Réactions
Formule 1 GP d'Espagne

Piastri sans réponse face à ses difficultés espagnoles

Interloqué par des sensations qui le laissent sur sa faim, Oscar Piastri ne se satisfait pas d'une arrivée à la septième place en Espagne.

Oscar Piastri, McLaren F1 Team

Oscar Piastri, McLaren F1 Team

Photo de: Sam Bagnall / Motorsport Images

Le niveau affiché par McLaren et Oscar Piastri dernièrement a pour conséquence de faire passer une septième place à l'arrivée d'un Grand Prix, derrière les Ferrari et devant la Red Bull de Pérez, comme une déception pour l'Australien, preuve de la dynamique dans laquelle se trouve l'équipe, qui ose également affirmer à voix haute sa frustration depuis quelques courses lorsque la victoire échappe à Lando Norris.

Le Grand Prix d'Espagne a été l'incarnation de ces deux aspects, le poleman britannique ne cachant pas ses regrets après un départ manqué lui ayant selon lui coûté la plus haute marche du podium face à Max Verstappen.

Son jeune équipier, lui, a employé des mots très forts à l'arrivée. Tandis que Norris estimait avoir disposé de la meilleure voiture ce week-end, son équipier disait avoir rencontré à Barcelone son plus bas niveau de confiance dans sa voiture de sa jeune carrière F1. Piastri a rallié l'arrivée à 34 secondes du vainqueur mais seulement 2"7 de la Ferrari de Carlos et ne cachait pas sa contrariété au moment de rencontrer la presse dans le carré.

"Il faut juste essayer de comprendre pourquoi ça a été si difficile ce week-end… Vous savez, depuis le premier tour vendredi, ça a été difficile", soupire-t-il. "Cela ne s'est pas vraiment amélioré tout au long du week-end. Je pense que la deuxième moitié de la course a été un peu plus positive, mais... Je pense qu'il y avait un peu d'optimisme en pensant que si nous passions les Alpines rapidement, nous pourrions être dans la lutte avec Mercedes et Ferrari, mais finalement nous n'avons pas passé [Pierre] Gasly assez vite. Mais je pense qu'après, le rythme était peut-être un peu meilleur vers la fin de la course, comparé à Carlos [Sainz]. Mais oui, c'était une journée un peu difficile."

Oscar Piastri, McLaren MCL38, Esteban Ocon, Alpine A524, Nico Hulkenberg, Haas VF-24, Sergio Perez, Red Bull Racing RB20

Oscar Piastri, McLaren MCL38, Esteban Ocon, Alpine A524, Nico Hulkenberg, Haas VF-24, Sergio Perez, Red Bull Racing RB20

Photo de: Sam Bloxham / Motorsport Images

Lire aussi :

Conscient de ce que réalise Norris

Pourtant, la McLaren est bonne, comme le prouve Lando Norris de manière très régulière à ce stade de la saison.  De quoi maintenir un niveau d'optimisme important pour son voisin de garage.

"Oui, sans aucun doute", acquiesce celui qui aimerait évidemment se mettre autant en valeur que l'Anglais, désormais deuxième au championnat pilotes. "Je pense que c'est un peu inhabituel de voir à quel point nous avons eu du mal de mon côté [du garage] ce week-end. Au cours des quatre ou cinq derniers week-ends, nous avons été en mesure de prendre un bon départ et de construire à partir de là. Et ce week-end, ça n'a pas été le cas pour une raison ou une autre, vous savez, à part quelques tours ici ou là où j'ai eu l'impression de très bien piloter, mais sans la même aisance au niveau du chrono. Donc oui, je pense que le fait que Lando ait été performant sur un circuit très différent des trois ou quatre dernières courses, beaucoup plus rapide, moins bosselé et qu'il ait presque gagné la course, fait que c'est très encourageant pour l'équipe. Mais de mon côté, j'ai besoin de débloquer ce rythme…"

Au point de se demander, circonspect, s'il n'y a pas quelque chose dans la voiture qui ne fonctionne pas comme il le devrait, tant Piastri semble se répandre sur le fait qu'il ne trouve pas de choses fondamentales à redire.

"Je dirais que c'est le premier week-end où il y a eu une telle souffrance, vous savez, une telle constance [dans les difficultés] tout au long de la course. Certains week-ends de l'année dernière, la course était difficile mais les qualifications n'étaient pas mauvaises. Ce week-end, c'était juste difficile tout au long du Grand Prix, même pendant les essais. J'ai essayé un certain nombre de réglages différents, mais ça n'a pas été... Je n'ai tout simplement pas eu beaucoup confiance en la voiture, c'est vraiment la première fois que ça m'arrive dans ma carrière en F1."

"Il y a quelques indices des idées potentielles sur les raisons d'une telle difficulté, mais je pense que l'ampleur de la chose est... ce n'est pas tout à fait... ça n'a pas de sens pour l'instant…"

VIDÉO - Le résumé du GP d'Espagne

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Hamilton-Sainz : ce que disent les "règles"
Article suivant McLaren a désormais le meilleur package en F1, selon Sainz

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France