Interview Yves Matton - "La Formule E correspond au positionnement de DS"

E.R., Le Castellet – Après l’officialisation de l’arrivée de Citroën, plus précisément de la marque DS, en championnat Formule E dès la saison 2015/2016 en collaboration avec Virgin Racing, Yves Matton, le directeur de Citroën Racing, a expliqué à Motorsport.com les enjeux de ce nouveau challenge.

 

Comment abordez-vous ce nouveau challenge, avec votre arrivée en Formule E via la marque DS dès la saison prochaine?

La première chose est qu’il s’agit d’un nouveau défi à relever pour nous car il s’agit d’une nouvelle technologie pour nous, il y a donc un réel intérêt de développer notre connaissance et d’aborder la technologie électrique. Nous avons commencé à travailler sur le sujet il y a quelques semaines, juste pour définir la manière dont on travaille avec Virgin. L’entité de la marque DS est en train de se mettre en place.

Comment sont répartis les rôles entre DS Racing et Virgin?

On s’occupe avant tout de la recherche et développement et de la définition technique de la voiture. Cette année, nous avons pu notamment développer toute la partie power train, qui est différente de celle de la saison qui vient de se terminer, où toutes les voitures étaient identiques. Nous allons travailler en collaboration avec Virgin Racing, qui aura en charge l’exploitation de l’équipe. Mais il s’agira d’une collaboration ouverte puisque Virgin sera également impliqué dans la recherche et le développement, et nous leur apporterons également notre expertise en termes d’exploitation de la voiture et de l’équipe sur le terrain, nous travaillons donc bel et bien en binôme. C’est là-dessus que portent nos accords.

 Il est évident que les pilotes ayant évolué en F1 ces dernières années ou en WEC nous intéressent.

Yves Matton, directeur de Citroën Racing.

Cette arrivée en Formule E en collaboration avec Virgin est-elle une première étape avant une implication 100% officielle de DS en tant qu’équipe d’usine dans le futur?

Souvent lorsque l’on annonce des choses, vous voulez être à la phase suivante, si phase suivante il y a! (rires). Je dois dire que, avant tout, nous nous concentrons sur ce qui se présente à nous aujourd’hui. Notre volonté est de travailler avec Virgin. Pour DS, il y a un vrai intérêt envers cette collaboration avec Virgin, et une envie de travailler ensemble. Ce que nous voulons avant tout c’est essayer de développer une voiture performante, essayer de mettre sur pied une équipe d’exploitation compétitive avec le seul objectif qui est de pouvoir gagner dans cette discipline dans le futur. Pour le moment on pense surtout à collaborer ensemble.

Tout ceci participe à la construction de l’image même de la marque DS, c’est vraiment un axe prioritaire?

Il y a une réflexion globale au sein du groupe sur les activités motorsport pour chaque marque, et la discipline qui correspond le mieux à l’image que chaque marque veut développer. La Formule E, avec des courses qui se disputent en ville, correspond tout à fait au positionnement de la marque DS, avec également un public qui est tout à fait différent de celui des courses traditionnelles. Il s’agissait d’une réelle opportunité de pouvoir impliquer DS en sport automobile avec un positionnement qui correspondait à celui que les dirigeants veulent donner à la marque dans le futur.

Au niveau des pilotes, on imagine que l’on pourra retrouver des pilotes estampillés Citroën?

Pas forcément. On est en train de regarder les pilotes qui "correspondent" le mieux à la discipline, qui ont soit une expérience de la discipline, soit une expérience du pilotage de ce type de véhicule, où vous devez surveiller d’autres aspects que le pilotage pur et dur comme l’aspect récupération d’énergie, ou optimisation de l’énergie. Typiquement, il est évident que les pilotes ayant évolué en F1 ces dernières années ou en WEC nous intéressent car ils ont déjà l’habitude de gérer plusieurs aspects tout en pilotant. C’est en discussion, cela devrait se clôturer dans les semaines à venir car les premières séances de test se dérouleront en août, il ne reste pas tellement de temps pour finaliser.

Y aura-t-il de ce fait une véritable entité propre "DS Motorsport", indépendante de Citroën?

Il y aura une entité DS Motorsport, dont le nom n’est pas encore officialisé, et qui aura sa propre équipe impliquée en Formule E, à l’image de Citroën Racing en WTCC, ou Peugeot Sport qui a également son propre programme. Tout ceci est en train de se mettre en place, c’est assez nouveau. Nous avons commencé sur la base de Citroën Racing car les délais étaient très serrés, et petit à petit nous sommes en train de définir les contours de cette équipe.

Serez-vous vous-même à la tête de DS Motorsport?

Oui. C’est la seule chose que je peux déjà vous dire, je m’occuperai effectivement de l’activité DS Motorsport.

Cela veut dire que vous lâcherez du lest sur Citroën Racing?

Non, il faut réussir à trouver les bons collaborateurs capables de gérer ces programmes. L’idée est d’avoir quelqu’un qui sera responsable du projet Formule E, avec qui je collaborerai tous les jours comme je le fais sur les autres programmes.

Ce programme peut-il d’ailleurs affecter l’un des deux autres programmes de Citroën, WTCC ou WRC?

Il n’y a aucune raison, ce sera tout à fait indépendant même si l’idée est que, en regroupant des activités sportives de pouvoir avoir des interactions entre les programmes et optimiser la charge de travail sur les différents programmes. Mais, comme on le fait sur les autres programmes, il y aura une équipe fixe, et des interactions pour aller chercher ce qu’il y a de meilleur au sein de nos activités sportives, et aussi, lors de période de surcharge de travail, de pouvoir compenser en allant chercher du renfort au sein de l’ensemble de nos activités sportives.

Il y a une décision qui a été prise de créer un centre d’excellence qui sera basée à Satory à l’horizon du dernier trimestre 2016. 

Yves Matton.

Pratiquement, combien de personnes seront affectées au programme Formule E chez DS?

C’est une chose sur laquelle on ne communique pas nécessairement.

On parle beaucoup du rapprochement entre les entités Citroën Racing et Peugeot Sport, qu’en est-il à l’heure actuelle?

Il y a une décision qui a été prise de créer un centre d’excellence qui sera basée à Satory à l’horizon du dernier trimestre 2016. L’idée est, comme je l’évoquais auparavant, de rassembler toutes nos forces sur un même site pour pouvoir avoir des synergies entre les différents programmes tout en ayant des programmes dédiées à des marques. Chaque marque aura son programme spécifique, mais l’idée est de regrouper toutes nos expertises et de pouvoir écrêter les charges de travail qui sont variables d’un programme à l’autre en fonction des calendriers mais aussi en fonction des calendriers d’homologation des voitures.

A propos de cet article
Séries Formule E
Équipes DS Virgin Racing
Type d'article Interview
Tags citroen, ds, formule e, matton, virgin