Horner sur Pérez : "Il a toujours su rebondir"

Alors que Sergio Pérez traverse une passe difficile, Christian Horner a confiance en la capacité de réaction de son second pilote, qui a prolongé son contrat avec Red Bull pour deux années supplémentaires.

Sergio Perez, Red Bull Racing

Photo de: Red Bull Content Pool

Membre de l'équipe Red Bull depuis la saison 2021, Sergio Pérez a toujours constitué un renfort précieux pour son leader Max Verstappen. Auteur d'une victoire pour sa première année de collaboration avec l'équipe battant pavillon autrichien − on se souvient également de sa bataille avec Lewis Hamilton lors de la finale décisive à Abu Dhabi −, Perez s'est imposé à deux reprises en 2022, puis deux fois encore en 2023.

Régulièrement sur le podium ces dernières années, le natif de Guadalajara a terminé troisième du championnat en 2022 et vice-champion derrière son équipier l'an passé. Mais, s'il a encore été un pensionnaire régulier du top 3 au début de cette saison 2024, ses performances ont chuté après le Grand Prix de Chine.

Lire aussi :

Au pied du podium à Miami, lointain huitième à Imola, Sergio Pérez a connu un double abandon à Monaco, puis au Canada. Huitième en Espagne, il n'a pu faire mieux que septième en Autriche, malgré l'accrochage entre les deux leaders, Verstappen et Lando Norris. Surtout, il a semblé particulièrement en difficulté dans l'exercice des qualifications, bloqué en Q2 à Imola, puis même en Q1 à Monaco et à Montréal.

Une mauvaise passe qu'a commentée Christian Horner, le directeur de l'écurie Red Bull. "Nous faisons de notre mieux pour trouver ce qui manque, car les quatre ou cinq premières courses ont été très compétitives [pour lui], et qu'il faut savoir ce qu'il s'est passé pour qu'il perde du terrain", a déclaré le Britannique au micro de Sky F1.

"À Suzuka [quatrième Grand Prix de la saison, ndlr], l’un des circuits les plus difficiles au monde et un vrai circuit de pilote, il était à un dixième de seconde de Max. Ici [en Autriche], avec neuf virages, l’écart est nettement plus important. Nous devons donc aller au fond des choses et l’aider à se rétablir."

Les médias commencent à poser des questions et il est très facile de perdre la tête à ce moment-là.

Le manque de performance actuel de Pérez interroge d'autant plus que Red Bull a annoncé il y a quelques semaines la reconduction du contrat de ce dernier pour deux années supplémentaires, alors que de nombreux postulants à l'écurie première du sponsor autrichien étaient sur les rangs, comme Yuki Tsunoda.

"Je pense que la position de Checo au sein de l’équipe et ce qu’il a apporté à l’équipe justifiaient ce [nouveau contrat], mais bien sûr il y a toujours la pression de la performance − et cela n’a rien à voir avec les contrats, dont nous ne dévoilerons évidemment jamais les détails", a continué Horner, qui reste persuadé que son pilote a la capacité de revenir à son meilleur niveau dans un futur proche.

"Checo sait qu’il s’agit d’un métier sous pression et qu’il est soumis à un examen minutieux, en particulier dans une voiture qui gagne beaucoup de courses et qui est performante avec l’autre pilote comme elle l’est. C’est la Formule 1, et cette pression existe naturellement sur tout coéquipier qui n’est pas à la hauteur. Les médias commencent à poser des questions et il est très facile de perdre la tête à ce moment-là."

Sergio Perez va-t-il rebondir ce week-end ?

Sergio Perez va-t-il rebondir ce week-end ?

Photo de: Red Bull Content Pool

"Ce qui m’a impressionné chez Checo au cours des quatre dernières années, c’est qu’à chaque fois que la pression s’est fait sentir, et c’est le cas en ce moment, il a toujours su rebondir. Il va devoir puiser au plus profond de lui-même pour y parvenir."

Avant le Grand Prix de Grande-Bretagne, Sergio Pérez occupe seulement le cinquième rang du classement général, et compte quasiment la moitié des points marqués par son équipier Verstappen, leader du championnat (237 contre 118). Et, alors que l'écart avec la quatrième place tenue par Carlos Sainz est de 17 unités désormais, Pérez ne compte plus que six points d'avance sur Oscar Piastri (McLaren), et sept sur George Russell (Mercedes), récent vainqueur du Grand Prix d'Autriche. Le Mexicain saura-t-il rebondir à Silverstone ce week-end ?

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Damon Hill : Norris et Russell "montrent" qu'ils peuvent être champion
Article suivant Norris et la règle des limites de piste : "C'est assez stupide"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France