Ullrich - La Class One devra s’employer à réduire les coûts

partages
Ullrich - La Class One devra s’employer à réduire les coûts
Par : Emmanuel Rolland
16 août 2015 à 10:47

Le Dr. Wolfgang Ullrich, directeur de la compétition chez Audi, a donné sa vision des challenges que devra relever la Class One, la future réglementation technique commune aux championnats DTM et Super GT.

Dr Wolfgang Ullrich
Edoardo Mortara, Audi Sport Team Abt Audi RS 5 DTM
#37 Lexus Team Keeper Tom's Lexus RC F : Andrea Caldarelli, Ryo Hirakawa
Pascal Wehrlein, HWA AG Mercedes-AMG C63 DTM
#23 Nismo Nissan GT-R: Tsugio Matsuda, Ronnie Quintarelli
Marco Wittmann, BMW Team RMG BMW M4 DTM
#31 Toyota Prius: Morio Nitta, Koki Saga
Départ : #36 Lexus Team Petronas Tom's Lexus RC F: Kazuki Nakajima, James Rossiter

La Class One, qui doit entrer en application en 2017, amènera ainsi une réglementation commune aux championnats allemands et japonais et établira notamment un bloc moteur 4 cylindres turbo de deux litres sur les voitures des deux séries, pour une puissance de 600 cv. Il est également prévu de réduire les charges aérodynamiques, afin de limiter les passages en courbe, et favoriser les dépassements. Pour l’heure, les trois constructeurs représentés en DTM, Audi, BMW et Mercedes, ainsi que les trois firmes impliquées en Super GT, Honda, Lexus et Nissan, s’attèlent à définir les détails de la Class One.

Il faut attendre un peu que tout le monde arrive à un niveau assez similaire. Mais nous savons que, plus nous attendrons, plus les coûts vont grimper.

Dr. Wolfgang Ullrich.

Pour le Dr. Wolfgang Ullrich, grand patron de la compétition chez Audi, la maîtrise des coûts, au même titre que la réduction des émissions de CO2, doit être une priorité dans l’établissement de ces nouvelles règles. "C’est notre objectif à tous", explique ce dernier. "Et nous essaierons de trouver des idées communes et des solutions communes. L’une des clés sera de réduire les coûts, et essayer de trouver des idées qui pourraient rendre la course encore plus intéressante par le comportement des voitures".

"Si vous essayer de stabiliser les coûts, je pense que le résultat ne sera pas génial", poursuit l’Autrichien. "Vous devez vous donner l’objectif de les réduire. Nous ne ferons aucun compromis sur la qualité, ce n’est pas la question, mais il y a quelque chose à faire pour réduire les coûts. Ce n’est pas très facile, mais c’est notre but".

Ullrich précise cependant que, dans l’optique de limiter les budgets d'exploitation, il ne serait pas bon pour autant de geler trop rapidement les évolutions sur les voitures, de peur de voir le constructeur ayant pris de l’avance sur ses concurrents dominer la discipline pour un moment, comme c’est le cas aujourd’hui en Formule 1 avec Mercedes.

"S’il existe une nouvelle réglementation, avec un moteur totalement différent, je pense que ce ne serait pas une bonne idée de geler [les développements] après une seule saison", poursuit Ullrich. "Si un nouveau cahier des charges existe, vous devez attendre un peu que tout le monde arrive à un niveau assez similaire. Mais nous savons que, plus nous attendrons, plus les coûts vont grimper. Vous devez donc trouver un compromis à ce niveau".

Prochain article DTM
Le DTM sur le Nürburgring pour deux années de plus

Article précédent

Le DTM sur le Nürburgring pour deux années de plus

Article suivant

Les Audi alourdies pour Moscou

Les Audi alourdies pour Moscou

À propos de cet article

Séries DTM
Auteur Emmanuel Rolland
Type d'article Actualités