Souvenez-vous !
Dossier

Souvenez-vous !

C'était un 26 novembre : Bernie et l'idée des médailles

Il y a dix ans jour pour jour, Bernie Ecclestone, alors grand patron de la Formule 1, jetait un pavé dans la mare avec une idée qui avait beaucoup fait parler ! Qu'en reste-t-il aujourd'hui ?

C'était un 26 novembre : Bernie et l'idée des médailles

Ressortons des cartons une anecdote ayant failli changer profondément la manière dont est désigné le Champion du monde de Formule 1... À moins qu'il ne s'agisse exactement de ce qui s'est produit ?

Nous sommes en 2008, et se tient une conférence de presse importante en présence de Bernie Ecclestone annonçant l’entrée en jeu du géant coréen LG en tant que partenaire officiel et sponsor de la Formule 1. C’est à cette occasion que le grand argentier de la F1 prend le temps de répondre à quelques questions au sujet de ses récentes déclarations concernant son désir de mise en place d’un système de médailles aux trois premiers de chaque Grand Prix.

Mais la surprise est de taille : selon Ecclestone, ce système n’est pas seulement une idée fantaisiste mais bien une mesure validée pour la saison 2009 par les équipes elles-mêmes et en attente d’une ratification formelle par le Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA, où l’idée est accueillie avec fraîcheur.

"Ça va venir", assurait alors Ecclestone, de qui l’idée émanait directement. "Toutes les équipes sont satisfaites. La raison principale vient du fait que j'en ai marre d'entendre les gens dire qu'il n'y a pas de dépassements. S'il n'y a pas de dépassements, ça n'a rien à voir avec les circuits ou les personnes impliquées, c'est juste que les pilotes n'ont pas besoin de doubler."

Lire aussi :

Une idée pour stimuler le spectacle devant ?

L’argument d’Ecclestone concernait le fait que la victoire n’était tout simplement plus assez valorisée en F1.

"Si vous menez la course et que je suis second, je ne vais pas prendre ma chance et risquer bêtement de sortir de la route, ou quelque chose de ce genre, pour prendre deux points supplémentaires. Si j'ai besoin de le faire pour remporter une médaille d'or, parce que celui qui aura le plus de médailles gagnera le Championnat du monde, alors je le ferai. Je vous dépasserai. Cette année [2008], nous avons vu à plusieurs reprises Lewis [Hamilton] ne pas dépasser Massa pour cette raison."

Bernie Ecclestone, président d'honneur de la Formule 1

La crainte feinte d’Ecclestone, avec le barème en place, était de voir un pilote émerger comme un candidat au titre sans le panache de la victoire, en se montrant très régulier avec des places d’honneur tout au long de la saison, comme en faisait la démonstration Mikko Hirvonen en WRC contre Sébastien Loeb.

La crainte inverse existait pour les sceptiques, qui estimaient qu’un champion pouvant théoriquement être couronné en remportant seulement quelques courses mais abandonnant sur toutes les autres était au moins aussi néfaste pour le sport.

Une intention cachée

Mais en habile joueur d’échecs, Ecclestone faisait en réalité beaucoup de bruit pour faire avancer un autre système ! Marionnettiste habile, le grand argentier de la Formule 1 désirait en réalité faire évoluer le barème de points de l’époque (10/8/6/5/4/3/2/1 pour les huit premiers) en un nouveau système récompensant plus de monde tout en primant plus fortement la victoire avec un écart de points important entre les deux premières positions.

Pour avoir une chance de le faire passer en douceur auprès des équipes, de la FIA et du public, l’Anglais agitait donc la cape rouge dans l’arène et prônait l’exact opposé avec seulement trois pilotes récompensés en fin de Grand Prix !

Même si certaines équipes soutenaient en effet la proposition de médailles d’Ecclestone, le désir et le besoin de visibilité des constructeurs et sponsors impliqués était tout autre : il fallait au contraire un barème récompensant les concurrents par des points aussi loin que possible dans la hiérarchie pour créer des thématiques et enjeux en milieu et fond de peloton. L'importance était de donner la visibilité médiatique nécessaire à des batailles pour la dixième place à l’arrivée. Et ainsi, assurer la pérennité de certaines structures évoluant dans le ventre mou du plateau, sans pour autant aider les toutes petites nouvelles équipes low-cost tant méprisées...

Sakon Yamamoto, HRT F1 F110-02, Jarno Trulli, Lotus T127 Cosworth, Timo Glock, Virgin VR-01 Cosworth

Une idée ayant germé

En réponse au débat lancé, la F1 se pressa de passer pour 2010 un nouveau barème de points satisfaisant les parties impliquées avec 25 points pour le vainqueur, et se déroulant jusqu’à la dixième place. Ecclestone assuma le rôle de cygne noir et força même la caricature, sachant avoir eu le dernier mot.

Ce barème est toujours en vigueur aujourd’hui et a été uniformisé dans toutes les disciplines FIA. Mais Ecclestone avait toutefois fini par se convaincre de certains de ses arguments initialement factices et goûtait au rêve de voir plus de dépassements devant en F1 et quelques autres artifices pour faire durer le suspense au championnat.

C’est ainsi qu’arrivèrent d’autres mesures, validées de concert avec les équipes, sur les exigences de dégradation accélérée des pneus Pirelli, du retour du KERS (avant l'entrée dans l'ère hybride), de l’introduction du DRS, ou encore des points doublés de la finale d’Abu Dhabi en 2014 !

Lewis Hamilton, Mercedes F1 W05, fête son titre de Champion du monde en passant la ligne
partages
commentaires
Le vibreur polémique d'Abu Dhabi victime de sa peinture

Article précédent

Le vibreur polémique d'Abu Dhabi victime de sa peinture

Article suivant

Räikkönen a fait ses premiers tours chez Sauber

Räikkönen a fait ses premiers tours chez Sauber
Charger les commentaires
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021