Pol Espargaró lui-même surpris par les résultats de KTM

Il voyait à peine les feux lorsqu'il a pris place pour la première fois sur une grille de départ avec la KTM et, trois ans et demi plus tard, Pol Espargaró a décroché la première pole position du constructeur et l'a vu s'imposer. Une progression fulgurante qui lui procure joie et reconnaissance, mais aussi une pointe de frustration.

Pol Espargaró lui-même surpris par les résultats de KTM

Pol Espargaró aura tout connu avec KTM. En quatre saisons, le pilote espagnol a vu la RC16 gravir les échelons, depuis le bas fond du classement jusqu'à la première marche du podium. Celle-ci lui a pour le moment échappé, même s'il a affiché le potentiel pour y monter cet été. Passé à côté à Brno où il a chuté, il a dû se contenter d'une place de témoin privilégié à la cérémonie du podium du GP de Styrie, lorsque Miguel Oliveira a fait à son tour retentir l'hymne autrichien après Brad Binder deux semaines plus tôt.

Lire aussi :

Depuis quatre ans, Pol Espargaró a été le pilier et le fer de lance du programme de Mattighofen. Arrivé dans le groupe fin 2016 en provenance de Tech3, il faisait initialement équipe avec celui qui était déjà son acolyte dans l'équipe française, Bradley Smith. Ensemble, ils ont accompagné la machine autrichienne dans sa première saison, après un baptême du feu réalisé au Grand Prix de Valence 2016 par Mika Kallio, l'homme de l'ombre qui avait réalisé le gros du développement durant les premiers mois de préparation.

Pour leur premier Grand Prix au guidon de la RC16, celui du Qatar en 2017, Espargaró et Smith ont hérité des deux derniers emplacements de la grille de départ, pointés à 2"8 et 3"3 du premier après les essais libres alors que les qualifications ont été annulées par les conditions météo. Ils ont coché une première case en voyant le drapeau à damier en course, mais leur retard de 33 et 39 secondes respectivement en disait long sur le chemin restant à parcourir. Les premiers points allaient arriver à la course suivante.

Témoignant d'un moment très particulier pour lui, Pol Espargaró s'est remémoré le chemin parcouru lorsqu'il a décroché la première pole position de son équipe il y a deux semaines. "Ce furent quatre années vraiment faites de hauts et de bas. La première année, la moto était incroyablement difficile, on était à trois secondes en qualifs, je me souviens avoir été [avant-]dernier sur la grille au Qatar au point de ne même pas pouvoir voir les feux ! Tout était super difficile", se souvenait-il.

Hors des points à sa première course, Pol Espargaró a offert à KTM un premier top 10 à la mi-saison 2017 : durant la seconde moitié de cette première campagne, ce résultat allait revenir cinq fois, dont quatre grâce à l'Espagnol. Fin 2018, un premier podium obtenu sous la pluie de Valence venait récompenser les deux premières années de compétition, puis deux premières qualifications en première ligne sont arrivées en 2019, d'abord dans des conditions mixtes à Brno avec Johann Zarco, puis sur le sec à Misano avec Pol Espargaró.

Lire aussi :

L'Espagnol, qui s'était imposé comme le leader de l'équipe, a pu observer l'évolution significative, mais progressive, des performances. "Les progrès ont commencé à venir l'année dernière. À partir de la mi-saison, tout a commencé à être, peut-être pas plus facile, mais en tout cas avec la deuxième place [sur la grille] à Misano on s'est dit que parfois on pourrait y arriver. Peut-être pas tout le temps, mais en tout cas la moto progressait", décrit-il.

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing, Pit Beirer

Pol Espargaró et Pit Beirer

Encore enrichie en vue de 2020, la RC16 est désormais capable de se battre contre les références du plateau. "On n'a pas fait une moto complètement neuve. Il y a des choses qui sont arrivées : le châssis, puis des évolutions moteur, l'électronique qui s'est un peu améliorée… Et puis les pneus sont arrivés et ils ont gêné certains constructeurs alors qu'ils étaient bien mieux pour nous", admet Espargaró. "On n'est pas au niveau de faire une toute nouvelle moto, comme le fait par exemple Honda, car je pense qu'au niveau qui est le nôtre à présent ce serait une erreur. On a juste apporté des nouveautés et toutes ont fonctionné. C'est grâce à l'usine : ils font un travail incroyable, ils ont fait une super moto et je suis super reconnaissant de pouvoir finalement piloter la moto à ce niveau."

Malgré ce travail colossal et son attachement au projet, les résultats de ces deux premiers mois de compétition surprennent Pol Espargaró. "C'est venu de manière progressive. Et je n'ai en fait pas senti qu'on avait changé tellement de choses au point d'être aussi bons. J'ai encore du mal à croire qu'on soit si rapides… Je ne veux pas être négatif, mais le meilleur gars du championnat n'est pas là. Marc [Márquez] n'est pas là et j'aimerais qu'on puisse se comparer au meilleur. Je ne sais pas ce qu'il ferait."

"On est très bons, c'est vrai, mais j'aimerais qu'on fasse encore plus de courses et qu'on voie ce qu'il en est à d'autres endroits parce qu'à Jerez on n'était pas aussi bons qu'en République Tchèque et [qu'en Autriche]", poursuit l'Espagnol, qui préfère confirmer au lieu de s'emballer prématurément. "On va clairement essayer de monter sur le podium d'autres fois cette année. Je ne sais pas comment ça se passera sur les prochaines courses, je n'en ai aucune idée. Mais au fond on ne s'attendait pas à être aussi rapides qu'on l'a été en République Tchèque, et pourtant on l'a été. Il faut juste qu'on garde notre calme, qu'on essaye de continuer à faire notre job comme on le fait actuellement et le reste va suivre."

Lire aussi :

Lui qui a décidé de rejoindre Repsol Honda pour la saison prochaine en estimant qu'il ne pouvait pas, à son âge, laisser passer une opportunité unique de courir pour une équipe faisant partie des prétendantes au titre, il ne peut que constater amèrement que le HRC figure actuellement aux dernières places du championnat alors que KTM est cité parmi les prétendants à la couronne.

Actuellement dixième, après deux abandons sur chute en cinq courses, croit-il en ses chances personnelles pour le titre 2020 ? "Ce sont des sentiments doubles, entre la joie et la confiance dues au fait qu'on n'est pas loin, et la colère parce que j'aurais été vraiment tout près si j'avais pu finir [les courses] en République Tchèque et [en Autriche]", regrette-t-il. "Mais, au fond, on n'est pas loin donc en faisant de super courses comme celle [de Styrie] et en se battant pour la victoire chaque week-end tout peut arriver. Il reste beaucoup de courses, de bonnes pistes sur lesquelles on a montré de bonnes performances l'année dernière et on est un cran au-dessus cette année, alors c'est bien !"

partages
commentaires
Ezpeleta : Si le MotoGP reste dans sa bulle, les GP ne sont pas en danger

Article précédent

Ezpeleta : Si le MotoGP reste dans sa bulle, les GP ne sont pas en danger

Article suivant

Des spectateurs au GP de France ? Réponse le 23 septembre

Des spectateurs au GP de France ? Réponse le 23 septembre
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021