Nissan - De la liberté dans la conception de la GT-R LMP1

partages
commentaires
Nissan - De la liberté dans la conception de la GT-R LMP1
3 févr. 2015 à 14:30

L’attente était grande et la surprise l’est tout autant : le constructeur japonais a brisé le moule habituel des LMP1 en lançant la nouvelle GT-R, une voiture au concept radical puisque munie d’un moteur placé à l’avant

L’attente était grande et la surprise l’est tout autant : le constructeur japonais a brisé le moule habituel des LMP1 en lançant la nouvelle GT-R, une voiture au concept radical puisque munie d’un moteur placé à l’avant.

Il s’agit d’un retour vers le futur pour Nissan, qui semble donc vouloir défier Audi, Porsche et Toyota en créant la surprise. S’agit-il d’une simple volonté de se démarquer? Il y a fort à parier que non, même si depuis les années 1950 et l’apparition du moteur arrière, placer la puissance dans le dos du pilote était devenu une convention. Panoz a bien tenté le coup osé aujourd’hui par Nissan dans les années 1990, mais avec des résultats plutôt contrastés.

Une grande liberté dans la conception

Nissan semble donc avoir repéré une faille dans le règlement actuel via son designer Ben Bowlby, qui a décidé de placer le V6 3 litres bi-turbo de la GT-R à l’avant de la voiture, tandis que la puissance hybride est récoltée à partir de la transmission avant afin d’augmenter le boost à l’accélération. Bowlby évoque le concept en parlant d’une "dynamite" qui transmet l’énergie électrique servant à tirer la voiture en sortie de virage.

Ce pourrait être le pari gagnant de Nissan : autoriser à Ben Bowlby une grande liberté dans la conception de cette nouvelle voiture, là où beaucoup d’autres se seraient opposés à cette idée plutôt radicale en jouant la sécurité.

L’idée du designer est donc d’utiliser moins de carburant et plus de puissance hybride. Ce qui, sur le papier, est une idée assez séduisante. Mais ce n’est pas tout : la GT-R de Nissan étonne aussi par la taille de ses pneumatiques, qui sont plus larges à l’avant qu’à l’arrière. 14 pouces pour les gommes avant, 9 à l’arrière. Elle n’applique pas un effet de poussée mais plutôt celui d’un "extracteur" de puissance.

Nissan ose donc ce que personne n’a tenté depuis longtemps. Une audace à double tranchant : le pari peut réussir mais, s’il échoue, tout le monde conclura alors que le manufacturier japonais aurait mieux fait de ne pas essayer et de se contenter de copier ses futurs adversaires.

Avec Motorsport.com

Prochain article Endurance
WEC - Nissan opte pour d'audacieuses solutions

Article précédent

WEC - Nissan opte pour d'audacieuses solutions

Article suivant

WEC - Marc Gene premier pilote confirmé chez Nissan

WEC - Marc Gene premier pilote confirmé chez Nissan

À propos de cet article

Séries Endurance
Type d'article Actualités