Morbidelli est "resté en vie" grâce à l'aide de Rossi et de l'Academy

L'environnement compétitif de la VR46 Riders Academy et l'aide de Valentino Rossi ont permis à Franco Morbidelli de continuer à croire en lui au cours des deux dernières années.

Franco Morbidelli, Yamaha Factory Racing,

Franco Morbidelli n'a plus été capable de jouer les premiers rôles depuis qu'il a pris la deuxième place du championnat en 2020, sur la Yamaha satellite de l'équipe SRT. Arrivé dans la structure officielle en cours de saison l'année suivante, il n'a jamais fait mieux qu'une quatrième place, au Grand Prix d'Argentine cette année, et n'est pas certain de conserver sa place pour la saison 2024.

Yamaha a donné à son pilote jusqu'à la pause estivale pour prouver sa valeur, et même si les options pour le remplacer sont limitées, des rumeurs ont évoqué le nom de Jorge Martín, dont le contrat avec Ducati prévoit une option lui permettant de partir s'il reçoit une offre d'une équipe d'usine.

Franco Morbidelli n'a pas renoncé et la VR46 Riders Academy mise en place par Valentino Rossi a beaucoup travaillé avec lui pour l'aider à progresser, ce que l'Italien a détaillé dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com.

"La meilleure chose que l'Academy, Vale et tous les gars puissent me donner, c'est un combat", a expliqué Morbidelli. "On grandit vraiment face à l'adversité. Plus on est confronté à l'adversité, plus on peut la surmonter, et on devient quelqu'un de meilleur, un meilleur pilote en l'occurence. Donc ce que Vale fait bien, c'est de m'offrir un combat à chaque entraînement."

"Même s'il a pris sa retraite, il est toujours très compétitif avec des kartings et au Ranch avec des R1. Dès qu'il monte sur quelque chose, la concurrence est aussi forte qu'en compétition."

Franco Morbidelli, Yamaha Factory Racing

Franco Morbidelli

Cet environnement compétitif a prouvé à Franco Morbidelli qu'il restait un bon pilote : "C'est grâce à ça que je suis resté en vie l'an dernier, parce que dans les moments difficiles que je connaissais [en MotoGP], quand je m'entraînais au Ranch et dans tout ce que je faisais, je voyais que mon potentiel était là. Quand j'étais chez moi j'étais le Franky normal, rapide en toutes circonstances."

"Donc ça m'a maintenu en vie, mais en même temps je me suis dit 'Ok, je dois aussi faire mieux dans ce que je pense déjà bien faire'. J'ai essayé de ne pas seulement améliorer les choses qui sont faciles à voir et de comprendre ce que je pouvais faire mieux, mais aussi d'améliorer ce que je pensais déjà réussir."

"C'est difficile et c'est un processus long, ce n'est pas immédiat, mais c'est comme ça que l'on peut progresser. [...] Mais c'est ce qui fait qu'en ce moment, quand j'aborde des qualifications, je sens que je peux me battre avec mon coéquipier et ne pas me prendre une seconde."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Andrea Dovizioso intronisé parmi les Légendes MotoGP
Article suivant Bezzecchi rêve d'une moto d'usine, "et encore mieux si c'est une Ducati"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France