Thomas Laurent et Alpine : "Il n'y a pas de favori en LMP2"

Pour sa quatrième participation aux 24 Heures du Mans, Thomas Laurent endosse les couleurs d'Alpine aux côtés d'André Negrão et Pierre Ragues. Le Français fait le point avant une édition "assez compliquée" qui promet d'être particulièrement indécise dans la catégorie LMP2. Il a répondu aux questions de Motorsport.com.

Thomas Laurent et Alpine : "Il n'y a pas de favori en LMP2"

Lire aussi :

Thomas, quel bilan tirez-vous des essais de jeudi et vendredi ?

C'était un planning très, très chargé, et en conclusion une très bonne journée. On a eu le temps de bien travailler pour la course principalement. On s'est laissés tenter par un petit run en qualifs, mais malheureusement il y avait beaucoup de trafic, des Full Course Yellow et des drapeaux rouges qui nous ont un peu coupés dans notre élan. Ça nous a un petit peu gênés pour les qualifs. Mais les qualifs c'est une chose au Mans, sauf que la course fait 24 heures, et le principal est d'avoir une voiture très bien réglée.

Y a-t-il une déception de ne pas avoir pu participer à cette hyperpole ?

Pour être honnête, non. On n'aurait pas appris grand-chose, hormis faire un bon temps, l'améliorer, etc. On n'aurait pas appris beaucoup de choses sur le pneu ou quoi que ce soit. À part mettre la voiture en danger, ça n'aurait pas servi. Certes, ça aurait été bien d'y être, je ne dis pas le contraire, mais on se contente d'une 10e place, ce qui est correct sur 24 voitures. En course on sait que ça va être très long : André sera au départ, il va nous remonter la voiture comme d'habitude dans le top 5 ou le top 3 et après on va gérer la course. C'est comme ça qu'on le voit.

#36 Signatech Alpine Matmut Alpine A470: Thomas Laurent

Vous sentez-vous bien préparés pour la course, dans une catégorie LMP2 qui est plus disputée que jamais ?

C'est vrai qu'il n'y a pas de favori : je dirais que les dix ou 15 premières voitures peuvent aller chercher la victoire ou au moins le podium. Comment faire pour se démarquer ? Tout simplement en faisant le moins d'erreurs possible, voire pas du tout, en ayant des arrêts au stand parfaits aussi. Les gars sont surentraînés, ils font des pitstops vraiment incroyables. Sur la piste, on va essayer de faire de même, ne pas faire de bêtise, avoir de bonnes moyennes, faire attention dans le trafic. Je pense que ça va être une course au Full Course Yellow ou à la Slow Zone. Il va falloir faire aussi attention à ça, car il y a des voitures avec beaucoup d'amateurs, qui ne font pas forcément attention à leurs rétros et qui bougent pas mal. Cette édition va être assez compliquée, en plus avec la météo qui s'invite, ce sera d'autant plus intéressant.

Le fait d'avoir 22 GTE Am en piste pose un problème de trafic supplémentaire…

Oui, ça se voit en piste. Quand on voit les écarts qu'il y a entre les voitures pour les qualifs, on se doute que ça va être la même chose pour la course et c'est pareil tous les ans. Ça va être un cauchemar à gérer au début car quand on va leur prendre un tour, elles seront toutes collées les unes aux autres. Ça va être très compliqué, 22 voitures à doubler ce n'est pas simple, même si on est plus puissant. Ça peut mener à des petites touchettes ou à des collisions. Il faut faire attention à ça. Il faudra peut-être se démarquer dans le trafic en faisant attention tout en ne perdant pas trop de temps. Mais en perdre quand il faut, ce n'est pas bête non plus !

Il y a un gros risque de pluie… est-ce souhaitable pour vous ?

Sachant qu'on n'a pas encore roulé sous la pluie ce week-end et que moi ce sera ma quatrième édition des 24 Heures du Mans et que je n'ai pas encore roulé sous la pluie, je ne le souhaite pas ! C'est toujours un petit peu tendu de partir sur une piste qu'on ne connaît pas sous la pluie, qui plus est en course, et encore plus aux 24 Heures du Mans. Je ne la souhaite pas mais malheureusement je pense qu'elle va arriver. Mais ce sera pareil pour tout le monde : on a des nouveaux pneus cette année et personne n'aura encore roulé avec au Mans, donc ce sera la grande surprise pour tous. On verra qui sortira son épingle du jeu.

#36 Signatech Alpine Matmut Alpine A470: Thomas Laurent, André Negrão, Pierre Ragues

Comment travaillez-vous en course pour gérer de telles conditions météorologiques ?

Il n'y a pas de météorologue, mais on a des sites internet assez précis. On essaie d'être le plus précis possible. La météo du WEC n'est pas mauvaise non plus. Et en cas de pluie, on envoie André sur la piste car c'est lui qui a le plus d'expérience sous la pluie, notamment avec l'Alpine. Il se débrouille très bien sous la pluie, moi aussi normalement mais je ne connais pas cette voiture sous la pluie. Notre référence, on l'a bien dit en briefing, ce sera André, et après on s'adaptera par rapport à ça.

À quel point la période de pause forcée par la crise du coronavirus a-t-elle pu perturber le travail entre les trois pilotes cette année ?

Je ne dirais pas que ça l'a perturbé, bien au contraire. Ça nous a permis d'apprendre à nous connaître. On a eu la chance de faire les 24 Heures du Mans virtuelles tous ensemble, donc on était connectés quasiment tous les jours pendant trois ou quatre heures, à échanger, y compris pour décompresser. Avec Pierre et André, il n'y a pas de souci sur ce point-là ! André est venu au Sables-d'Olonne après la course de Spa pour passer quelques jours là où j'habite, avant notre course en Alpine Cup. On a passé du temps ensemble, on a fait du karting, et nous voilà réunis cette semaine. On s'entend tous les trois très bien. Pierre est un peu notre papa, et nous on est les deux petits frères !

Quels sont vos projets d'avenir alors qu'Alpine va franchir le pas du LMP1 en 2021 ?

Je suis ravi pour Alpine qui monte en LMP1. Je ne peux pas vous cacher que je discute avec eux, car forcément, une place dans l'équipe me ferait plaisir. Je travaille aussi pour trouver un volant en ELMS, tout simplement pour gagner ma vie. Je suis rendu à un stade où je suis devenu professionnel il y a deux ans, et maintenant il faut tout simplement gagner sa vie.

partages
commentaires
Warm-up - Premiers tours de roue sur piste humide
Article précédent

Warm-up - Premiers tours de roue sur piste humide

Article suivant

Hartley : son retour au Mans, sa relation avec ses équipiers...

Hartley : son retour au Mans, sa relation avec ses équipiers...
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021