Todt défend le format actuel de la F1 mais ouvre une consultation

Jean Todt, Président de la FIA, s‘est montré réceptif à un courrier adressé par Luca Di Montezemolo, Président de Ferrari, au sujet d’un besoin urgent de réunion des acteurs de la F1 pour évoquer l’avenir du sport

Todt défend le format actuel de la F1 mais ouvre une consultation

Jean Todt, Président de la FIA, s‘est montré réceptif à un courrier adressé par Luca Di Montezemolo, Président de Ferrari, au sujet d’un besoin urgent de réunion des acteurs de la F1 pour évoquer l’avenir du sport.

Alerté par le virage pris par la F1 et le spectacle offert d’une façon générale aux fans, Montezemolo souhaite qu’un comité se réunisse afin de débattre des besoins du sport. Une suggestion accueillie positivement par la FIA, qui a confirmé dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport qu’un meeting allait se tenir prochainement autour de cette thématique.

« Je vais placer autour de la table des sponsors, des journalistes, de nouveaux medias, des organisateurs, d’anciens pilotes et des pilotes actuels, et les constructeurs », a ainsi fait savoir Todt, qui souhaite brosser le tableau sous tous les angles.

Todt défend cependant un grand nombre de changements ayant singulièrement modifié la donne en F1 dans un passé très récent, à l’initiative de la FIA. Pour le Français, la direction prise est la bonne, et la plus durable.

« L’hybride est le bon choix, mais nous n’avons pas été en mesure de correctement le communiquer », estime-t-il ainsi. « Mais le futur de l’automobile va dans cette direction. L’ennui? Je ne le vois pas. Et particulièrement, je ne vois personne relâcher l’accélérateur en course pour économiser du carburant ».

« De mon point de vue, le sport automobile est en bonne forme. Pensez simplement à ce que Dietrich Mateschitz a fait en Autriche, en redressant l’enthousiasme des gens. Et si l’on parlait des 24 Heures du Mans, qui ont attiré 263'000 spectateurs ? Une grande course avec Audi, Toyota et Porsche ».

Ce n’est en tous les cas pas la baisse d’audience télévisée généralisée qui inquiète le Président de la FIA concernant la forme de la F1.

« De nos jours, il y a d’autres moyens de communication que la télévision. La mentalité du public change également, comme les intérêts de notre société ».

partages
commentaires
L'idée des départs arrêtés après Safety Car est née chez McLaren
Article précédent

L'idée des départs arrêtés après Safety Car est née chez McLaren

Article suivant

Vergne a fait les frais de l'intransigeance des commissaires

Vergne a fait les frais de l'intransigeance des commissaires
Charger les commentaires