Réactions
MotoGP GP de Saint-Marin

Miller à la peine sur la KTM : "Il faut que je retrouve ma confiance"

Jack Miller a détaillé ses difficultés sur une KTM pourtant performante, et qui lui ont fait vivre son plus mauvais week-end de l'année au GP de Saint-Marin.

Jack Miller, Red Bull KTM Factory Racing

Après plusieurs courses décevantes, Jack Miller pensait avoir mis le doigt sur les bons réglages au GP de Catalogne, mais il a finalement vécu son week-end le plus difficile de la saison une semaine plus tard à Misano. Le pilote KTM n'a pris que la 18e place en qualifications, son plus mauvais résultat depuis Valence 2018, et a dû se contenter de la 15e position en course sprint. Le dimanche, il végétait à la 19e place quand il a abandonné après un accrochage avec Michele Pirro.

"Je comprends ce dont j'ai besoin sur la moto et pour moi", expliquait pourtant l'Australien après la course sprint. "La moto fonctionne plutôt bien. Dans les deux secteurs où il faut freiner, je suis rapide dans le dernier secteur et dans le top 5 dans le deuxième secteur, mais je suis presque dernier dans le premier et le troisième secteur. Partout où il faut laisser la moto rouler, je manque de vitesse et de confiance. J'essaie juste de comprendre comment trouver la confiance en moi, comment trouver la confiance sur la moto et progresser globalement." 

Malgré ses difficultés, Miller a perçu de petits progrès tout au long du week-end, mais toujours au prix d'un travail incessant sur ses réglages : "On a pas mal changé la moto entre les qualifications et la course [sprint] et je me sentais mieux. Je perdais encore beaucoup de temps dans le troisième secteur, c'était un peu mieux dans le premier et j'ai pu être plus à l'aise après le cinquième tour, pour vraiment attaquer."

"J'ai fait quelques changements, des ajustements sur la moto, je ne me sentais pas mal", ajoutait-il après son abandon en course principale. "J'ai pris un meilleur départ que [samedi] et j'ai un peu roulé à mon rythme. Je roulais dans la fenêtre moyenne à haute des 1'32."

L'Australien n'a cependant pas caché la nécessite de progresser, d'autant plus que chez KTM, Dani Pedrosa et Brad Binder ont été les plus performants derrière les trois Ducati de tête à Misano. Miller a conscience du potentiel de la machine autrichienne mais manque de repères pour en tirer le meilleur : "On sait qu'on peut rouler, on sait que la moto peut être bonne. La moto est performante, c'est juste qu'il faut que je retrouve ma confiance, mes sensations, mon niveau de confiance."

Jack Miller, Red Bull KTM Factory Racing

Jack Miller

"Comme je l'ai dit, on a une moto fantastique, le moteur est bon, le châssis est bon. Il faut avoir ce déclic. On travaille sans cesse, l'équipe et moi. Je fais de mon mieux, j'en fais autant que possible pour être à l'aise sur la moto et essayer de la piloter un peu différemment, ou [voir] ce que je peux faire dans mon pilotage pour m'adapter et devenir meilleur. C'est un processus qui prend un peu de temps."

"C'est juste un peu de confiance avec l'avant, et essayer de garder plus de vitesse en courbe", a-t-il détaillé. "C'est le plus important. Garder assez de vitesse et réussir quand même à tourner, ça facilite tout. C'est que l'on recherche."

Une perte de confiance difficile à expliquer

Jack Miller avait pourtant débuté l'aventure avec KTM en fanfare cette année, en terminant au pied du podium en course sprint à Portimão puis en prenant la troisième place le dimanche à Jerez, mais il a depuis dégringolé dans la hiérarchie. Interrogé sur les causes de cette trajectoire descendante, qui a pu entraîner des rumeurs sur son avenir, l'intéressé à pointé du doigt le cumul de plusieurs éléments.

"Bonne question. Il y a eu quelques chutes... Je ne sais pas. On a beaucoup joué sur la moto au cours des dernières semaines et je travaille tout le temps mais ce n'est pas comme si nous étions lents. Le niveau devient extrêmement rapide, les chronos que l'on a faits en qualifications étaient fous. Le niveau est excellent et on doit continuer à travailler, on travaille en piste pour y parvenir. La barre est toujours plus haute, ces gars sont des sportifs incroyables et je dois faire mieux, c'est simple."

Jack Miller, Red Bull KTM Factory Racing

Jack Miller

"À Assen, on est un peu allés dans une autre direction et y renoncer n'a pas été la solution immédiate", a-t-il rappelé. "Les pistes ne m'ont pas vraiment aidé dans cette situation, ou au niveau des sensations avec l'adhérence. C'est assez dur de désigner une chose ou une autre. C'est la situation actuelle, ce n'est pas la première fois que j'ai du mal à comprendre les choses et que je travaille pour y arriver, et je suis sûr que ce n'est pas la dernière."

Miller a profité du test post-course de Misano pour poursuivre ce travail et s'est dit rassuré par ses performances : "Ce test n'aurait pas pu arriver à un meilleur moment. Enfin, quelques courses plus tôt ça aurait été sympa, mais c'est bien de pouvoir piloter en tout cas, juste de me concentrer sur de petites choses, me concentrer sur mon pilotage, me concentrer sur les réglages. La matinée a été bonne, j'ai pris du plaisir. La piste était un peu sale dans la matinée mais ça s'est vite amélioré. La moto fonctionne bien. [...] Je suis plus rapide que pendant le week-end. J'avais le pneu medium et je suis vraiment content des progrès."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Dall'Igna promet à Martín les mêmes chances que Bagnaia
Article suivant Álex Márquez a "jeté à la poubelle" son GP de Saint-Marin en qualifs

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France