"Étrange" pour Martín de reprendre le travail avec les ingénieurs Ducati

Avec encore deux-tiers du championnat à disputer, Jorge Martín reprend le travail avec les ingénieurs Ducati dans une atmosphère quelque peu étrange. Futur pilote Aprilia, il compte sur le maintien d'une relation de travail honnête jusqu'à la fin de la saison.

Jorge Martin, Pramac Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Après trois semaines de supposée pause du championnat, passablement remplies par les tractations et annonces qui continué à façonner la grille 2025, il a fallu se remettre dans le bain pour les essais du GP des Pays-Bas. Une reprise un peu curieuse pour certains qui, depuis le Grand Prix précédent, ont annoncé leur prochain changement d'équipe.

C'est le cas en particulier de Jorge Martín, leader du championnat, et acteur d'un transfert retentissant dans les heures qui ont suivi la course du Mugello. En attente depuis des mois, sinon plus, d'une promotion dans l'équipe officielle Ducati, l'Espagnol croyait avoir enfin obtenu la confiance des grands patrons du constructeur italien, mais les a finalement vu faire machine arrière sous la pression d'un Marc Márquez prêt à quitter le groupe s'il n'obtenait pas ce guidon.

Si le choix de Ducati est certainement réfléchi et appuyé par des raisons qui appartiennent à la marque, le cafouillage relationnel autour de cette décision a de quoi laisser des traces. Martín l'a laissé entendre après la première journée de piste à Assen, admettant qu'il avait trouvé "étrange" de recommencer à travailler avec Gigi Dall'Igna, l'ingénieur à la tête du programme Ducati.

"Je me donne à fond, je me donne à 100%", a promis Martín après une journée pourtant mitigée pour lui en piste. "C'est sûr que c'est étrange quand je parle avec Gigi et les ingénieurs Ducati. C'est un peu étrange parce qu'ils me demandent beaucoup de choses sur ce qui se passe en piste et c'est difficile d'être honnête. Mais je suppose qu'ils veulent m'aider, alors je vais essayer d'être honnête avec eux, d'expliquer ce qui se passe et de m'améliorer. J'espère que si je donne des informations, ils m'en donneront eux aussi, c'est la clé. J'essaierai d'obtenir leur aide. Mais c'est un peu étrange lorsqu'ils entrent dans le box et que je leur parle."

Bien que promis à un poste de pilote officiel Aprilia à partir de la saison prochaine, Martín reste pour l'heure sous contrat avec Ducati. Au sein du team Pramac, par ailleurs lui-même acteur de son propre divorce avec le constructeur, l'Espagnol mène le championnat et compte bien aller au bout de la lutte pour le titre au cours des 13 Grands Prix restant à disputer cette année.

Lire aussi :

Le choix de Ducati de lui préférer Marc Márquez pour son équipe officielle a signé la fin d'une attente interminable pour le pilote madrilène, évalué pour ce poste depuis pratiquement deux ans et déjà resté deux fois sur la touche face à Enea Bastianini. Il l'a d'ailleurs admis, cette reprise, bien qu'étrange, s'est faite dans un état d'esprit plus serein pour lui maintenant que son avenir est enfin éclairci.

"Je suis plus détendu maintenant. Je me sens beaucoup plus détendu dans le box. Le truc, surtout, c'est que je ne sais pas si j'étais obsédé par le fait de démontrer à Ducati que j'étais celui qu'il fallait choisir, mais maintenant, j'ai l'impression que je n'ai plus besoin de le prouver. Je cours juste pour moi, pour essayer d'être un meilleur pilote chaque jour. C'est mon objectif principal. Je n'ai plus besoin de courir pour prouver quoi que ce soit à Ducati, juste pour me prouver que je peux croire en moi et que je peux atteindre les objectifs que j'ai en tête."

Je n'ai plus besoin de courir pour prouver quoi que ce soit à Ducati, juste pour me prouver que je peux atteindre les objectifs que j'ai en tête.

Durant toute la première partie du championnat, le pilote Pramac s'est efforcé de montrer à Ducati qu'il méritait la place dans le team officiel. Va-t-il maintenant mettre un point d'honneur à montrer au constructeur qu'il a eu tort de choisir un autre ? "Non, non, pas du tout", a répondu celui qui mène le classement général avec 18 points de marge. "Même si j'avais 100 points d'avance, je ne serais pas leur choix ! [rires] Il ne s'agit pas de prouver quoi que ce soit. Il s'agit plutôt de travailler sur moi-même pour être un meilleur pilote, à Valence à la fin de l'année et la saison prochaine."

Vers une situation "différente" pour Bagnaia

Après le départ de Jorge Martín, les annonces se sont enchaînées puisque Ducati va également perdre Enea Bastianini, aujourd'hui pilote de l'équipe officielle, Marco Bezzecchi, autre vainqueur du groupe au sein du team VR46, et même le team Pramac Racing qui met fin à vingt ans de partenariat. Ce dernier changement est possiblement celui qui impactera le plus les pilotes restant puisque Ducati n'aura plus que six motos au lieu de huit et devra confier ses machines 2025 et son meilleur soutien technique à une nouvelle structure.

Pecco Bagnaia ne pourra plus se pencher sur les données de Jorge Martin.

Pecco Bagnaia ne pourra plus se pencher sur les données de Jorge Martín.

Photo de: Marc Fleury

"C'est quelque chose de différent", a concédé Pecco Bagnaia, optant pour un jugement pondéré sur la situation. "Je suis habitué à avoir deux pilotes, surtout Martín qui a toujours été là ces dernières années, avec qui partager des sensations sur la nouvelle moto et la direction à prendre. Il n'y aura plus ça parce que Pramac va passer à une autre moto. Entre Gresini et VR46, je ne sais pas quelle sera la deuxième équipe de pointe − j'espère que ce sera VR46 − mais en tout cas ce sera un peu différent."

"Et puis, de toute façon, on aura deux motos de moins, moins de travail pour tous les ingénieurs Ducati alors ce sera peut-être mieux", a souri le double champion en titre, "mais ce sera sûrement différent."

"Je ne sais pas qui a pris la décision. Il y a sûrement une raison aux décisions qui ont été prises", a ajouté Pecco Bagnaia, futur coéquipier de Marc Márquez. "C'est clairement une perte parce que ce sont trois pilotes très forts qui vont chez d'autres constructeurs. Mais je ne sais pas si c'est lié au fait qu'il y a Marc ou pas. Peut-être que [le départ de] Martín est le seul qui soit lié au fait que Marc [arrive dans l'équipe officielle]."

Après ce jeu de chaises musicales, Aprilia pourra compter l'an prochain sur Jorge Martín et Marco Bezzecchi, tandis que KTM récupèrera Enea Bastianini et Yamaha va commencer à travailler avec Pramac Racing.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent La grille de départ du GP des Pays-Bas MotoGP 2024
Article suivant Yamaha a saisi la faille avec Pramac, "laissé tombé" par Ducati

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France