Hülkenberg : "Mon avenir ne dépend plus de moi"

L'avenir de Nico Hülkenberg s'assombrit un peu plus pour la saison 2020 de Formule 1, le second baquet Haas lui ayant échappé.

Hülkenberg : "Mon avenir ne dépend plus de moi"

Présent en Formule 1 depuis 2010, Nico Hülkenberg voit sa carrière menacée. Le pilote Renault a été écarté par le Losange au profit d'Esteban Ocon, après avoir été son fer de lance pendant trois ans ; sa meilleure chance de rester sur la grille était le volant de Romain Grosjean chez Haas, mais l'écurie américaine a finalement décidé de prolonger l'aventure avec le Français.

Lire aussi :

"Je le sentais venir", commente un Hülkenberg laconique. "Haas était assurément une option, nous étions en discussions, ce n'est vraiment pas un secret. Nous n'avons simplement pas concrétisé cette fois, nous n'avons pas pu trouver d'accord."

Alfa Romeo, Williams, voire Red Bull ?

Les baquets libres se raréfient sur la grille de départ 2020 ; Hülkenberg conserve néanmoins des chances de rester en Formule 1 en faisant son retour dans un ancienne écurie, par exemple Alfa Romeo, pour qui il a couru lorsqu'elle était baptisée Sauber, en 2013. L'avenir d'Antonio Giovinazzi s'écrit en effet en pointillés, l'Italien étant dominé par son expérimenté coéquipier Kimi Räikkönen, qui a déjà un contrat pour la saison prochaine.

"Je pense que vous voyez et comprenez vous-même quels baquets sont disponibles ou non", poursuit Hülkenberg, interrogé au sujet d'Alfa Romeo. "Je pense que c'est relativement évident. Là, c'est globalement hors de mon contrôle, ça ne dépend plus de moi. Le plus important est donc de piloter et d'être performant. Il nous faut juste un peu plus de temps. Je pense qu'il reste des possibilités et des opportunités réalistes, mais dans ce monde, on n'est jamais vraiment sûr."

Antonio Giovinazzi, Alfa Romeo Racing C38, devant Nico Hulkenberg, Renault R.S. 19

Celui qui a débuté en Formule 1 avec l'écurie Williams pourrait également faire son retour à Grove, Robert Kubica ayant annoncé son départ ce jeudi, mais cela paraît peu probable, pour deux raisons : d'une part, le fortuné Nicholas Latifi est favori pour rejoindre George Russell – seul un énorme coup de théâtre en F2 le priverait des points de Super Licence nécessaires ; d'autre part, à 32 ans, Hülkenberg n'est pas forcément enclin à se retrouver en fond de grille.

Lire aussi :

"Peut-être que oui, peut-être que non", indique-t-il quant à l'intérêt qu'il pourrait vouer à Williams. "Je n'en suis pas sûr, à ce stade. Autant j'ai envie de rester en F1, autant il faut que ça ait du sens. Il faut que ce soit sensé, il faut que ce soit le bon deal. Je ne suis pas désespéré au point de rester en F1 en acceptant n'importe quoi. Je ne méprise ni ne manque de respect à Williams ; même avec Haas, c'est le plus important pour moi."

Un poste est également libre aux côtés de Max Verstappen chez Red Bull, bien que la marque au taureau compte puiser l'heureux élu dans ses rangs – Pierre Gasly, Daniil Kvyat ou Alexander Albon, donc. Hülkenberg lui-même ne juge pas cette option réaliste pour lui, mais relèverait "bien sûr" le défi que représenterait le fait de se mesurer à Verstappen. "Je ne pourrais pas dire non à cette voiture. J'imagine qu'il faudrait accepter", s'esclaffe-t-il. "[Verstappen et la voiture] vont de pair. Ce serait évidemment un grand challenge. Comme on le sait, Max est un tueur et fait partie des plus rapides."

Sainz prend la défense de Hülkenberg

L'Allemand a en tout cas reçu le soutien de son ancien coéquipier Carlos Sainz, avec qui il faisait équipe l'an dernier chez Renault. Selon l'intéressé, il serait scandaleux que Hülkenberg se retrouve sans baquet. "Je pense que tout le monde sait ce que Nico apporte à la grille, je ne pense pas avoir besoin de m'expliquer en détail. Mais comme on le sait, en Formule 1, ce n'est pas toujours le talent ou ce dont on est capable en piste qui prédomine. Il y a beaucoup de choses qui peuvent être prises en compte, autres que le talent et la rapidité. C'est la seule chose qui puisse expliquer son absence, car si c'était question de vitesse et de talent, il devrait être sur la grille F1 tant qu'il veut", conclut Sainz.

Propos recueillis par Adam Cooper et Scott Mitchell  

partages
commentaires
Vettel admet ne pas être en "confiance absolue" au volant
Article précédent

Vettel admet ne pas être en "confiance absolue" au volant

Article suivant

Ricciardo : Vettel peut rebondir comme en 2015

Ricciardo : Vettel peut rebondir comme en 2015
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021