Rallye du Mexique : Le WRC revient sur terre !

Pour la première fois depuis le Rallye de Catalogne, au mois d'octobre dernier, le WRC s'aventurera ce weekend sur la terre et les graviers mexicains

Rallye du Mexique : Le WRC revient sur terre !

Pour la première fois depuis le Rallye de Catalogne, au mois d'octobre dernier, le WRC s'aventurera ce weekend sur la terre et les graviers mexicains. Le Rallye du Mexique, aussi surnommé "Rally America" ou bien encore "Corona Rally Mexico", ouvrira en effet une séquence de six épreuves consécutives sur surface terre cette saison.

Un revêtement qui pourrait causer bien des soucis aux pilotes les mieux placés au championnat, contraints de déblayer la route lors des deux premières journées. Un déficit d'adhérence doublé d'une visibilité atténuée en raison de la volatilité de la poussière sur certaines spéciales. A telle enseigne que la direction de course a même pris la décision de rallonger de deux à trois minutes le délai entre chaque départ sur la spéciale "Los Mexicanos", le temps que le nuage de saletés se dissipe !

Si le manque de grip et de visibilité seront les principaux écueils auxquels devront faire face les pilotes, les machines seront elles aussi mises à rude épreuve. Outre les températures caniculaires, pouvant atteindre plus de 30°C dans l'air et jusqu'à 50°C dans les habitacles, les moteurs devront subir les affres des hautes altitudes.

Le tracé mexicain détient en effet la particularité d'être le plus haut perché du championnat, évoluant entre 1800 et 2752 mètres - spéciale "El Chocolate", disputée le vendredi - de hauteur. Le parcours serpente ainsi à travers les sierras de Lobos et de Guanajuato, situées au nord-est de la ville de Léon, qui accueille depuis 1998 le parc d'assistance.

L'effet le plus significatif de ces hautes altitudes réside dans la perte de puissance des blocs propulseurs, qui frisent l'étouffement par défaut d'oxygène. Il faut reconnaître que les moteurs ne sont pas aidés par la réglementation technique, qui impose une bride de 33 millimètres sur les 1,6l turbo. A l'extrême, la perte de puissance constatée peut atteindre 30 %, soit une centaine de chevaux en moins (!) pour les moteurs les plus puissants, qui sortent jusqu'à 318 ch au banc d'essais à l'accoutumé.

Le Rallye du Mexique fait par ailleurs figure d'épouvantail pour les équipages, en raison de la lourdeur du planning proposé. Le tracé centre-américain comprend en effet 21 spéciales représentant au total 400 km de parcours chronométré - soit 40 % de la distance globale du rallye ! La plupart des ES s'avèrent certes rapides et fluides, bien qu'entrecoupées de quelques tronçons plus accidentés et techniques, mais l'impression générale tient plus de la course d'endurance que de la course de côte !

Le rallye débutera jeudi en fin de journée par les désormais célèbres spéciales en ville de Guanajuato, empruntant les rues pavées et les tunnels couverts de graffitis de l'ancienne ville minière, classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Le tracé effectuera une boucle par le Nord, pour un retour à Guanajuato le dimanche en début d'après-midi (heure locale). Les pilotes devront alors donner un dernier coup de collier lors de cette ultime étape, en affrontant la plus longue spéciale du championnat : Guanajuatito et ses 56 km de routes interminables.

Au niveau des enjeux, Jari-Matti Latvala tentera de se relancer au championnat, après deux premières courses mitigées. Le Finlandais pointe actuellement à la quatrième place du classement général, et ne peut se permettre de repartir une nouvelle fois bredouille du Mexique. "Après ma contre-performance en Suède, je vais tout donner ici", explique le pilote Volkswagen, qui se situe sur le plan comptable à plus d'une victoire de son coéquipier Sébastien Ogier, "Je serai dans une position de départ idéale, et je vais tâcher d'en faire le meilleur des usages", de poursuivre le Scandinave.

La première édition du Rallye du Mexique remonte à 1979, et son intégration au calendrier WRC à 2004. Markko Märtin (pilote) et Michael Park (copilote) avaient alors été les premiers à recevoir les honneurs à bord de leur Ford Focus.

partages
commentaires
WRC - Vers un retour en force de l'Asie au calendrier ?
Article précédent

WRC - Vers un retour en force de l'Asie au calendrier ?

Article suivant

WRC - Rallye du Mexique : Ogier roi de la nuit à Guanajuato

WRC - Rallye du Mexique : Ogier roi de la nuit à Guanajuato
Charger les commentaires
La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs Prime

La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs

Après avoir remporté un huitième titre mondial, Sébastien Ogier va cesser son engagement à plein temps en WRC. Pour comprendre l'héritage qu'il laisse, plusieurs de ses anciens adversaires, coéquipiers ou collègues témoignent de cette carrière riche en succès.

WRC
30 nov. 2021
Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende Prime

Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende

Sébastien Ogier quitte son rôle de pilote WRC à plein temps de la plus belle des manières, avec un huitième titre mondial en poche. Comparé tout au long de sa carrière au nonuple Champion du monde Sébastien Loeb, il a démontré de manière convaincante qu'il pouvait lui-même être considéré comme l'un des plus grands pilotes de rallye de l'Histoire.

WRC
23 nov. 2021
La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises " Prime

La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises "

Ce week-end, le Rallye de Monza marque la fin d'une ère en WRC : Sébastien Ogier s'apprête à mettre un terme à sa présence à temps plein dans le championnat et vise avant cela un huitième titre mondial. Malgré sa longévité, le pilote Toyota révèle dans une interview exclusive que l'incertitude persistante l'a poussé dans une quête incessante de perfection.

WRC
19 nov. 2021
McRae, la troisième génération Prime

McRae, la troisième génération

Le patronyme McRae est ancré dans l'histoire du rallye, partageant huit titres britanniques entre Jimmy, Colin et Alister, auxquels il faut ajouter le sacre de 1995 en WRC. Le prochain sur la liste est le fils d'Alister, Max McRae, qui à 17 ans va tenter de se faire un prénom.

WRC
13 nov. 2021
Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ? Prime

Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ?

Les critiques de Thierry Neuville contre les futures Rally1 (ces voitures qui inaugureront la nouvelle ère hybride du WRC) sortent de l'ordinaire, à une époque où les pilotes sont généralement réticents à exprimer leurs opinions en public. Mais les inquiétudes du Belge concernant la vitesse, la sécurité et le coût sont-elles tout à fait justifiées ?

WRC
17 sept. 2021
Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ? Prime

Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ?

Les pilotes français ont dominé le WRC ces deux dernières années : Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ont accumulé les titres de manière impressionnante. Alors que le second mettra fin à sa présence à plein temps dans le championnat à l'issue de la saison, la France fera reposer ses espoirs sur le rookie Adrien Fourmaux, à qui semble promis un avenir brillant.

WRC
11 août 2021
Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles Prime

Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles

Avant de conquérir neuf titres en WRC, Sébastien Loeb a dû faire face à plusieurs coups durs qui ont failli le priver d'une carrière au plus haut niveau. Dans une interview exclusive, l'Alsacien se remémore les étapes qui ont mené à sa domination sur les routes.

WRC
22 févr. 2021
Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire Prime

Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire

La saison 2020 du WRC a connu un dénouement inhabituel dans le cadre du Rallye de Monza. Même si elle était loin d'être idéale, cette épreuve a peut-être épargné au Championnat du monde de sérieux problèmes en offrant une vitrine lui permettant d'assurer la présence de plusieurs acteurs à long terme.

WRC
9 déc. 2020