Joan Mir a pour "priorité" de prolonger son contrat avec Suzuki

Dans un entretien avec Motorsport.com, Joan Mir affirme que la réaction de Suzuki cet hiver l'a convaincu, faisant désormais du renouvellement de son contrat sa priorité, devant tout autre option.

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP

En novembre 2020, Joan Mir réalisait l'exploit de ramener Suzuki au sommet, remportant le premier titre pilotes de la marque en MotoGP, deux décennies après le sacre de Kenny Roberts Jr en 500cc. Un an plus tard, le pilote espagnol bouclait la saison 2021 en colère, exprimant un sentiment d'impuissance après n'avoir pas été en mesure de tenir tête à Fabio Quartararo, son successeur au championnat, ou encore à Pecco Bagnaia. Loin des cinq victoires de l'un et des quatre de l'autre, Mir s'est classé troisième, à 70 et 44 points respectivement, sans aucun succès en dépit de six podiums.

C'était la conclusion d'une année qui n'a été simple pour personne chez Suzuki, année entamée par le départ de Davide Brivio, l'un des acteurs clés du programme MotoGP depuis le retour de la marque en 2015. À ce passage inattendu du responsable italien en F1, à un mois du début des essais de pré-saison, s'est ajouté le ralentissement du développement de la GSX-RR, et particulièrement de son moteur. Le manque de puissance de la machine s'est fait douloureusement ressentir dès le premier Grand Prix, au Qatar, où Mir a été dépassé sur la ligne d'arrivée par les Ducati de Johann Zarco et de Pecco Bagnaia.

La frustration du champion sortant n'a fait que s'accroître au fil des courses, le poussant même à envisager la possibilité d'un changement d'équipe. Il a cependant voulu donner sa chance à Suzuki, la marque qui avait misé sur lui en 2018 alors qu'il faisait un passage éclair en Moto2 sans parvenir à y remporter de victoire.

Alors que son contrat courait jusque fin 2022, à l'instar de celui de bon nombre de pilotes de la grille MotoGP, Joan Mir a voulu obtenir des garanties. Deux éléments devaient à ses yeux être corrigés cet hiver. Tout d'abord, il fallait que Suzuki retrouve un team manager, afin que l'équipe ait un guide et un cap après une année durant laquelle le manque de leadership a engendré un certain découragement parmi les troupes. C'est à ce besoin que répond le recrutement de Livio Suppo, annoncé la semaine dernière. Le second point concernait bien évidemment la moto, qui nécessitait un regain de puissance.

Dans un entretien avec Motorsport.com, Joan Mir affirme que Suzuki a réagi de manière suffisamment importante à ses yeux et que sa priorité est désormais bien claire. "Comme je l'ai dit pendant la pré-saison, je voulais voir comment serait la nouvelle moto et ce qui se passerait concernant le team manager avant de penser au renouvellement [de mon contrat]. Je vois que Suzuki a fourni un gros effort pour répondre à nos demandes et ma priorité sera donc de renouveler. Mon représentant va rencontrer Livio et Sahara pour négocier les détails", explique le pilote espagnol.

Mystérieux sur le sujet au moment de la reprise des essais, il y a un mois, Joan Mir nie aujourd'hui catégoriquement avoir entamé des discussions avec qui que ce soit d'autre. "Ces rumeurs sont totalement fausses. Je n'ai reçu aucune offre car nous n'avons négocié avec personne", affirme-t-il, qualifiant de "fake news" les rumeurs selon lesquelles il aurait intéressé Honda et Yamaha.

"J'ai demandé [à Suzuki] une évolution de la moto et le recrutement d'un team manager, et la marque a répondu à mes demandes. C'est pourquoi je vais leur donner la priorité, même si cela ne signifie pas que quoi que ce soit est bouclé. Je ne suis pas pressé et je ne suis pas non plus inquiet pour mon avenir, car j'ai une grande confiance dans mon potentiel. Je suis sûr que j'aurai une bonne équipe en 2023."

Satisfait des essais menés à Sepang et Mandalika, Joan Mir est désormais prêt à reprendre la compétition, cette semaine à Losail, et à se mêler à nouveau aux pilotes les plus rapides. "J'ai bien travaillé cet hiver et je me sens prêt à me battre pour le titre. Suzuki a beaucoup amélioré la moto, tant au niveau du moteur que sur les autres aspects. J'ai le sentiment que l'on sera compétitifs dès le départ", conclut-il.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Marco Bezzecchi, le rookie attendu au tournant par Casey Stoner
Article suivant Saison MotoGP 2022 : le calendrier et le programme des GP

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France