Dillmann : "Nous pouvons marquer de gros points"

partages
commentaires
Dillmann :
Par : Emmanuel Rolland
19 mai 2017 à 17:28

Alors que Paris s'apprête à accueillir la Formule E pour la deuxième année consécutive, Tom Dillmann entend bien s'illustrer pour ses débuts dans la discipline avec l'équipe Venturi.

Appelé par Venturi fin mars pour remplacer Stéphane Sarrazin (encore dans l'avion après le Prologue du WEC) lors de la séance d'essais libres du vendredi soir à Mexico, Tom Dillmann a été titularisé par la structure monégasque pour l'ePrix de Paris en remplacement de Maro Engel, pris par ses obligations en DTM avec Mercedes sur le Lausitzring ce week-end.

Il s'agira là des grands débuts en course en Formule E pour le pilote alsacien et, accessoirement, de sa première course depuis la dernière manche de la Formule V8 3.5 en novembre dernier à Barcelone, où il avait décroché le titre à l'issue d'un final haletant.

S'il s'agit d'une belle opportunité pour Dillmann, qui a l'occasion de mettre un pied dans l'un des championnats les plus attractifs pour les constructeurs, la tâche du pilote alsacien ne sera pas facile, lui qui s'apprête à prendre le train de la Formule E en marche.

 

Tom Dillmann, Venturi
Tom Dillmann, Venturi

Photo de: FIA Formula E

"Il est évident que cela ne sera pas facile car j'arrive sur cette course alors que les autres sont au milieu de leur saison, et qu'ils viennent à peine de courir à Monaco le week-end dernier", a-t-il expliqué à Motorsport.com. "De plus, la plupart sont dans le championnat depuis trois ans, ce qui ne facilite pas les choses. Quant à moi, je n'ai plus roulé en course depuis le mois de novembre mais cela n'est en revanche pas un problème. C'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas !"

"Mais je me suis préparé du mieux que j'ai pu", poursuit Dillmann. "Je n'ai certes roulé que 50 km au volant de la voiture, ce qui est peu, mais j'ai beaucoup parlé aux membres de l'équipe, j'ai fait pas mal de simulateur, j'ai pris tout ce que je pouvais prendre."

"Voir la Tour Eiffel depuis le paddock, c'est magique !"

Dillmann aura fort à faire pour aller contrer les ténors de la discipline, mais l'équipe Venturi, qui fait figure de petit poucet du plateau, a démontré qu'elle avait les capacités d'aller chercher les gros points selon les circonstances, comme l'a démontré la récente cinquième place de Stéphane Sarrazin à Monaco.

Le Haut-Rhinois est en tous cas bien décidé à profiter pleinement de l'expérience et à jouer sa chance à fond, alors que Maro Engel, son prédécesseur dans la monoplace #5 de l'équipe Venturi, n'a intégré le top 10 qu'à une seule reprise cette année (Hong Kong) lors des cinq courses déjà disputées.

"L'équipe Venturi n'est certes pas celle qui a le plus de moyens, mais elle se débrouille très bien avec ce dont elle dispose", ajoute-t-il. "Je suis content d'être avec eux pour ma première course en Formule E, et je pense que nous pouvons marquer de gros points. Et puis je suis ravi de courir dans les rues de Paris. Voir la Tour Eiffel depuis le paddock, c'est magique !"

Article suivant
Prost : "Des virages très atypiques" pour l'ePrix de Paris

Article précédent

Prost : "Des virages très atypiques" pour l'ePrix de Paris

Article suivant

EL1 - Buemi avec sept dixièmes d'avance !

EL1 - Buemi avec sept dixièmes d'avance !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule E
Événement ePrix de Paris
Lieu Circuit des Invalides
Pilotes Tom Dillmann
Auteur Emmanuel Rolland
Type d'article Interview