MotoGP
25 mars
Prochain événement dans
27 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
35 jours
16 avr.
Prochain événement dans
49 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
62 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
90 jours
03 juin
Prochain événement dans
97 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
111 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
118 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
132 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
167 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
181 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
195 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
202 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
216 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
223 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
237 jours
28 oct.
Prochain événement dans
244 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
258 jours

Désormais pilote officiel, Miller ne sent pas un gros changement

Jack Miller s'attend à ce que son intégration dans l'équipe Ducati factory soit facilitée par son expérience avec Pramac, très lié au constructeur, et l'arrivée de plusieurs membres de son équipe de course avec lui.

partages
commentaires
Désormais pilote officiel, Miller ne sent pas un gros changement

Comme Fabio Quartararo, Miguel Oliveira et son équipier Pecco Bagnaia, Jack Miller va pour la première fois de sa carrière représenter une équipe officielle en MotoGP, après avoir quitté Pramac pour le team Ducati factory. L'Australien a déjà constaté quelques changements dans sa nouvelle vie de pilote officiel mais il s'attend à ce que l'évolution la plus significative concerne la façon d'appréhender le travail avec un nombre de personnes plus important que ce qu'il a connu jusqu'à présent.

"Nous sommes le 9 février, je suis déjà en Europe, donc ça a déjà changé ! Normalement, je serais encore chez moi", s'amusait lors de la présentation officielle celui qui retourne chaque hiver dans son pays natal. "À part ça, il y a beaucoup plus de choses à faire. Dans le garage, la plus grande différence, ce seront les ressources humaines. Avoir beaucoup plus de monde derrière, qui travaille avec moi, être au cœur de leur attention. Il faudra comprendre comment aborder les week-ends de course, ce sera un peu différent, je pense que c'est le plus important."

Miller n'arrive pas seul dans le team factory puisqu'il sera accompagné de Cristhian Pupulin, son chef mécanicien, et d'autres membres qui l'épaulaient chez Pramac. "On a la chance d'avoir un mécanicien et le responsable de l'électronique [qui viennent aussi]", a précisé le vainqueur du GP des Pays-Bas 2006, qui s'attend donc à une transition en douceur avec sa nouvelle équipe : "Je pense que peu de choses vont changer. De toute façon, les liens entre l'équipe Pramac et l'équipe Ducati sont déjà très forts donc je connais probablement la plupart des gens avec qui je vais travailler. Je plaisante avec eux depuis trois ans, je mets de la musique à côté, je les ennuie, donc il savent déjà qui je suis ! Ce ne sera pas un gros changement, je passe juste dans le garage d'à côté."

Lire aussi :

"C'est bien de rester avec les mêmes gars parce qu'on construit une relation, on comprend comment chacun travaille année après année", a ajouté un Miller visiblement épanoui dans l'atmosphère qui l'entoure : "Je pense que le système de Ducati, qui consiste à garder les gens ensemble, est vraiment très bon parce que le pilote est motivé et toute l'équipe autour du pilote est motivée. Le pilote veut rouler en rouge mais toute l'équipe veut incarner ce rouge. Tout le monde a le même objectif, porter l'équipe d'usine au sommet. C'est bien d'être avec eux. La façon de travailler de Ducati, surtout avec de jeunes pilotes qui débarquent, est excellente pour progresser."

Miller ne souhaite pas de gros changement sur la Ducati

Cette intégration sera facilitée par les trois saisons d'expérience de Jack Miller au guidon la Ducati, une machine qui n'a plus beaucoup de secrets pour lui et  avec laquelle il a gagné en performance année après année. "Je suis de plus en plus à l'aise avec ma moto. J'ai de mieux en mieux compris ce que je devais faire et les domaines dans lesquels je devais travailler. Clairement, je me suis senti de plus en plus fort."

Andrea Dovizioso, qui a quitté Ducati après la saison 2020, s'est souvent montré critique à l'égard de la Desmosedici, se plaignant régulièrement du turning ou encore de l'incapacité du constructeur à s'adapter au nouveau pneu arrière de Michelin l'an passé, et déplorant un certain manque de simplicité dans la philosophie adoptée par le constructeur. Miller préfère se garder de ce genre de remarques, estimant que Ducati a conscience des domaines à améliorer sur sa moto.

"Je n'ai pas fait une longue liste de choses à faire ou des demandes de ce type. Je ne vais pas dire 'Il faut faire ci, il faut faire ça, etc'. Je pense qu'ils le savent. Ça fait trois ans que je travaille avec les ingénieurs de Ducati, ils savent ce que je veux et ce que nous avons amélioré depuis trois ans, et je pense que ce sera dans la continuité. Ils comprennent ce dont nous avons besoin, les soucis de l'an dernier, et avec les limites dans les changements autorisés cette année, je pense qu'ils ont une bonne idée de ce qu'ils peuvent faire."

Lire aussi :

Miller sait pourtant que son transfert s'accompagne d'un changement de statut et qu'il jouera un rôle prépondérant dans l'évolution de la Ducati, étant désormais le pilote le plus expérimenté de la marque en MotoGP. Il a déjà participé à des essais en soufflerie, une première pour lui, et il sent que ses commentaires sont plus importants que jamais.

"Disons qu'on a plus d'influence sur la moto que dans une autre équipe, ce qui est bien. J'espère qu'avec mes commentaires et mon feedback, on pourra bien développer la moto parce que depuis la GP17, la première que j'ai pilotée, il y a eu de gros progrès tous les ans et j'espère que ça va continuer."

Propos recueillis par Lewis Duncan

Voir aussi :

Pour Binder, KTM a "ce qu'il faut" pour jouer le titre

Article précédent

Pour Binder, KTM a "ce qu'il faut" pour jouer le titre

Article suivant

Tech3 "repart à zéro" après ses premières victoires

Tech3 "repart à zéro" après ses premières victoires
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Jack Miller
Équipes Ducati Team
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020