Réactions
Formule 1 GP d'Autriche

Vasseur rassure après les dernières semaines difficiles de Ferrari

Après quatre courses en deçà de ce qu'a montré Ferrari en début de saison, Frédéric Vasseur, directeur de l'équipe, a souhaité calmer le jeu, confiant que la Scuderia pourra retrouver des couleurs lors des prochains rendez-vous et rattraper le temps perdu face à ses rivaux.

Sortie de piste de Charles Leclerc, Ferrari SF-24

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

Depuis le Grand Prix de Monaco et la victoire à domicile de Charles Leclerc, Ferrari a un peu baissé de régime. Avec la 11e place du Monégasque en Autriche, qui a connu un week-end une nouvelle fois très compliqué, le podium de Carlos Sainz à la suite de l'accrochage entre Lando Norris et Max Verstappen, a quelque peu sauvé les meubles.

Outre la malchance en course qui semble avoir élu domicile dans la monoplace de Charles Leclerc, le rythme des SF-24 semble également avoir baissé, se plaçant maintenant derrière Red Bull, McLaren et Mercedes. Le pilote espagnol avait indiqué que le package d'améliorations apporté à Barcelone avait eu des conséquences positives, mais aussi négatives, remettant sur le tapis les problèmes de rebond à grande vitesse dont souffrait la Ferrari de 2023.

Lire aussi :

Au sujet des possibles problèmes de ses monoplaces, le directeur de la Scuderia, Frédéric Vasseur, a une nouvelle fois calmé le jeu. Il explique que la mauvaise performance de Leclerc en qualifications a camouflé le rythme correct des Ferrari.

"Tout d'abord, le mot 'problème' est un peu gros", a déclaré Vasseur après la course de dimanche. "[Samedi pendant les qualifications], lorsque nous sommes arrivés au virage 3, nous avions un dixième d'avance sur [Lando] Norris. Cela signifie que si nous avions bouclé le tour, je pense que la perception aurait été complètement différente. Mais c'est sûr que comme d'habitude, même quand vous faites la pole position, et même quand vous gagnez la course, vous avez des problèmes sur la voiture. Si vous n'avez pas de problème, c'est le début de la fin."

"Mais nous avons beaucoup changé la voiture entre le samedi matin et le samedi après-midi. Et je pense que c'était mieux. Nous avons un peu modifié les faiblesses de la voiture d'un virage à l'autre, mais je pense que dans l'ensemble, nous sommes là. Je pense qu'il sera utile pour nous d'avoir des EL1, EL2 à Silverstone, que le temps soit bon aussi, pour faire un bilan de tout ce qui a été fait [sur la monoplace]. Mais étrangement, je ne suis pas négatif sur la performance. Je dis étrangement parce que nous étions dans la course, nous sommes loin de Max, mais j'ai eu le sentiment que nous pouvions en faire plus aujourd'hui."

Carlos Sainz, George Russell, Lewis Hamilton et Charles Leclerc au Grand Prix d'Autriche

Carlos Sainz, George Russell, Lewis Hamilton et Charles Leclerc au Grand Prix d'Autriche

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Interrogé sur la direction de développement prise par l'équipe italienne et s'il pensait à la changer, le Français a été catégorique : ce n'est pas après quelques courses en dents de scie que la philosophie de Ferrari va être modifiée de fond en comble.

"La question est un peu dure", a continué Vasseur. "Honnêtement, oui [notre direction est la bonne]. Si nous terminons le tour d'hier en qualifications, je pense que j'aurai eu des commentaires disant que nous étions de retour et qu'on se battait avec Red Bull, bla bla bla. Ce n'est pas après un bon ou un mauvais résultat qu'il faut changer l'état d'esprit, l'équipe ou quoi que ce soit d'autre. Nous avons eu de bons week-ends, certains week-ends nous étions plus rapides que tout le monde, certains week-ends nous étions au niveau de Max, certains week-ends nous étions en retrait et je pense que ce week-end nous avons commencé en retrait."

"Mais la réaction a été bonne et je pense que samedi matin, nous étions en bien meilleure forme. Non, non, nous ne voulons pas changer [la direction de développement]. Je pense que Silverstone nous sera utile. Nous avons des idées dans le tuyau, nous avons des améliorations à apporter plus tard, nous ne changerons pas d'approche et nous continuerons à pousser."

Lire aussi :

La Formule 1 se déplacera cette semaine en Grande-Bretagne sur le circuit de Silverstone. Un tracé qui devrait poser problème aux Ferrari au vu de ses nombreux virages rapides. Mais Vasseur reste confiant dans la capacité de l'écurie à percer à jour les évolutions apportées.

"Je pense que c'était déjà beaucoup mieux [samedi] après-midi", a ajouté l'ingénieur français. "Ce n'est donc pas la première fois que lorsque vous améliorez la voiture, vous avez besoin d'un ou deux week-ends. Si vous regardez les deux dernières années, c'était souvent comme ça. Lorsque vous apportez quelque chose, il arrive que les améliorations soient un peu moins puissantes que par le passé, avec un certain type de performance. Parfois, il y a aussi un déficit au niveau de la mise au point de la voiture et il faut un ou deux week-ends pour être au top de la mise à jour."

Propos recueillis par Ben Hunt et Pablo Elizalde 

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Alonso veut tourner la page de sa 18e place en Autriche dès Silverstone
Article suivant Comment ses évolutions ont aidé Mercedes F1 à l'emporter

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France