Trackhouse réfléchit à une alternative en cas de départ d'Oliveira

Proche de prolonger Raúl Fernández, l'équipe Trackhouse se doit de rechercher une possible alternative à Miguel Oliveira, avec qui les discussions semblent moins évidentes.

Miguel Oliveira, Trackhouse Racing Team

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Alors qu'approche la pause estivale, il ne reste de toute évidence qu'une poignée d'opportunités pour se positionner sur la grille MotoGP. L'équipe Trackhouse fait partie de celles qui n'ont encore rien annoncé, même si son management et celui d'Aprilia expriment le souhait de conserver un line-up inchangé. Avec Raúl Fernández, les discussions paraissent proches d'aboutir. En revanche, les choses sont moins évidentes avec Miguel Oliveira.

"Nous parlons avec Miguel. Il faut voir si l'on arrive à trouver une bonne situation qui nous satisfasse des deux côtés", explique Davide Brivio, interrogé sur la question au Sachsenring, par le site officiel du MotoGP. "Je ne parle pas de questions financières, nous n'en avons même pas tellement parlé, mais plus de ses attentes en ce qui concerne l'équipe qui l'entoure, la situation qu'il souhaite. Nous parlons de cela et si nous arrivons à trouver la situation avec laquelle nous serons heureux des deux côtés, alors nous pourrons continuer aussi avec lui."

La semaine dernière, Oliveira indiquait que deux options lui plaisaient, ce dont semble douter le directeur de l'équipe américaine. Le nom du Portugais circule en tout cas dans le cadre de la constitution d'une nouvelle équipe satellite Yamaha, chez Pramac, ce qui pourrait faire écho aux attentes que lui-même exprimait il y a quelques jours : "Je pense qu'actuellement, la bonne approche serait de rechercher quelque chose de similaire à un guidon officiel, c'est-à-dire bénéficier d'une moto d'usine avec un gros soutien technique, et si je peux obtenir ça, je serai très heureux."

Mais l'ancien pilote KTM affiche avant tout sa volonté de temporiser, attentif à ce que les prochains mouvements feront émerger. "Pour le moment, ma position est d'attendre. Je ne peux pas non plus être proactif en quoi que ce soit. J'ai parlé avec différentes équipes, comme vous le savez, et elles doivent désormais prendre leurs propres décisions. Il faut donc qu'on attende, qu'on se montre patients", annonçait-il en arrivant en Allemagne.

Lire aussi :

"Il y a plusieurs choses à regarder. Il est certain que cela aide de connaître la moto. Le fait aussi d'aller dans un endroit super intéressant comme le team Pramac, avec une nouvelle moto et un contrat d'usine, mais une moto qui n'est pas encore performante, cela pousserait à peut-être accepter que la moto n'est pas la meilleure actuellement mais c'est quelque chose qu'il faut mettre à plat et dont il faut discuter", a expliqué le pilote portugais.

Et d'ajouter : "Il y a aussi un ou deux guidons disponibles sur des Ducati ; ça aussi, ça pourrait être intéressant, mais il faut attendre." Questionné sur l'importance de l'argent dans la négociation, il a assuré que cela ne ferait pas partie de ses critères, et a précisé : "Je pense que le choix se fera aussi envers l'équipe qui est proactive pour me dire 'écoute, on veut vraiment travailler avec toi'. Je crois que tous les pilotes se sentent bien [en entendant cela] et confiants quant à ce qu'ils abordent pour l'avenir."

De son côté, Davide Brivio a beau exprimer à son pilote sa volonté de le garder, il a bien conscience qu'il lui faut lui-même explorer d'autres voies, afin de pouvoir se retourner si jamais le Portugais devait choisir de partir. "Évidemment, nous avons commencé à réfléchir à ce que nous pourrions faire si jamais [Oliveira partait], un plan B ou C. Nous avons quelque chose en tête, mais rien sur quoi nous serions très sérieusement entrés dans les détails. Nous ne négocions avec personne d'autre, nous réfléchissons simplement à ce que pourrait être l'alternative. Mais d'abord, nous essayons de trouver un accord avec Miguel et, ensuite, peut-être que nous entrerons plus dans les détails avec quelqu'un d'autre si c'est approprié."

Davide Brivio ne devrait avoir aucune difficulté à prolonger Raúl Fernández.

Davide Brivio ne devrait avoir aucune difficulté à prolonger Raúl Fernández.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Le directeur de l'équipe Trackhouse a beaucoup moins de doutes quant à l'issue de ses négociations avec Raúl Fernández, avec qui l'affaire semble entendue. "Nous parlons avec Raúl, il serait content de rester et nous sommes évidemment très heureux de continuer car je pense que c'est un projet qui mérite de se poursuivre. Nous pensons qu'il y a un potentiel et ce serait bien d'essayer de l'explorer ensemble dans le futur."

Une autre option refait surface, par ailleurs : celle du pilote Moto2 Joe Roberts, un profil américain qui plairait autant à la direction de Trackhouse, qu'au championnat et à son futur nouvel actionnaire majoritaire, Liberty Media. Contrairement à ce qu'il en disait il y a quelques semaines, Davide Brivio n'écarte plus cette possibilité : "Je ne sais pas si ça va se faire, mais nous discutons, nous sommes en contact avec lui. J'ai discuté avec lui le week-end dernier. Cela pourrait être l'un des plans."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Stefan Bradl pénalisé pour avoir gêné Marc Márquez en qualifications
Article suivant Où en est Honda un an après avoir vu Márquez au plus bas en Allemagne ?

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France