablement marquée par le trafic. "J'étais dans un tour rapide. Franchement, je n'avais pas prévu de dépasser à cet endroit-là, c'est un endroit super rapide. J'ai vu qu'Aleix freinait fort pour préparer ce virage et je suis passé parce que c'était la seule solution", explique-t-il. "J'avais une bonne vitesse et quand j'étais totalement sur le banking, il y a une petite bosse sur laquelle sont tombés Fernández et beaucoup de pilotes en Moto2, et c'est là que j'ai perdu l'avant."

 

Questionné pour savoir s'il avait été agacé par une manœuvre du pilote Aprilia juste avant, qui l'a dépassé et quelque peu serré, Márquez assure n'avoir aucun reproche à faire quant à cette phase intense où beaucoup de pilotes cherchaient à se placer.

"Tout le monde attendait une aspiration. Je suis sorti du stand et j'ai vu que tout le monde attendait, or à ce moment-là, je ne voulais pas attaquer parce que j'étais déjà quatrième. Tous les pilotes qui attendaient étaient plus bas que moi au classement. Quand il y en a un qui a attaqué, les autres ont essayé de prendre leur place."

"Mais c'est quelque chose de normal, ça n'est pas la première fois que quelqu'un me le fait ou que je le fais moi-même. C'est quelque chose de normal", assure-t-il. "Sur certains circuits, comme ici ou Phillip Island, les circuits à grande vitesse, ça peut être comme ça. C'est la course. Aujourd'hui, quand je suis sorti du stand, beaucoup de pilotes sont sortis aussi. L'année dernière, c'était moi qui attendais. Comme vous avez pu le voir, Pecco a adopté la stratégie parfaite. Martin était dans le groupe, il a un peu attendu et il a pris la référence parfaite. C'est la course et si on n'est pas sur la trajectoire et qu'on ne dérange pas les pilotes… Il faut survivre."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Aleix Espargaró va être examiné à l'hôpital après sa chute
Article suivant Le déclic à l'origine de la domination de Bagnaia à Assen

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France