Réactions
Formule 1 GP de Belgique

Russell pense avoir manqué le top 5 à cause de Piastri

George Russell estime que son Grand Prix de Belgique a fortement souffert de la McLaren au ralenti d'Oscar Piastri dans le premier tour.

George Russell, Mercedes W14

Au Grand Prix de Belgique, George Russell a enchaîné une troisième arrivée consécutive dans le top 6, mais la satisfaction n'est pas là pour autant. Huitième sur la grille de départ, Russell s'est maintenu à ce niveau au premier virage mais s'est ensuite retrouvé derrière la McLaren au ralenti d'Oscar Piastri, ce dernier impliqué dans un accrochage avec Carlos Sainz.

Dans un cas qui n'est pas sans rappeler celui encore plus préjudiciable de Pierre Gasly, Russell a ainsi vu Fernando Alonso, Yuki Tsunoda et Lance Stroll lui passer devant, Alexander Albon ayant pris l'avantage à son tour dans la ligne droite de Kemmel.

"J'ai juste été très malchanceux au début", relate l'intéressé. "Quand Oscar a eu sa défaillance, je suis allé sur la gauche, j'ai un peu mal évalué sa capacité à tourner, je me suis retrouvé coincé, et j'ai perdu quatre ou cinq places. Cela a un peu dicté ma course. Sans ça, on aurait fini cinquième. J'aime à penser que j'aurais été au niveau de Lewis [Hamilton] et Charles [Leclerc], à me battre pour le podium."

Une stratégie à un arrêt bien exécutée a permis à Russell de remonter à la sixième place, à 13 secondes de son coéquipier Hamilton. Le jeune Anglais n'avait pourtant pas la tâche facile avec la configuration à fort appui de la W14, Mercedes n'ayant pas mis ses œufs dans le même panier – si bien que son aileron arrière avait été comparé à une "porte de grange" par le directeur d'équipe Toto Wolff. "Ça a juste été un week-end vraiment compliqué. Je suis soulagé qu'il soit terminé. Je remets les compteurs à zéro, et c'est reparti", ajoute Russell.

George Russell, Mercedes-AMG

George Russell (Mercedes)

Russell ne cache pas être surpris par l'évolution de la hiérarchie, et notamment une écurie McLaren en retrait après deux podiums consécutifs pour le bolide papaye de Lando Norris"Ils n'étaient pas aussi compétitifs que je m'y attendais pour cette course", admet-il.

"Je pense que Charles [Leclerc] a peut-être été une surprise pour nous. Je ne crois pas qu'on s'attendait à ce qu'ils soient si rapides. Mais on est bien placés au championnat des constructeurs, on n'a pas l'air menacés pour l'instant. Mais notre priorité est de gagner une course cette année."

Russell tire en tout cas un bilan mitigé de la première moitié de saison, lui qui n'a signé qu'un podium, à Barcelone. Depuis la manche catalane, il n'a marqué que 34 points : autant que Carlos Sainz, et nettement moins que Fernando Alonso (50), Lando Norris (57), Charles Leclerc (57) ou encore son coéquipier Lewis Hamilton (60).

"Les six premières courses ont été vraiment compétitives, les six dernières pas tant que ça", commente Russell. "J'ai quelques idées sur les raisons : pas mal d'opportunités manquées cette saison pour diverses raisons. J'ai commis des erreurs, et des défaillances comme celle de l'Australie [abandon sur problème moteur, ndlr] m'ont coûté beaucoup de points."

"Cependant, si l'on ne se bat pas pour la première place du championnat des pilotes, on veut juste faire du mieux possible côté constructeurs, et jusqu'à présent, nous le faisons à peu près." Mercedes occupe la deuxième place du championnat des constructeurs avec 50 points d'avance sur Aston Martin et même 55 sur Ferrari.

Lire aussi :

Propos recueillis par Adam Cooper

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent La F1 toujours pas d'accord avec la FIA sur un 11e team
Article suivant Ramené à la réalité en Belgique, McLaren a du pain sur la planche

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France