Formule 1 GP du Japon

Accrochages : les pénalités de 5s trop laxistes pour Albon

Alors que Sergio Pérez multiplie les accrochages, Alexander Albon estime que les pénalités ne dissuadent pas suffisamment les pilotes de réaliser des manœuvres hasardeuses.

Alex Albon, Williams Racing, sur la grille

En l'espace de sept jours, Sergio Pérez a connu diverses touchettes et autres collisions avec Yuki Tsunoda, Oscar Piastri et Alexander Albon au Grand Prix de Singapour, puis avec Lewis Hamilton et Kevin Magnussen à Suzuka. Certains de ces accrochages étaient des incidents de course, d'autres des manœuvres inconsidérées ou hasardeuses qui lui ont valu une pénalité de cinq secondes – en l'occurrence vis-à-vis d'Albon et de Magnussen.

Au Grand Prix du Japon, Pérez avait déjà perdu tout espoir de bon résultat et était même rentré au stand pour abandonner, avant de reprendre brièvement la piste pour purger sa pénalité et éviter tout transfert de la sanction vers le Grand Prix suivant. Au vu de la multiplication des incidents, et contrairement à Magnussen qui a estimé qu'il s'agissait d'une "manœuvre de merde" mais que Pérez s'était pénalisé lui-même, Alexander Albon estime que le règlement est trop laxiste.

"Au virage 11, il a fait la même manœuvre sur moi. Je l'ai esquivé", relate Albon au sujet de l'accrochage entre Pérez et Magnussen. "Puis il l'a refait sur Kevin. J'étais derrière lui, alors c'est moi qui avais la meilleure vue. Clairement, ça n'apprend rien aux pilotes, car les pénalités ne sont pas suffisamment strictes. Ça fait deux courses d'affilée !"

Lire aussi :

Les propos d'Albon trouvent écho du côté de son compatriote George Russell, directeur de l'Association des Pilotes de Grand Prix (GPDA). Le pilote Mercedes revient sur sa collision avec la Ferrari de Carlos Sainz au départ du Grand Prix des États-Unis 2022, avec un freinage tardif qui avait gâché la course du poleman mais qui ne lui avait valu qu'une maigre sanction.

"Quand je regarde Austin l'an dernier, où j'ai fait une erreur avec Carlos [Sainz] et j'ai reçu une pénalité de cinq secondes, ça valait vraiment un drive through", estime Russell. "Et c'est difficile, parce qu'on dit toujours qu'il ne faudrait pas juger selon les conséquences de l'incident, mais parfois il est nécessaire de juger selon les conséquences de l'incident. Alors je vais devoir revoir ça."

Propos recueillis par Adam Cooper

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Pour prioriser McLaren F1, Hirakawa pourrait quitter la Super Formula
Article suivant Un 13e GP sans points pour Valtteri Bottas en 2023

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France