MotoGP
17 juil.
Événement terminé
24 juil.
Événement terminé
07 août
EL1 dans
17 Heures
:
54 Minutes
:
23 Secondes
C
GP d'Autriche
13 août
Prochain événement dans
6 jours
C
GP de Styrie
21 août
Prochain événement dans
14 jours
10 sept.
Prochain événement dans
34 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 sept.
Prochain événement dans
42 jours
25 sept.
Prochain événement dans
49 jours
09 oct.
Prochain événement dans
63 jours
16 oct.
Prochain événement dans
70 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
77 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
91 jours
13 nov.
Prochain événement dans
98 jours

Sprint ou marathon, Tech3 pressent une saison rude mais excitante

partages
commentaires
Sprint ou marathon, Tech3 pressent une saison rude mais excitante
Par :
14 juil. 2020 à 06:14

La saison 2020 du MotoGP est désormais sur le point de débuter, à Jerez. Un championnat inédit, chamboulé par le coronavirus, et qui s'annonce excitant selon Hervé Poncharal et Miguel Oliveira.

Avec la constitution d'un nouveau calendrier pour répondre aux reports et annulations engendrés par la pandémie de COVID-19, le championnat MotoGP 2020 est, sur le papier, sauvé. Pour l'ensemble des pilotes actuels, il prend cependant une forme inédite. Plus tardive qu'elle ne l'a jamais été, cette saison s'annonce moins réduite que cela a pu être craint initialement, si bien que la gestion d'un rythme très intense est aujourd'hui au cœur de la préparation des pilotes, avec pour le moment 13 courses prévues en 18 semaines.

"Je pense que le fait qu'il y ait tellement de courses si proches les unes des autres fera que ce sera un sprint incroyable, où la vitesse mais aussi le cerveau compteront beaucoup", estime Hervé Poncharal sur le site officiel du MotoGP. Son pilote, Miguel Oliveira, partage le goût de la métaphore athlétique, mais celle-ci prend l'orientation inverse. "Je le vois plus comme un long marathon, parce qu'on a beaucoup de courses qui s'enchaînent et physiquement ce sera très dur", décrit-il, s'accordant en tout cas avec le patron du team Tech3 sur la complexité d'un tel format. "Il va falloir qu'on soit très malins dans les stratégies que l'on applique entre les courses : les temps de repos, une très bonne nourriture, saine."

"Nous aurons peut-être des surprises dans ce court championnat", pressent lui aussi Mike Leitner, team manager de la structure factory de KTM. "Ce sera très exigeant pour les pilotes et les équipes. Personne n'a l'expérience de cette situation, nous devrons faire attention à la santé des pilotes car les courses sont très proches les unes des autres et une erreur peut poser un gros problème pour la saison."

Lire aussi :

"Ce qu'il y a de positif, c'est que nous n'avons pas de longs voyages entre les courses, ce sera donc un facteur qui nous aidera puisqu'on pourra se reposer plus étant donné que les courses sont très proches les unes des autres", reprend Oliveira. "Je me sens assez privilégié d'avoir un championnat cette année : beaucoup d'athlètes ne sont pas dans le même cas et ne peuvent pas en dire autant. Quelles que soient les circonstances, je pense qu'on doit être reconnaissants envers la Dorna et l'IRTA pour tous les efforts réalisés afin que le championnat reprenne."

Outre cet agenda constitué en réponse à la crise qui a mis le championnat à l'arrêt durant plusieurs mois, Hervé Poncharal n'oublie pas qu'une hiérarchie particulièrement compacte s'était dégagée lors des tests de pré-saison et que cela aussi va contribuer à pimenter la reprise, cette semaine. "Ce que nous avons pu voir c'est qu'aux tests de Sepang et du Qatar, nous avions entre 15 et 18 pilotes dans la même seconde. Ce sera donc une saison incroyablement excitante, ouverte. Clairement, nous savons que Marc [Márquez], Fabio [Quartararo], Andrea [Dovizioso], Maverick [Viñales]… tous ces gars vont certainement être devant, mais ce sera un groupe incroyablement serré."

Tech3 veut profiter des progrès de KTM

Dans un tel contexte, Tech3 n'a pas l'intention de laisser passer sa chance. L'équipe française, qui entame sa deuxième saison avec KTM, va désormais pouvoir mettre à profit les premières expériences acquises avec la RC16, mais aussi profiter d'un soutien renforcé de la part du constructeur. Dès cette année, les quatre machines du groupe seront identiques, et Hervé Poncharal peut être d'autant plus serein à l'idée que ce nivellement soit encore plus abouti en 2021 : il ne sera alors plus fait de distinction entre équipe officielle et équipe satellite.

"Je parlais avec Miguel hier soir", témoignait-il il y a quelques jours, "et croyez-moi : si nous avons une opportunité de faire un top 5 ou de nous battre pour un podium, ce n'est pas complètement dingue à dire, c'est une possibilité. Si vous ne rêvez pas en grand, vous ne montez jamais haut !" Le récent test mené à Misano n'a fait que confirmer au patron français que le potentiel est plus grand cette année : "La KTM RC16 2020 fonctionne très bien, Miguel a fait son meilleur temps avec nous, alors ça promet, je suis content. Et puis c'est bien d'aller à Jerez, pour la première manche, en ayant notre line-up pour 2021 déjà établi."

Lire aussi :

Cette année, plus que l'an dernier, Tech3 doit pouvoir profiter des progrès généralisés accomplis par la marque allemande, notamment grâce à l'apport de Dani Pedrosa ces derniers mois. "Nous avons apporté une nouvelle moto l'an dernier et elle a été prometteuse lors des essais hivernaux, nous avions déjà des pilotes dans le top 10", rappelle Leitner. "Nous avons vu également à Misano que nous étions compétitifs, même si nous savons évidemment que les autres attaqueront aussi. Mais nous sommes confiants et nous voulons améliorer notre position au championnat, nous voulons de meilleurs résultats en 2020."

Avec Emmanuel Touzot

Crutchlow admet qu'Aprilia serait "un projet intéressant"

Article précédent

Crutchlow admet qu'Aprilia serait "un projet intéressant"

Article suivant

Toutes les MotoGP 2020 en photos

Toutes les MotoGP 2020 en photos
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Équipes Tech 3
Auteur Léna Buffa