Reprise du MotoGP : "Pas le droit à l'erreur" face au COVID

Pour pouvoir reprendre, le MotoGP va devoir s'enfermer dans une bulle alors que le virus circule toujours et peut à tout moment mener à l'échec le plan de relance du championnat. Le médecin en charge de faire appliquer le protocole compte sur le sens des responsabilités de tous.

Reprise du MotoGP : "Pas le droit à l'erreur" face au COVID

Dans un mois, le paddock MotoGP reprendra forme. Un paddock fortement réduit, qui ne comptera pas d'invités, d'assistants, de proches des pilotes, de fans, pas même de médias à la seule exception de quelques photographes triés sur le volet. Un paddock, aussi, qui devra s'adapter à une nouvelle façon de procéder, sachant que les accords nécessaires à l'organisation des 13 courses confirmées à ce jour s'appuient sur un protocole strict, défini avec les autorités. Et si dans certains pays l'insouciance reprend peu à peu le dessus, il n'est pas question pour le MotoGP d'oublier la réalité de la situation sanitaire.

"Je me fiche qu'il manque encore un mois avant le premier GP, je me fiche que l'état d'alerte soit terminé, que nous ayons dépassé les trois phases, que nous vivions déjà la nouvelle normalité, je me fiche que les gens aillent à la plage : lors des deux premiers Grands Prix à Jerez, celui d'Espagne et celui d'Andalousie, les 19 et 26 juillet, nous serons extrêmement rigoureux", prévient Ángel Charte, directeur médical du MotoGP, cité par le journal El Periódico de Catalunya.

Lire aussi :

"Nous allons nous enfermer dans une bulle. Nous allons contrôler au maximum les 1200 personnes que seront présences dans le paddock et nous allons les contrôler à chaque minute ! Lors de ces deux premières courses, nous ne voulons pas rencontrer de surprises. Nous n'avons pas le droit à l'erreur. Les enjeux sont trop importants. Le coronavirus est toujours là et il représente toujours un danger. Et ce sera le cas dans un mois aussi."

Trois principes fondamentaux vont régir les conditions de cette reprise : le paddock sera réduit à son strict minimum, des tests seront menés avant mais aussi pendant les Grands Prix, et une limitation drastique des contacts entre équipes sera mise en place. "Si la première course a lieu le 19 juillet, tous les membres du paddock devront passer ces tests le vendredi 10 juillet, rester à la maison pendant le week-end et se rendre à Jerez le lundi. Et à partir de là, ils seront entre nos mains, extrêmement contrôlées", explique le Dr Charte.

Comme en F1, une application de traçage sera également utilisée afin de répertorier chaque jour les données de santé jugées comme étant de bons indicateurs pour les personnes présentes. "Nous avons créé une appli, une base de données, où chaque jour, à sept heures du matin, les responsables de chaque équipe vont déposer les données de tous les membres de leur équipe afin qu'on les examine, qu'on leur donne le feu vert et que l'on puisse commencer la journée en sachant que tout le monde est en bonne santé. J'aurai à ce moment-là la température de chaque membre du paddock et je saurai s'ils présentent ou non des symptômes de toux, de gastro-entérite ou de douleurs musculaires : ce sont les quatre paramètres qui nous alerteront sur leur état."

Le protocole est décrit comme étant "strict et dur", les instances ayant décidé de ne pas l'assouplir par crainte d'un virus qui constitue toujours aujourd'hui un danger à ne pas sous-estimer. "Nous jouons gros. Si ces deux premières courses se passent bien, il y aura le temps pour lâcher du lest", souligne le Dr Charte.

Lire aussi :

Le médecin espagnol prend à bras le corps la gestion de ce protocole si essentiel dans une situation aussi délicate, après avoir directement affronté le COVID-19 en traitant des centaines de patients atteints à l'Hôpital Universitaire Dexeus de Barcelone. Et il en appelle à la responsabilité de chacun, afin que le calendrier prévu puisse être respecté et la saison sauvée. "Nous ne pouvons pas échouer à cause de l'irresponsabilité d'une, deux, cinq ou dix personnes", prévient-il. "Nous ne voulons pas de bêtises ou d'indiscipline, nous voulons que tout le monde soit extrêmement discipliné. Je sais qu'ils le seront. J'insiste, nous jouons gros. Trop gros."

À l'instar de la F1, le MotoGP ne sera toutefois pas bloqué si quelques cas devaient apparaître, un isolement étant prévu pour les gérer le cas échéant. La personne concernée, et possiblement celles avec lesquelles elle aura été contact, pourront être prises en charge par les hôpitaux, des accords ayant été passés avec les établissements proches de tous les circuits intégrés au nouveau calendrier.

partages
commentaires
Petrucci aurait signé avec KTM

Article précédent

Petrucci aurait signé avec KTM

Article suivant

Stoner s'interroge sur le fait que Rossi prolonge sa carrière

Stoner s'interroge sur le fait que Rossi prolonge sa carrière
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021