L'écurie Williams prévient qu'elle n'est pas à vendre

Alors que les rumeurs vont bon train sur la santé de l'écurie de Grove et sur son avenir sportif et économique, Claire Williams a insisté sur le fait que l'écurie ne quitterait pas la destinée familiale.

L'écurie Williams prévient qu'elle n'est pas à vendre
Charger le lecteur audio

Williams traverse une période très difficile sur le plan sportif, mais Claire Williams a fermement fait savoir que l'écurie britannique n'était pas à vendre, et qu'aucun nouvel investisseur ne pourrait arriver si cela ne garantissait pas à la famille de garder le contrôle de la structure. La semaine dernière, la presse a évoqué l'intérêt de Dmitry Mazepin, père du pilote de F2 Nikita Mazepin, pour investir chez Williams et faire son entrée dans l'actionnariat. Claire Williams a toutefois assuré que rien de tout cela n'était vrai, et qu'aucune discussion sur ce sujet n'avait eu lieu cette année. 

Lire aussi :

"J'ai lu ces histoires, j'y ai prêté un peu attention", explique la directrice adjointe de l'écurie de Grove ce vendredi. "Je n'ai pas rencontré Monsieur Mazepin pour discuter de ça. Nous avons eu une brève conversation en milieu d'année dernière, mais il n'y en a pas eu d'autre par la suite. J'aimerais juste être catégorique à ce sujet : Williams n'est pas à vendre, je n'ai pas l'intention de mettre Williams en vente. Je ne vois pas pourquoi nous le ferions."

Attendre dix ans s'il le faut

Claire Williams, directrice adjointe, Williams Racing

Lanterne rouge du championnat l'an passé, l'équipe Williams fait l'objet de nombreuses préoccupations en raison de sa très mauvaise santé sportive, qui a notamment mené à l'éviction de Paddy Lowe suite aux essais hivernaux catastrophiques de Barcelone. La FW42 était arrivée très en retard, et la monoplace n'est pas au niveau de la concurrence après trois Grands Prix. 

Par ailleurs, Williams a perdu des sources de revenus importantes en voyant la famille Stroll se tourner vers le projet Racing Point, en ne bénéficiant plus des rentrées d'argent du titulaire de l'an passé, Sergey Sirotkin, et en ayant vu le contrat de sponsor-titre avec Martini prendre fin.

"Dans des périodes comme celle que l'équipe traverse en ce moment, cette rumeur survient toujours", estime Claire Williams. "Mais avec mon esprit d'entreprise, je sais que lorsqu'une équipe ne va pas bien, ce n'est pas le bon moment pour la vendre. Nous n'étudierions cette opportunité que si nous allions bien. C'est alors le bon moment pour vendre. Williams est en F1 depuis plus de quatre décennies, et nous n'avons jamais voulu vendre."

"C'est ce que nous faisons, nous n'avons rien d'autre à faire. Nous ne sommes pas sur le marché, je ne veux pas vendre à qui que ce soit, je veux prouver que nous pouvons faire ce pourquoi nous sommes en F1, revenir sur le podium et gagner à nouveau des courses. Ca pourrait nous prendre beaucoup de temps, mais il a fallu plus de dix ans à Frank pour le faire quand il a commencé dans ce sport. On n'abandonne pas quand les temps sont durs. C'est un test de caractère, pour continuer et prouver à tout le monde que l'on peut le faire."

partages
commentaires
Prost/Senna, rivalité phare de F1 2019
Article précédent

Prost/Senna, rivalité phare de F1 2019

Article suivant

Bakou : les EL2 maintenus à l'horaire initial

Bakou : les EL2 maintenus à l'horaire initial
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021