Analyse

Que vaut Pérez face aux autres équipiers de Verstappen ?

Les performances de Sergio Pérez depuis quelques Grands Prix commencent à alarmer, surtout lorsqu'on les compare à celles de Max Verstappen. Mais comment se débrouille le pilote mexicain face aux précédents coéquipiers du Néerlandais ?

Max Verstappen, Red Bull Racing, Sergio Perez, Red Bull Racing

Contenu spécial

Motorsport.com vous propose un contenu spécial de qualité.

Alors que les écuries rivales de Red Bull gagnent du terrain, l'équipe autrichienne a plus que jamais besoin de ses deux pilotes aux avant-postes, afin de garantir le titre de Champion du monde 2024. Néanmoins, les performances de Sergio Pérez depuis plusieurs courses semblent loin d'être suffisantes pour épauler Max Verstappen.

Pérez a été recruté en 2021 par Red Bull. En ramenant le Mexicain qui cumulait à l'époque 10 ans de Formule 1, l'équipe a fait le choix de prioriser son expérience rassurante, à la jeunesse irrégulière de Pierre Gasly et Alexander Albon. Ce choix semblait être le bon aux premiers abords. Mais alors que Verstappen a réussi à maîtriser les différentes monoplaces de l'équipe, Pérez a quant à lui eu plus de mal à apprivoiser le taureau rouge.

Lire aussi :

Après une fin de saison 2023 compliquée, 2024 s'avérait prometteur pour le Mexicain avec notamment trois deuxièmes places derrière Verstappen à Bahreïn, en Arabie saoudite et au Japon. Mais depuis Miami, Pérez semble être retombé dans ses travers de l'année passée et n'a marqué que 15 points en cinq courses. D'abord deuxième du championnat pilotes, il se retrouve maintenant cinquième à 119 unités de son coéquipier, en tête.

Le Grand Prix d'Autriche n'a été que la continuité de ce que Pérez montre depuis la Floride. Le pilote Red Bull s'est qualifié huitième et a terminé septième, se battant pendant la quasi-totalité de la course avec les Haas, et il a même été finalement devancé par celle de Nico Hülkenberg. Inévitablement, Pérez a reçu beaucoup de critiques pour ses performances, qui tombent après le renouvellement de son contrat jusqu'en 2026. Mais comment sont ses résultats face à ceux des anciens coéquipiers de Verstappen ?

Max Verstappen et Daniel Ricciardo alors coéquipiers chez Red Bull en 2018.

Max Verstappen et Daniel Ricciardo alors coéquipiers chez Red Bull en 2018.

Écart moyen en qualifications entre Verstappen et ses coéquipiers

Coéquipiers

Écart moyen en qualifications 

Daniel Ricciardo, 2016

0"049 plus rapide que VER

Daniel Ricciardo, 2017

0"065 plus lent que VER

Daniel Ricciardo, 2018

0"107 plus lent que VER

Pierre Gasly, 2019

0"592 plus lent que VER

Alexander Albon, 2019

0"634 plus lent que VER

Alexander Albon, 2020

0"621 plus lent que VER

Sergio Pérez, 2021

0"564 plus lent que VER

Sergio Pérez, 2022

0"392 plus lent que VER

Sergio Pérez, 2023

0"548 plus lent que VER

Sergio Pérez, 2024

0"629 plus lent que VER

En examinant les trois saisons et demie de Pérez chez Red Bull, c'est en 2022 que le Mexicain a été plus proche de Verstappen en qualifications. Il s'agissait de la première année des monoplaces à effet de sol. À ce moment-là, la RB18 était nettement surchargée, ce qui la rendait bien moins équilibrée. Verstappen, pas friand du sous-virage, ne s'est pas laissé intimider et s'est approprié la monoplace au fur et à mesure que celle-ci se délestait de son poids. En revanche, plus la monoplace devenait légère, plus Pérez avait du mal.

Dans l'ensemble, les moyennes de ses résultats en qualifications montrent que les temps de Pérez n'ont pas nécessairement empiré depuis 2022. Il a en réalité toujours été à bonne distance de Verstappen. Toutefois, maintenant que le peloton s'est bien resserré, les lacunes du Mexicain sont plus visibles. Néanmoins, 2024 s'avère être la saison la plus difficile pour le pilote de 34 ans, surtout ces dernières semaines.

Coéquipier

Écart moyen en qualifications

Daniel Ricciardo

0.047 plus lent que VER

Sergio Pérez

0.520 plus lent que VER

Pierre Gasly

0.592 plus lent que VER

Alexander Albon

0.625 plus lent que VER

La prochaine question est de savoir comment Pérez se situe par rapport aux prestations des anciens coéquipiers de Verstappen. Tout d'abord, si l'on regarde les données, seul Daniel Ricciardo a été capable de contenir Verstappen, et seulement lors de la première année du Néerlandais chez Red Bull en 2016. Depuis le départ de l'Australien en 2018, l'équipe autrichienne ne semble pas avoir réussi à lui trouver de véritable remplaçant.

D'une part, Ricciardo a trouvé chez Red Bull un type de voiture qui correspondait à son style de pilotage, qu'il ne semble pas avoir retrouvé ailleurs pour l'instant. D'autre part, Verstappen n'en était qu'au début de sa carrière et, même s'il était déjà très rapide, il n'était pas encore devenu la force inarrêtable qu'il est aujourd'hui.

Gasly et Albon étaient environ six dixièmes plus lents au tour que l'actuel triple Champion du monde. Alors que Pérez était initialement un peu plus proche de son coéquipier, il semble maintenant plutôt se rapprocher des temps de ceux qu'il a remplacés.

Nico Hülkenberg devant Sergio Pérez en Autriche.

Nico Hülkenberg devant Sergio Pérez en Autriche.

Photo de: Andy Hone / Motorsport Images

En tout cas, cela démontre qu'être le coéquipier de Max Verstappen est loin d'être facile au vu des capacités du Néerlandais à contourner les faiblesses de la Red Bull. C'est d'ailleurs peut-être ce talent qui permet à l'écurie d'encore tenir tête à McLaren, Mercedes et Ferrari et à continuer de remporter des courses.

En effet, toutes ces équipes parviennent à qualifier leurs deux pilotes, devant Sergio Pérez, ce qui va commencer à sérieusement poser problème pour la suite de la saison. Le Mexicain a réussi à sauver sa place grâce aux performances irrégulières de Ricciardo chez VCARB, et à la réticence de l'équipe à considérer Yuki Tsunoda comme potentiel remplaçant.

Mais le choix de Red Bull de jouer la sécurité avec Pérez au lieu de profiter des différents pilotes en fin de contrat cette année ou des nombreux jeunes talentueux de leur académie, pourrait finalement se retourner contre eux. L'équipe autrichienne possède néanmoins toujours une bonne avance au classement des constructeurs sur ses rivaux. Mais Ferrari deuxième et McLaren troisième ne sont qu'à 64 et 87 unités de Red Bull, et pourraient bien surprendre les champions en titre.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Comment ses évolutions ont aidé Mercedes F1 à l'emporter
Article suivant Oliver Bearman officialisé par Haas F1 pour 2025

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France