Formule 1 GP d'Autriche

Le mouvement de Verstappen sur Norris était "délibéré", selon un commissaire

Johnny Herbert était le commissaire-pilote lors du Grand Prix d'Autriche 2024 de Formule 1 et a participé à la décision sur l'accrochage entre Max Verstappen et Lando Norris. Voici ce qu'il retient de cet incident.

Parmi les quatre commissaires chargés de rendre les décisions lors du Grand Prix d'Autriche se trouvait Johnny Herbert. Ancien pilote de Formule 1 pour Lotus, Benetton ou encore Sauber entre 1989 et 2000, le Britannique a entre autres été amené à se pencher, en tant que "commissaire-pilote", sur l'incident impliquant Max Verstappen et Lando Norris au 64e tour de l'épreuve du Red Bull Ring.

Pour rappel, après une passe d'armes qui s'est étirée sur plusieurs tours et a vu plusieurs tentatives de Norris au virage 3, les deux hommes sont finalement entrés en collision au 64e passage, quand le pilote McLaren a attaqué par l'extérieur et que le Néerlandais s'est déporté sur la gauche. L'incident a provoqué une crevaison sur chacune des F1, avant de déboucher sur l'abandon du Britannique et la cinquième place du triple Champion du monde. Ce dernier a été pénalisé, en cinq minutes, de 10 secondes pour sa responsabilité dans l'incident.

Lire aussi :

Au sortir de cette épreuve, Herbert, qui est par ailleurs depuis sa retraite de la compétition régulièrement consultant TV sur la Formule 1, s'est livré à un exercice rare : celui de communiquer sur la réflexion menée dans la salle des commissaires face à l'incident en question, tout en livrant un sentiment plus personnel sur les implications de ce que l'on peut qualifier de premier affrontement houleux entre Verstappen et Norris.

"C'était la faute de Max", a-t-il ainsi déclaré pour Coin Poker. "C'est un pilote dur. Il est très, très difficile à battre. Il intimide tout le monde. Cette intimidation est quelque chose que Lewis [Hamilton], Michael Schumacher et Ayrton Senna ont toujours fait. Quand vous affrontez Max tel qu'il pilote aujourd'hui, il y a un moment où, si vous êtes Lando, vous devez dire : 'Je suis là. Je suis à côté de toi. Tu essaies de me sortir de la piste et je ne bougerai pas'."

"Lando a fait ce qu'il fallait. Il n'a pas bougé. Il n'avait pas à le faire. Certains ont dit qu'il aurait pu faire autrement. Mais ce n'est pas comme ça qu'on bat Max ou qu'on gagne le Grand Prix. C'est un côté de Max qui a toujours fait partie de son arsenal. Nous ne l'avons pas vu depuis un certain temps, parce qu'il a été très dominateur. Il est intéressant de voir comment il réagit sous la pression. Il n'était pas d'accord avec la pénalité qui lui a été infligée, qui comprenait également deux points [de pénalité] sur sa licence."

On commence maintenant à voir apparaître ces petites failles. Max a dû revenir à son côté agressif qui, parfois, va trop loin.

"Je suis sûr qu'il va réfléchir et qu'une fois qu'il aura eu le temps d'y penser et de regarder la vidéo, il comprendra que ce n'est pas une situation qu'il pourra reproduire, car cela pourrait nuire à ses chances de remporter le Championnat du monde [cette année]. C'est une bonne chose qu'il soit sous pression pour la première fois depuis longtemps. Lando et McLaren n'ont cessé de le mettre à l'épreuve et on commence maintenant à voir apparaître ces petites failles. Max a dû revenir à son côté agressif qui, parfois, va trop loin et le met dans le pétrin."

S'intéressant plus précisément à l'incident en lui-même, Herbert estime que Verstappen a volontairement agi : "C'est délibéré, c'est pourquoi j'utilise le mot intimidation, il va jusqu'à la limite sans se mettre en difficulté. Mais il a toujours fait ça dans sa carrière. J'aime la compétition parce que je pense que c'est une composante très importante de la course. Mais parfois, je n'aime pas qu'il en arrive au point de forcer une voiture à sortir de piste. Ce n'est pas ce dont il s'agit. Il s'agit de [savoir] positionner la voiture. Il la positionne très bien, mais il a tendance à mettre tous les autres dans une position qui va au-delà du 'code non écrit' des pilotes. C'est ce que nous avons vu en Autriche."

Andrea Stella, le directeur de McLaren, estime que les sanctions dans ce type d'incidents devraient tenir compte des conséquences, à savoir l'abandon de Norris dans ce cas de figure qui, finalement, a favorisé la bonne opération comptable de Verstappen. Herbert assure cependant qu'aller au-delà des 10 secondes reçues par le pilote Red Bull était impossible.

Lire aussi :

"C'est la sanction la plus sévère qui puisse être appliquée selon les directives de la FIA que nous appliquons en tant que commissaires. McLaren a dit qu'elle aurait dû être plus sévère, mais c'est le jeu de toutes les équipes. Si quelqu'un était parti en tonneau, je ne sais pas si cela aurait changé les choses. Forcer un pilote à quitter la piste ou provoquer un accrochage, c'est ce qui s'est passé. C'était la sanction maximale que nous pouvions infliger."

"C'est une question de cohérence", a-t-il précisé sur le sujet. "Nous devons respecter le règlement de la FIA qui prévoit que si une voiture entre en contact avec une autre voiture, c'est une pénalité de dix secondes, point final. C'est la cohérence dont vous avez besoin. Faire des choses plus extrêmes ne fonctionne pas. C'était une lutte acharnée et un pilote a commis une petite erreur en serrant l'autre. C'est ce qui a conduit au contact. Il n'y a pas d'échelle mobile de pénalités car cela deviendrait un problème plus important et plus subjectif. Si vous essayez de découper un incident [en plusieurs phases], cela causerait plus de problèmes, ce serait plus incohérent et tout le monde serait plus mécontent."

En réalité, le Règlement Sportif de la F1 prévoit des pénalités allant plus loin, avec notamment la possibilité d'infliger un drive-through, un stop-and-go de 10 secondes, une pénalité sur la grille du prochain GP voire une exclusion dans les cas les plus graves.

Max est maintenant conscient qu'il ne peut pas mettre cette pression sur Lando et s'attendre à ce qu'il s'écarte de son chemin, car Lando se défendra.

Toujours à propos des pénalités, il faut d'ailleurs rappeler que l'incident entre Verstappen et Norris est intervenu au moment précis où les commissaires ont infligé au Britannique cinq secondes pour avoir dépassé quatre fois les limites de piste. "Ce qui est intéressant, c'est que nous étions sur le point de pénaliser Lando à ce moment-là parce qu'il était sorti quatre fois des limites de la piste et nous lui avons donné une pénalité de cinq secondes littéralement au moment où ils sont entrés en contact. Nous étions en train de nous en occuper quand le contact s'est produit, j'ai levé les yeux et j'ai vu le pneu crever."

Au rayon de ce que les commissaires ont examiné sans intervenir, il y a eu les mouvements au freinage que Norris a reproché à Verstappen. "Ce qui est bien avec quelqu'un comme Max, c'est que même s'il n'est pas d'accord, il trouvera un moyen d'utiliser ses armes d'une manière différente", a expliqué Herbert. "En tant que commissaires, nous avons examiné son mouvement au freinage et ce n'était pas clair. C'était malin, et cela a juste un peu compliqué la tâche de Lando pour savoir s'il devait aller à gauche ou à droite. Il s'adaptera d'une manière ou d'une autre et trouvera une autre façon de faire, tout en mettant la même pression sur son adversaire, quel qu'il soit."

Pour l'ancien pilote, toutefois, la tactique d'intimidation de Verstappen pourrait désormais avoir plus de mal à fonctionner face à un Norris qui a choisi de ne pas céder : "Max est maintenant conscient qu'il ne peut pas mettre cette pression sur Lando et s'attendre à ce qu'il s'écarte de son chemin, car Lando se défendra. Jusqu'à l'Autriche, Max avait toujours gagné. Aujourd'hui, il ne gagne plus. Il sera intéressant de voir comment Lando réagira. Il sera désormais dans une meilleure posture après ce qui s'est passé. Il a réalisé qu'il avait une chance de battre Max à son propre jeu. Ce sera fascinant à observer."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Pierre Gasly cédera son baquet en EL1 à Silverstone
Article suivant Horner prévient : Verstappen ne changera pas

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France