Marc Márquez assume son coup de maître : "Il faut être égoïste"

Marc Márquez va rejoindre l'équipe Ducati officielle tout en poussant Jorge Martín et Enea Bastianini vers la sortie, alors que la marque espérait conserver le premier. Une démonstration de la force de frappe de l'Espagnol, dont il assume pleinement d'avoir joué dans les négociations.

Marc Marquez, Gresini Racing

Marc Márquez a parfaitement réussi son coup. Il y a encore une semaine, Ducati imaginait promouvoir Jorge Martín dans son équipe officielle et faire passer le #93 de Gresini à Pramac, pensant satisfaire les deux pilotes, le premier ayant fait part de sa volonté de courir dans un team d'usine et le second de disposer d'une machine de dernière génération, qu'il n'a pas cette année. Mais quelques mots de Márquez ont bouleversé les plans du constructeur.

"Ce n'est pas une option pour moi", a lâché l'Espagnol au sujet de Pramac, ce que Ducati n'avait tout simplement pas anticipé. Márquez a clarifié sa position, calmement mais fermement : il n'envisageait que l'équipe officielle, rester chez Gresini avec une moto d'usine ou partir à la concurrence. La troisième option était la dernière que Ducati voulait, la deuxième était impossible en raison d'une exclusivité des machines de dernière génération prévue dans l'accord actuel entre la marque et Pramac. Il ne restait donc qu'une option : revenir sur la promesse faite à Martín et attribuer la fameuse place aux côtés de Pecco Bagnaia à Marc Márquez.

Lire aussi :

Tout s'est dénoué dimanche, quand Martín a été informé des nouveaux projets de Ducati. Le Madrilène s'est très vite rapproché d'Aprilia, qui a mis moins de 24 heures à lui faire signer son contrat. Les manœuvres de Márquez ont poussé un rival de taille vers la sortie et auront également des conséquences sur Enea Bastianini, titulaire actuel du poste et désormais attendu sur une KTM.

Même si les titres conquis avec Honda paraissent parfois loin, le sextuple champion du MotoGP a ainsi démontré l'ampleur de son pouvoir en coulisse, ce qu'il assume... mais lors de sa première interview après la signature de son contrat, il a estimé que ce statut était avant tout le fruit de ses performances actuelles, plus que de son palmarès sans égal sur la grille actuelle.

"C'est la vie et le sport", a commenté Márquez au micro de la radio Cadena SER, à qui il a accordé sa première interview. "Je ne suis pas heureux quand un pilote se retrouve sans moto, mais parfois dans le sport et dans le monde professionnel, il faut être égoïste, parce qu'on veut le meilleur, et en l'occurrence, le meilleur était la moto rouge."

Marc Marquez, Gresini Racing

Marc Márquez a effacé Jorge Martín

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

"Il faut bien jouer ses cartes, mais la plus importante concerne ce qu'il se passe en piste. Sur la piste, les ingénieurs de Ducati m'ont dit que les progrès effectués en course avec la moto 2023 ont beaucoup compté. Mais il y a beaucoup d'autres facteurs."

Il faut les mêmes armes et actuellement, je ne les ai pas. Ce n'est pas une excuse, je prouve que je peux être performant, mais je ne les ai pas.

Ducati espérait conserver Martín et Márquez dans ses rangs, en promettant au second une promotion dans l'équipe officielle en cas de titre avec Gresini cette année. Il revendique également d'avoir refusé cette proposition, estimant qu'il ne partait pas sur un pied d'égalité avec Martín, actuel leader du championnat avec la version la plus récente de la moto : "Une raison [derrière ce refus], et la principale, c'est que si on veut mériter [sa place], il faut les mêmes armes et actuellement, je ne les ai pas. Ce n'est pas une excuse, je prouve que je peux être performant, mais je ne les ai pas."

"Une autre chose très claire dans mon esprit, c'est que je n'allais pas passer d'une équipe satellite à une autre. Le troisième élément est que si on parle de contrats de sportifs, on parle aussi de sponsors qui m'ont suivi durant ma carrière. Une multinationale valide son budget pour deux ans en avance et on ne peut pas les laisser sans avoir un avenir clair, c'est infaisable."

Márquez devrait être amené à renoncer à de nombreux sponsors mais rejoindre l'équipe Ducati officielle était son unique volonté : "À tout moment, j'ai été très clair et je n'ai pas dévié de mon idéeDès les premières conversations, j'ai dit clairement que pour être dans une équipe satellite, je resterais chez Gresini, qui est la famille qui m'a donné l'opportunité de vivre une deuxième jeunesse. Dans une négociation, quelle qu'elle soit sa nature, le plus important est d'être sincère et de ne pas changer d'idée."

Marc Marquez, Gresini Racing, Francesco Bagnaia, Ducati Team

Marc Márquez et Pecco Bagnaia

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Le déroulement des derniers jours pourrait donner l'impression que Márquez a tordu le bras à Ducati. Il n'y a même pas un an, la marque semblait réticente à accueillir le pilote qui la privait de titres à la fin des années 2010, et après avoir accepté qu'il porte les couleurs de l'équipe Gresini, elle lui déroule finalement le tapis rouge et se sépare de deux pilotes qu'elle suivait de près depuis 2021.

Márquez assure avoir de très bons rapports avec Gigi Dall'Igna, grand patron de Ducati en compétition, et que ce dernier a surtout été séduit par ses sept premiers Grands Prix sur la Desmosedici : "J'ai une relation très directe et sincère avec Gigi et je suis chez Ducati grâce à lui. C'est un ingénieur qui a gagné avec tout ce qu'il a touché. La première chose que je lui ai demandée, c'est s'il restait chez Ducati en 2025 et 2026. [...] Selon lui, ils ont été guidés par mon évolution et la marge de progrès qu'ils ont vue."

Il reste maintenant à voir jusqu'où ira l'influence de Marc Márquez au sein de l'équipe Ducati, et si elle continuera à bouleverser les équipes. L'homme fort de la marque ces dernières saisons, Pecco Bagnaia, avait qualifié de "conneries" les rumeurs lui prêtant une réticence à l'accueillir, mais ne l'a pas encore félicité pour sa promotion. "Il ne m'a pas encore écrit, mais le directeur général de Ducati [Claudio Domenicali] l'a fait, il m'a félicité", précisait Márquez mercredi soir, assurant ne pas vouloir créer une rivalité interne : "Il faudra que ce soit calme dans le garage, c'est mieux de faire la guerre en piste." Voilà le vainqueur des deux derniers championnats prévenu.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Les effets immédiats de l'arrivée de Marc Márquez chez Ducati
Article suivant Le titre 2025, unique ambition de Márquez : "J'ai un plan en tête"

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France