La dernière ligne droite

La course printanière idéale : les 6H de Spa ! Rendez-vous traditionnel d’une saison d’Endurance mondiale, la manche belge est aussi synonyme de grande répétition avant Le Mans ! Autant dire qu’elle est immanquable et cela tombe bien : qualifs et course seront à suivre en direct sur Motorsport.tv (vendredi à 15h et samedi à partir de 13h20 en compagnie de notre consultant Paul-Loup Chatin) !

La dernière ligne droite

Commençons ce billet par les pilotes si vous voulez bien. Il s’est passé pas mal de choses ces dernières semaines et il est intéressant de revenir sur l’échiquier actuel et celui qui se profile pour les prochains mois.

Nous notons par exemple le retour d’André Lotterer chez Rebellion pour Spa – voilà une nouvelle qui fait plaisir ! Lotterer est un pilote tellement emblématique en WEC que nous avions été vraiment déçus de ne pas le voir à Sebring en mars, pour ce qui était de fait la course la plus "prestigieuse" de la saison après Le Mans. Oserons-nous même dire qu’on n’avait pas été totalement convaincus par l’explication donnée à cette absence (des essais sur simulateur pour la FE) ?

Lire aussi :

Quoi qu’il en soit, l’Allemand est bien de retour et on peut compter sur sa légendaire hargne au volant pour essayer de titiller au maximum de ses possibilités les Toyota. On sait de plus que Spa est "son" circuit et que c’est là qu’il avait disputé son unique GP de F1. Et il suffit de rappeler qu’il est actuellement "en pleine bourre" en FE (deuxième du championnat, même si toujours à la recherche de sa première victoire) pour se persuader qu’il sera forcément une des têtes d’affiche du week-end.

Le mystère Alonso

Fernando Alonso, lui, commence donc son mois de tous les dangers, avec sa participation événementielle aux 500 Miles d’Indianapolis le 26 mai prochain. Auparavant, et entre deux avions, cette course des 6H de Spa va donc lui servir pour se maintenir en forme – et aussi, peut-être, de se rapprocher encore un peu plus de ce titre pilotes WEC qui lui tend les bras… Il semble toutefois acquis que l’Espagnol ne continuera pas dans la discipline pour la saison 2019-2020 et c’est apparemment un secret de polichinelle qu’il sera remplacé par Brendon Hartley.

Lire aussi :

Nous reviendrons après Le Mans sur "l’héritage" qu’aura laissé Alonso, pour l’instant c’est encore trop tôt et il faut de toute façon voir comment vont se dérouler les deux dernières courses de la campagne actuelle. Il est certain que sa personnalité et quelques déclarations à l’emporte-pièce ont pu agacer dans le paddock et ses multiples activités (IMSA, F1, IndyCar, en attendant le Dakar ?) ont renforcé une image de "mercenaire", peut-être même d’enfant gâté. Mais en valeur sportive pure, il est évident qu’Alonso a déjà marqué de son empreinte son passage en WEC et on est curieux de voir comment il va négocier ces deux derniers rendez-vous.

Vandoorne pour briller ?

L’autre bonne nouvelle de Spa est l’arrivée de Stoffel Vandoorne, ce qui ne peut pas être une mauvaise chose aussi pour le "retentissement" de cette course et l’affluence des spectateurs sur place. Le Belge est le remplaçant de Jenson Button chez SMP Racing – un Button qu’on ne reverra donc pas pour la fin de saison et qu’on regrettera beaucoup. Mais Vandoorne est un excellent remplaçant et on a hâte de voir comment un ex-pilote F1 encore en activité il y a quelques mois va négocier son arrivée dans la discipline.

Lire aussi :

Il nous faut rappeler qu’au niveau des équipes LMP1, si les Toyota sont évidemment intouchables, les Rebellion nous ont un peu déçues ces derniers temps et ont clairement marqué le pas (même si on attend avec impatience de découvrir le kit aéro faible appui pour Spa). En revanche, les SMP semblent monter en puissance et ont souvent fait le spectacle récemment (même si la fiabilité n’est pas au rendez-vous). Aussi l’annonce que le WEC a décidé d’allouer une quantité de carburant illimitée par tour pour les équipes P1 non hybrides est-elle une excellente chose et sur le circuit peut-être le plus favorable sur le papier à la concurrence anti-Toyota, on en salive d’avance !

L’épouvantail G-Drive

En LMP2, on rappelle que la situation est passionnante entre le Jackie Chan DC Racing et l’équipe Signatech Alpine Matmut, les trois voitures se tenant en sept points au classement équipes. À ce propos, on n’avait peut-être pas assez insisté à Sebring sur l’authentique exploit réalisé par l’équipage de la voiture n°37 de Jackie Chan : pour leur première course, Messieurs Heinemeier Hansson, Stevens et King ont en effet mis tout le monde d’accord ! On suivra donc avec attention leur capacité à confirmer ou non ce coup de tonnerre.

Lire aussi :

Néanmoins, la véritable vedette dans la catégorie sera bien l’Aurus 01-Gibson (nom officiel) du G-Drive Racing, avec l’équipage Rusinov-Van Uitert-Vergne qui fait son grand retour dans la discipline et qui surtout fait figure d’épouvantail. Non seulement parce que cette équipe s’est bien imposée l’an dernier dans cette même course (et aussi au Mans dans la foulée, avant disqualification), et que son pedigree parle pour elle depuis de nombreuses années. Elle ne marquera pas de points, certes, mais difficile de l’imaginer dans un rôle de figuration et il est donc évident qu’elle pourra être un véritable arbitre et pourquoi pas décider du sort du championnat…

Bye bye Ford

Dans les nouvelles récentes du WEC, on note avec bienveillance le retour de l’équipe ByKolles en P1, absente à Sebring. On n’imagine pas qu’elle puisse revenir se mêler vraiment à la bataille pour les P1 non hybrides, mais on a toujours eu un regard sympathique pour cette équipe qui entretient la flamme de l’endurance.

Lire aussi :

En GTE Pro, la bataille s’annonce titanesque, comme d’habitude, avec la lancinante question de savoir si BMW va enfin pouvoir s’imposer (elle est la seule marque à ne pas l’avoir encore fait dans cette Super Saison). On a aussi appris que le programme officiel Ford GT allait s’arrêter après Le Mans. Cela a été confirmé par Mark Rushbrook, le directeur de Ford Performance et c’est forcément une nouvelle qui est importante et assez triste, même si on sait que des équipes privées devraient être en mesure de faire rouler les voitures à l’avenir. Reste à savoir quand et comment.

Comme on le voit, l’actualité du FIA WEC ne s’arrête jamais !

partages
commentaires
DragonSpeed se retire du LMP1 pour les 6 Heures de Spa

Article précédent

DragonSpeed se retire du LMP1 pour les 6 Heures de Spa

Article suivant

Officiel - Alonso va quitter Toyota en WEC

Officiel - Alonso va quitter Toyota en WEC
Charger les commentaires
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021