Rossi : "Pour moi, les problèmes ne sont pas réglés"

partages
commentaires
Rossi :
Par : Léna Buffa
7 nov. 2018 à 18:25

Le pilote Yamaha estime que la récente amélioration des performances ne signifie pas que tout est résolu pour le constructeur japonais. Et c'est bien de l'usine qu'il attend un coup de main pour franchir l'étape suivante.

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Leader durant 16 tours de la course de Sepang, Valentino Rossi a été bien au-delà de ce qu'il avait réalisé précédemment durant cette saison, lui qui n'avait bouclé que dix tours en tête au total des 16 Grands Prix courus jusqu'à présent en 2018.

Lire aussi :

Depuis que Yamaha est entré en situation de crise cet été, chacun admettant ouvertement les difficultés rencontrées et les manquements du constructeur, on se demandait si Iwata parviendrait à relever la tête et à retrouver des performances de premier plan, sa saison ressemblant de plus en plus, Grand Prix après Grand Prix, à un bourbier dont il semblait difficile de s'extirper. Les tests privés des pilotes titulaires étaient terminés et plus aucune nouveauté de taille ne semblait devoir enrichir le package avant l'entrée officielle dans la saison 2019.

Et puis, contre toute attente, la tournée outre-mer a vu la tendance s'inverser. Un podium et une quatrième place en Thaïlande (où Rossi a par ailleurs mené six tours), à nouveau une quatrième place pour le Docteur au Japon, puis la victoire libératrice conquise par Viñales en Australie. Et une semaine plus tard, c'était au tour de Rossi de toucher du doigt le trophée du vainqueur, avant de chuter à quatre tours de l'arrivée.

"On a essayé de chambouler les réglages de la moto afin d'aider le plus possible le pneu arrière. Lors des dernières courses, on a progressé. Depuis la Thaïlande, disons", constate Valentino Rossi.

"Sur les dernières épreuves, on a un peu progressé sur l'électronique. Il y a trois ou quatre courses, on a reçu quelque chose de nouveau qui a un peu aidé", souligne-t-il, peu convaincu néanmoins par l'aspect significatif de ces nouveautés. "Ces derniers temps, on a eu quelque chose de mieux, mais chercher des réglages différents a peut-être compté plus que les nouveautés."

Lire aussi :

"On modifie beaucoup les réglages de la moto et on essaye de tout faire pour aider le pneu arrière. Au final, ça a fonctionné parce que je me suis senti bien dès vendredi matin. On a bien travaillé avec le team, on a juste fait un petit ajustement et on a pu être compétitifs pendant toute la course", expliquait-il au terme du week-end malaisien.

Encore des problèmes à régler en fin de course

Tout en regrettant que ces progrès acquis grâce au travail réalisé sur le set-up n'aient pas été obtenus plus tôt, Rossi continue à en appeler à l'aide du constructeur, estimant qu'il reste encore à faire pour réellement considérer que ces difficultés sont dépassées et que les améliorations s'obtiendront à l'usine et non au stand.

"On a beaucoup progressé, mais on est un peu en difficulté dans les derniers tours. Maverick aussi a dû ralentir en Australie. On a encore un peu de mal dans la dernière partie de la course, mais la différence c'est qu'il était seul et il a gagné. Moi, par contre, j'avais Márquez", rappelle le numéro 46 au sujet de cette fin de course tronquée en Malaisie. "Pour moi, on a encore du mal dans la dernière partie de la course. Mais c'est une chose de parler des trois ou quatre derniers tours, et c'est autre chose si vous commencez à avoir des problèmes à la mi-course."

Lire aussi :

"Il reste encore un peu [à faire], on a besoin d'aide cet hiver. J'ai beaucoup parlé avec les Japonais et ils semblent être en train de travailler", témoigne Rossi. "Quand on voit une course comme celle-ci, on se dit que si l'on réussit à obtenir une petite amélioration, alors peut-être qu'on peut y arriver. Or, quand on voit une course comme Aragón où l'on termine huitième à je ne sais pas combien de secondes, on se demande si on y arrivera un jour."

"Pour moi, les problèmes ne sont pas réglés et il faut qu'on progresse. On a bien travaillé sur le software, mais on attend quelque chose de plus sur le hardware de la part du Japon. Je pense qu'on a besoin de détails particulièrement sur l'électronique et le moteur", conclut le pilote italien.

Article suivant
KTM menacé par Aprilia après sa déconvenue en Malaisie

Article précédent

KTM menacé par Aprilia après sa déconvenue en Malaisie

Article suivant

Lorenzo félicite Rossi : "J'ai dit la vérité sans être hypocrite"

Lorenzo félicite Rossi : "J'ai dit la vérité sans être hypocrite"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Malaisie
Catégorie Course
Lieu Sepang International Circuit
Pilotes Valentino Rossi Boutique
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités