Les modifications à Melbourne auront lieu pour 2021 ou 2022

Les organisateurs du Grand Prix d'Australie prévoient une série de changements sur le tracé de l'Albert Park pour les prochaines éditions.

Les modifications à Melbourne auront lieu pour 2021 ou 2022
Charger le lecteur audio

Envisagées depuis quelque temps déjà, les modifications et le resurfaçage du tracé de l'Albert Park pourraient intervenir en vue de l'édition 2021 du Grand Prix d'Australie. Les portions de route publiques utilisées à Melbourne n'ont jamais été rénovées depuis la première édition de l'épreuve en 1996 et les organisateurs l'envisagent sérieusement depuis plusieurs années.

Lire aussi :

Melbourne est assuré d'accueillir le Grand Prix d'Australie au moins jusqu'en 2025 et la volonté est désormais de mettre en place certains changements pour les éditions 2021 ou 2022. Le projet inclut également des modifications du tracé afin d'améliorer le spectacle et d'offrir davantage d'opportunités de dépassement. Le tout fait l'objet de discussions au long cours entre l'Australian Grand Prix Corporation (AGPC) qui organise la course et les dirigeants de la F1. Une décision pourrait être prise aux alentours de la mi-mars, en marge de l'épreuve d'ouverture du championnat 2020.

"D'ici un an ou deux, nous ferons le resurfaçage", confirme à Motorsport.com Andrew Westacott, PDG de l'AGPC. "Nous dialoguons avec la Formule 1 quant à la manière de faire évoluer le circuit pour faire en sorte que les changements qui ont affecté les voitures depuis 1996 se reflètent également dans ceux réalisés sur la piste. Ce peut être un élargissement à certains endroits, ou d'autres plus incurvés, ce genre de choses. Tout cela est en cours. Nous en saurons probablement davantage lors du Grand Prix au sujet des délais et de la probabilité des travaux, pour savoir si ce sera lors des 12 ou des 24 prochains mois."

Outre le resurfaçage complet de la piste, les organisateurs avaient envisagé il y a quelques années des modifications au niveau des virages 11 et 12 pour favoriser les dépassements, avant d'abandonner le projet face à l'incertitude de son efficacité. Ils ont désormais à leur portée une plus vaste gamme de possibilités.

"Quand on a l'opportunité de faire des changements, il faut regarder comment on peut améliorer les choses", précise Andrew Westacott. "Il ne fait aucun doute que les monoplaces ont évolué et changé entre 1996 et 2020, et elles changeront à nouveau en 2021. Maintenant, ce que nous pouvons faire si nous faisons des changements, c'est tout prendre en compte. Nous étudions des choses comme l'asphalte et son incidence sur la dégradation des pneus, ou encore les virages et la manière dont ils peuvent être ajustés. Mais nous ne voulons pas atténuer le caractère du circuit, et nous devons tenir compte de la présence d'un lac, de terrains de sport."

"On ne peut pas faire les changements que l'on veut sans tenir compte de la géographie et de la topographie. Nous ne parlons pas de faire un banking comme à Zandvoort ou quelque chose du genre, je peux vous le promettre. Ce que nous faisons, c'est que nous examinons toutes les contributions, de la limite de vitesse dans la voie des stands à la largeur de la piste, en passant par l'abrasivité de l'asphalte. Nous sommes en dialogue permanent avec la Formule 1 sur ces sujets."

Propos recueillis par Andrew van Leeuwen  

partages
commentaires
Les secrets des pontons ultra resserrés de la Mercedes W11
Article précédent

Les secrets des pontons ultra resserrés de la Mercedes W11

Article suivant

Mercedes ne concevra pas de deuxième voiture d'ici Melbourne

Mercedes ne concevra pas de deuxième voiture d'ici Melbourne