Désormais pilote officiel, Miller ne sent pas un gros changement

Jack Miller s'attend à ce que son intégration dans l'équipe Ducati factory soit facilitée par son expérience avec Pramac, très lié au constructeur, et l'arrivée de plusieurs membres de son équipe de course avec lui.

Désormais pilote officiel, Miller ne sent pas un gros changement

Comme Fabio Quartararo, Miguel Oliveira et son équipier Pecco Bagnaia, Jack Miller va pour la première fois de sa carrière représenter une équipe officielle en MotoGP, après avoir quitté Pramac pour le team Ducati factory. L'Australien a déjà constaté quelques changements dans sa nouvelle vie de pilote officiel mais il s'attend à ce que l'évolution la plus significative concerne la façon d'appréhender le travail avec un nombre de personnes plus important que ce qu'il a connu jusqu'à présent.

"Nous sommes le 9 février, je suis déjà en Europe, donc ça a déjà changé ! Normalement, je serais encore chez moi", s'amusait lors de la présentation officielle celui qui retourne chaque hiver dans son pays natal. "À part ça, il y a beaucoup plus de choses à faire. Dans le garage, la plus grande différence, ce seront les ressources humaines. Avoir beaucoup plus de monde derrière, qui travaille avec moi, être au cœur de leur attention. Il faudra comprendre comment aborder les week-ends de course, ce sera un peu différent, je pense que c'est le plus important."

Miller n'arrive pas seul dans le team factory puisqu'il sera accompagné de Cristhian Pupulin, son chef mécanicien, et d'autres membres qui l'épaulaient chez Pramac. "On a la chance d'avoir un mécanicien et le responsable de l'électronique [qui viennent aussi]", a précisé le vainqueur du GP des Pays-Bas 2006, qui s'attend donc à une transition en douceur avec sa nouvelle équipe : "Je pense que peu de choses vont changer. De toute façon, les liens entre l'équipe Pramac et l'équipe Ducati sont déjà très forts donc je connais probablement la plupart des gens avec qui je vais travailler. Je plaisante avec eux depuis trois ans, je mets de la musique à côté, je les ennuie, donc il savent déjà qui je suis ! Ce ne sera pas un gros changement, je passe juste dans le garage d'à côté."

Lire aussi :

"C'est bien de rester avec les mêmes gars parce qu'on construit une relation, on comprend comment chacun travaille année après année", a ajouté un Miller visiblement épanoui dans l'atmosphère qui l'entoure : "Je pense que le système de Ducati, qui consiste à garder les gens ensemble, est vraiment très bon parce que le pilote est motivé et toute l'équipe autour du pilote est motivée. Le pilote veut rouler en rouge mais toute l'équipe veut incarner ce rouge. Tout le monde a le même objectif, porter l'équipe d'usine au sommet. C'est bien d'être avec eux. La façon de travailler de Ducati, surtout avec de jeunes pilotes qui débarquent, est excellente pour progresser."

Miller ne souhaite pas de gros changement sur la Ducati

Cette intégration sera facilitée par les trois saisons d'expérience de Jack Miller au guidon la Ducati, une machine qui n'a plus beaucoup de secrets pour lui et  avec laquelle il a gagné en performance année après année. "Je suis de plus en plus à l'aise avec ma moto. J'ai de mieux en mieux compris ce que je devais faire et les domaines dans lesquels je devais travailler. Clairement, je me suis senti de plus en plus fort."

Andrea Dovizioso, qui a quitté Ducati après la saison 2020, s'est souvent montré critique à l'égard de la Desmosedici, se plaignant régulièrement du turning ou encore de l'incapacité du constructeur à s'adapter au nouveau pneu arrière de Michelin l'an passé, et déplorant un certain manque de simplicité dans la philosophie adoptée par le constructeur. Miller préfère se garder de ce genre de remarques, estimant que Ducati a conscience des domaines à améliorer sur sa moto.

"Je n'ai pas fait une longue liste de choses à faire ou des demandes de ce type. Je ne vais pas dire 'Il faut faire ci, il faut faire ça, etc'. Je pense qu'ils le savent. Ça fait trois ans que je travaille avec les ingénieurs de Ducati, ils savent ce que je veux et ce que nous avons amélioré depuis trois ans, et je pense que ce sera dans la continuité. Ils comprennent ce dont nous avons besoin, les soucis de l'an dernier, et avec les limites dans les changements autorisés cette année, je pense qu'ils ont une bonne idée de ce qu'ils peuvent faire."

Lire aussi :

Miller sait pourtant que son transfert s'accompagne d'un changement de statut et qu'il jouera un rôle prépondérant dans l'évolution de la Ducati, étant désormais le pilote le plus expérimenté de la marque en MotoGP. Il a déjà participé à des essais en soufflerie, une première pour lui, et il sent que ses commentaires sont plus importants que jamais.

"Disons qu'on a plus d'influence sur la moto que dans une autre équipe, ce qui est bien. J'espère qu'avec mes commentaires et mon feedback, on pourra bien développer la moto parce que depuis la GP17, la première que j'ai pilotée, il y a eu de gros progrès tous les ans et j'espère que ça va continuer."

Propos recueillis par Lewis Duncan

partages
commentaires

Voir aussi :

Pour Binder, KTM a "ce qu'il faut" pour jouer le titre

Article précédent

Pour Binder, KTM a "ce qu'il faut" pour jouer le titre

Article suivant

Tech3 "repart à zéro" après ses premières victoires

Tech3 "repart à zéro" après ses premières victoires
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021