Márquez ne se sent "pas coupable" du divorce entre Ducati et Pramac

Marc Márquez réfute toute responsabilité dans la séparation entre Pramac et Ducati, une situation qu'il déplore à titre personnel mais qu'il juge positive pour le championnat.

Marc Marquez, Gresini Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Pramac a confirmé ce que Motorsport.com annonçait dès jeudi : l'équipe italienne va quitter Ducati pour Yamaha à partir de la saison 2025. Une décision prise alors qu'il y a un mois, Ducati et Pramac espéraient aligner Marc Márquez sur une moto d'usine l'an prochain... une solution refusée par l'octuple Champion du monde, finalement promu dans l'équipe officielle.

Paolo Campinoti a reconnu que cet épisode avait joué un rôle dans la séparation avec Ducati. "Si Márquez avait dit oui, je l'aurais accueilli, avec enthousiasme", a-t-il déclaré à GPOne. "Comment faire autrement ? Mais Ducati a choisi de recruter Cristiano Ronaldo."

De son côté, Márquez ne se sent absolument pas responsable de cette situation. Il déplore que Ducati perde un partenaire historique mais voit du positif dans le fait que les rapports de force seront un peu plus équilibrés sur la grille.

"Je ne me sens pas coupable pour le fait que Pramac ait quitté Ducati, parce que je n'ai rien fait", a-t-il souligné après l'annonce de l'association entre l'équipe italienne et Yamaha. "C'est vrai qu'en tant que pilote Ducati, j'aurais aimé qu'ils continuent, parce qu'il y aurait eu deux motos de plus, plus d'informations, et que c'est une équipe importante chez Ducati."

"En tant que passionné de MotoGP, je pense que c'est une bonne nouvelle. D'un côté, égoïstement, je préfère deux Ducati de plus en piste, mais en tant que supporter c'était l'étape logique, que l'une des équipes Ducati s'associe à Yamaha, pour que le championnat ait [huit] motos japonaises, et deux motos italiennes en moins en piste. Cela ouvre plus d'options pour d'autres constructeurs, des sponsors..."

Depuis 2022, Ducati disposait de huit machines en MotoGP, ce qui a été considéré comme un gros avantage, notamment pour la collecte de données. La marque avait ainsi deux fois plus de motos que ses principaux rivaux, tandis que Suzuki et Aprilia n'en avaient que deux en 2022. Le départ de Suzuki la saison suivante et l'association entre RNF, devenu Trackhouse, et Aprilia a par la suite lésé Yamaha, seule marque à ne plus avoir que deux machines sur la grille depuis l'an dernier.

L'an prochain, la situation sera donc plus équilibrée avec six Ducati et quatre motos pour tous les autres constructeurs.

Avec Germán Garcia Casanova

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Bagnaia déjà au-dessus du lot et avec le record en poche
Article suivant Le programme du GP des Pays-Bas MotoGP 2024

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France