Le WEC et Le Mans comme une évidence pour Sirotkin

Si rien n'est encore officialisé, l'ex-pilote Williams devrait trouver refuge en LMP1 l'année prochaine, et participer une seconde fois aux 24 Heures du Mans. Le DTM figure également parmi ses options pour compléter son programme.

Le WEC et Le Mans comme une évidence pour Sirotkin

Alors que l'annonce est pressentie depuis que son départ de Williams a été confirmé, Sergey Sirotkin a clairement fait savoir qu'il serait au départ de plusieurs épreuves de WEC en 2019. Le Russe, dont la carrière est soutenue par SMP Racing, devrait rejoindre l'un des deux équipages alignés sur les BR1 de la structure dans la catégorie LMP1 du FIA WEC.

Le programme précis, alors que Jenson Button devra être remplacé au moins pour les 1000 Miles de Sebring et pour les 6 Heures de Spa-Francorchamps, sera officialisé ultérieurement. Sirotkin se dit également certain d'être au départ des 24 Heures du Mans en juin prochain, ce qui coûterait alors une place à l'un des titulaires actuels au sein du programme.

Lire aussi :

Interrogé sur sa présence en Endurance dans les mois qui viennent, celui qui a inscrit un point en 21 Grands Prix de Formule 1 cette année en a fait une évidence.

"Le WEC n'est même pas une option, c'est presque une obligation", répond-il à Motorsport.com. "Je peux quasiment vous garantir que vous me verrez courir en WEC l'année prochaine. Pour quelle équipe et dans quelle voiture, je crois que c'est clair. Peut-être même à partir de Sebring, et au Mans c'est certain."

En 2017, Sirotkin a déjà pris le départ des 24 Heures du Mans avec SMP Racing, mais c'était dans la catégorie LMP2. Cette expérience lui sera toutefois utile en ce qui concerne le tracé, mais pour le reste, il s'attend à tout découvrir au niveau du LMP1.

"C'est totalement différent de la F1, donc je ne pense pas que ça m'aidera", estime-t-il. "C'est pourquoi je pense faire quelques courses avant Le Mans, afin de mieux connaître la voiture, la comprendre, savoir sur quoi porter mon attention."

Le DTM pour compléter le programme ?

Sergey Sirotkin

Initialement convaincu de poursuivre l'aventure chez Williams pour une seconde saison en F1, le pilote de 23 ans n'a pas pu conserver son baquet suite à la volonté de SMP Racing de réduire son investissement avec une écurie aux performances décevantes.

Depuis, le Russe et son soutien historique cherchent des alternatives, et outre l'Endurance, le DTM pourrait être une destination plausible en 2019. La semaine dernière, Sirotkin a participé aux Rookies Tests du championnat à Jerez, et estime que la porte est ouverte pour espérer plus.

"J'étais heureux de revenir dans un paddock plus simple, avec moins de monde, où l'on peut vraiment parler à chaque membre de l'équipe", raconte-t-il. "C'était bien de retrouver cette ambiance facile à vivre, comme en formules de promotion. C'est une voiture différente, c'est sûr. Elle est un peu étrange d'une certaine manière, donc il m'a fallu un peu de temps pour m'adapter. Je ne suis même pas sûr d'avoir eu assez de temps pour la comprendre totalement."

"C'était une invitation d'Audi. Et vu que c'est une des options pour l'année prochaine, nous ne pouvions pas la décliner. Je suis toujours prêt à vivre de nouvelles expériences, donc il n'était pas question de s'interroger sur le fait d'y aller ou non."

Propos recueillis par Yaroslav Zagorets  

#17 SMP Racing BR Engineering BR1: Stéphane Sarrazin, Egor Orudzhev, Matevos Isaakyan
partages
commentaires
McLaren étudie un retour au Mans en 2021

Article précédent

McLaren étudie un retour au Mans en 2021

Article suivant

Les voeux 2019 de la rédaction Motorsport.com

Les voeux 2019 de la rédaction Motorsport.com
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021