Rétro
MotoGP GP de République Tchèque 500cc

C'était un 26 août : le 1er titre de Wayne Rainey à Brno

Le 26 août 1990, un certain Wayne Rainey remporte son premier titre mondial. Nous sommes alors à Brno et il fait ce qu'il sait faire de mieux : gagner !

Comme un certain Valentino Rossi quelques années plus tard, c'est à Brno que Wayne Rainey est devenu Champion du monde pour la première fois. Nous étions en 1990 et la première de ses trois couronnes venait clore une saison de domination de la part de l'Américain, alors âgé de 29 ans.

S'il était arrivé sur la scène des Grands Prix en 1984, pour une saison isolée en 250cc, il lui a fallu attendre 1988 avant d'intégrer la catégorie 500cc. Il s'y est d'abord classé troisième, puis deuxième l'année suivante, avant de franchir la dernière marche durant cette saison 1990, sa troisième parmi l'élite. Et ce fut une saison absolument exemplaire.

Lorsqu'il est arrivé à Brno, il n'avait pas quitté le podium de l'année, son plus faible résultat étant une troisième place au GP de France. Treizième des 15 manches au programme, le GP de Tchécoslovaquie était déjà une épreuve emblématique, qui avait intégré le Championnat du monde en 1965. Kevin Schwantz avait gagné sur place l'année précédente, mais au vu de sa courbe de performances du moment, c'est bien Rainey qui arrivait en favori, même s'il avait dû se contenter de la troisième place lors de ses deux participations précédentes à l'épreuve de Brno.

LIRE AUSSI - Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

Depuis le coup d'envoi du championnat, le pilote Yamaha avait principalement été opposé à Schwantz, son grand rival depuis leurs années américaines et britanniques, avec qui il commençait à écrire l'une des rivalités les plus marquantes des Grands Prix des années 1990. Mais le Californien a peu à peu pris le dessus grâce à sa régularité et des performances dans l'ensemble supérieures.

Kevin Schwantz, Wayne Rainey et Niall MacKenzie sur le podium du GP de Yougoslavie 1990.

Kevin Schwantz, Wayne Rainey et Niall MacKenzie sur le podium du GP de Yougoslavie 1990.

À Brno, Schwantz décroche la pole, mais se fait griller la politesse au départ et Rainey s'empare immédiatement des commandes. Son rival texan tente de se battre et c'est lui qui détient le meilleur temps de course lorsqu'il part à la faute alors qu'il occupe la troisième place et tente de recoller. Sa Suzuki ne repartira pas.

"Quand j'ai vu que Kevin était tombé, je savais que j'étais champion mais je n'ai pas voulu y penser", expliquera Rainey à l'arrivée. "Ça m'a assommé pendant un tour, mais je me suis dit qu'il fallait que je continue à courir, que peut-être qu'il n'avait pas abandonné. Et quand je l'ai vu à nouveau, je me suis dit qu'il fallait que je l'oublie, que je continue juste à courir. C'est beaucoup plus compliqué de ralentir et plus facile de rouler vite !"

Poussé par Wayne Gardner, champion trois ans plus tôt, Wayne Rainey tient bon et remporte sa septième victoire de la saison. Sa Yamaha porte cette année-là le numéro 2 et c'est en levant l'index bien haut que le Californien avale les derniers kilomètres, désormais numéro 1 du championnat !

"J'ai eu l'impression que la course faisait 53 tours, pas 23 ! Ça a pris un siècle d'en arriver aux dix derniers tours, et au moins le double pour les faire", lâche-t-il à sa descente de la YZR500, accueilli par son patron d'équipe, Kenny Roberts. Et, à chaud, Wayne Rainey, déjà très classe, n'oublie pas de remercier son équipe technique, dont son mécanicien belge, Bernard Anciau. "Mes gars − Mike Sinclair, Howard Gregory, Bernard et ces mecs-là − ont fait un boulot de dingue sur la moto. Il ne lui a jamais rien manqué de toute l'année et, sans eux, je ne serais clairement pas Champion du monde."

Lorsqu'arrive ce couronnement, Rainey a enchaîné neuf courses à la première ou à la deuxième place au guidon de sa YZR500. Ce n'est qu'à la manche suivante, en Hongrie, qu'il connaitra son premier abandon de l'année, avec un problème technique sur sa Yamaha, avant de finir sur une troisième place en Australie. Rainey gagnera encore à Brno, en 1993, deux semaines avant l'accident qui va changer sa vie.

LIRE AUSSI - Frank Williams a beaucoup aidé Wayne Rainey après sa blessure

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Comment KTM défend son souhait d'élargir sa présence en MotoGP
Article suivant L'emblématique équipe Pons Racing fait ses adieux

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France