Pramac officialise sa rupture avec Ducati pour se lier à Yamaha

Pramac a confirmé son divorce avec Ducati à la fin de la saison. L'équipe italienne va s'associer avec Yamaha, qui va ainsi retrouver un team satellite.

Jorge Martin, Pramac Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

C'est désormais acté : Pramac et Ducati ne fêteront pas, l'année prochaine, le 20e anniversaire de leur partenariat. L'équipe italienne a décidé d'y mettre fin, officialisant ce vendredi depuis Assen l'information que nous vous relayions hier et qui avait pris de plus en plus de corps au cours des dernières semaines.

Des désaccords entre Paolo Campinoti et Ducati ont mené à cette rupture, notamment sur le fait que le constructeur souhaitait tôt ou tard mettre un terme au statut privilégié dont bénéficie Pramac. Si le team italien avait activé l'option contractuelle dont il bénéficiait, il n'aurait eu de certitudes sur le matériel fourni que jusqu'en 2026 inclus. Récemment, le refus de Marc Márquez d'intégrer la formation a aussi contribué à tendre les relations, tandis que de l'autre côté, Yamaha faisait valoir une offre alléchante.

La décision de Pramac risque fort de modifier aussi la hiérarchie au sein du peloton MotoGP, car l'équipe de Paolo Campinoti quitte Ducati au plus haut pour se lier à un constructeur qui traverse une mauvaise passe, malgré des signes encourageants à force de travail. Pramac Racing a remporté l'an dernier le championnat des équipes et vu son pilote Jorge Martín se battre jusqu'au dernier Grand Prix pour le trophée de champion. Cette année, l'Espagnol est à nouveau en lice, leader du championnat depuis le GP du Portugal, deuxième manche de la saison. La donne va totalement changer en récupérant des Yamaha plus en difficulté, mais Pramac croit aux progrès de son nouveau partenaire.

"C'est un contrat de sept ans", a précisé Campinoti à GPOne. "Ces deux [prochaines] saisons, puis cinq avec la nouvelle moto [répondant au règlement 2027]. Yamaha m'a convaincu avec son projet. C'est un grand constructeur qui a beaucoup gagné, et ils ont remporté leur dernier titre il y a seulement trois ans avec [Fabio] Quartararo. Ils travaillent beaucoup, notamment en Italie, avec [Luca] Marmorini [ingénieur motoriste] et Max Bartolini [directeur technique]. Ce ne sera pas immédiat, mais ils vont revenir et gagner, parce qu'ils l'ont toujours fait."

"Ce que je tiens à clarifier, c'est que ce n'était pas une question d'argent", a insisté Campinoti. "En fait, à court terme, je vais en perdre, parce que je n'aurai plus la variable des sponsors. Je ne pense évidemment pas décrocher les résultats auxquels nous étions habitués."

Jorge Martin, Pramac Racing

Pramac mène le championnat avec Jorge Martín actuellement

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Le divorce a bel et bien été accéléré par le refus de Márquez de rejoindre Pramac. "C'est vrai", a confirmé Paolo Campinoti. "Si Márquez avait dit oui, je l'aurais accueilli, avec enthousiasme. Comment faire autrement ? Mais Ducati a choisi de recruter Cristiano Ronaldo."

Tout s'est donc accéléré au Mugello, avec le coup de grâce venu pendant la course. "J'ai tenu longtemps du fait de mon amitié personnelle, profonde, avec Gigi Dall'Igna. J'ai mis du temps à m'y faire", a expliqué le patron de l'équipe. "Mais j'ai pris ma décision quand j'ai vu le dépassement de Bastianini sur Martín au Mugello : il a suscité un enthousiasme incroyable dans le box Ducati. Je comprends Tardozzi, mais il y avait aussi Claudio Domenicali, [Francesco] Milicia… Bref, tout le monde. Mais pourquoi ? Martín n'est-il pas l'un de leurs pilotes ?"

Ducati va donc perdre son équipe satellite la plus proche, celle à laquelle le constructeur fournissait son dernier modèle de Desmosedici et toutes les évolutions développées au fil de la saison. Un statut spécial que va désormais récupérer le team VR46, tandis que Gresini Racing conservera des motos datant de la saison précédente.

Yamaha renforce sa place sur la grille

De huit machines sur la grille, Ducati va ainsi passer à un groupe resserré de six motos. Un changement qui va rééquilibrer quelque peu le peloton MotoGP puisque KTM, Aprilia et Honda vont conserver leurs quatre motos. Et surtout, Yamaha va récupérer une équipe satellite pour s'aligner également sur un groupe de quatre pilotes en piste.

Le doublement des effectifs de Yamaha était un objectif majeur pour Lin Jarvis, qui s'est investi de cette ultime mission avant de quitter son poste de directeur exécutif de Yamaha Motor Racing en fin d'année. Cela fait deux ans en effet que la marque japonaise est limitée aux deux motos de son équipe d'usine, depuis que le team RNF (aujourd'hui remplacé par Trackhouse) s'est allié à Aprilia.

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Yamaha ne se reposait que sur son équipe officielle depuis 2023

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

En retrouvant une structure satellite, elle va aligner quatre motos de même spécification et faire preuve, là aussi, d'une approche plus incisive. Pour Campinoti, le concept d'équipe satellite "n'existe plus" "Regardez KTM", cite-t-il en exemple. "En 2025, ils auront quatre motos officielles, le même sponsor, les mêmes couleurs."

L'association avec Yamaha pourrait mener à un changement complet de pilotes. Martín s'est déjà engagé avec Aprilia pour la saison 2025 et il paraît difficile d'imaginer Franco Morbidelli rester alors qu'il a quitté l'équipe Yamaha officielle il y a seulement quelques mois.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Di Giannantonio se voit sur une moto gagnante dès les premiers GP 2025
Article suivant Essais - Bagnaia domine, seulement challengé par Viñales

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France