Aegerter regrette les hauts et les bas de 2017

Le pilote suisse a connu son lot de malchance l'année dernière et se montre soulagé de conserver son guidon chez Kiefer Racing pour 2018.

Aegerter regrette les hauts et les bas de 2017
Dominique Aegerter, Kiefer Racing
Dominique Aegerter, Kiefer Racing
Le vainqueur, Dominique Aegerter, Kiefer Racing
Le vainqueur, Dominique Aegerter, Kiefer Racing
Le vainqueur de la course sur le podium : Dominique Aegerter, Kiefer Racing
Dominique Aegerter, Kiefer Racing
Dominique Aegerter, Kiefer Racing
Dominique Aegerter, Kiefer Racing
Dominique Aegerter, Kiefer Racing
Dominique Aegerter, Kiefer Racing
Takaaki Nakagami, Idemitsu Honda Team Asia, Dominique Aegerter, Kiefer Racing
Dominique Aegerter, Kiefer Racing

Dominique Aegerter pourra difficilement oublier la saison 2017, une année de montagnes russes durant laquelle les performances de sa Suter, alignée par le Kiefer Racing, ont souvent été masquées par des événements qui avaient peu de rapport avec ce qui se passait en piste.

Son compteur de l'année aurait pu compter trois chiffres s'il avait conservé la victoire de Misano, décrochée sous la pluie face à son compatriote Tom Lüthi, mais dont il a finalement été privé à cause de l'irrégularité de son huile. Disqualifié du GP de Saint-Marin, il a conservé comme meilleur résultat de la saison sa cinquième place à Austin, à laquelle se sont ajoutées de solides performances à Jerez, Le Mans ou encore au Mugello. Mais les 25 points envolés à Misano n'étaient rien en comparaison du drame qui allait toucher l'équipe du Suisse en Malaisie, avec la mort soudaine de Stefan Kiefer et c'est un bien sombre championnat qui s'est conclu en novembre dernier pour le team.

"Ce fut une saison très perturbée", concède Dominique Aegerter dans une interview pour Motorsport.com. "Nous avions à cœur de faire une belle saison, malheureusement elle a été marquée par des hauts et des bas, et beaucoup de malchance."

Le bilan est donc mitigé pour le Suisse, qui admet ne pas pouvoir "être totalement satisfait de la saison". En 2017, il a pu à plusieurs reprises se confronter aux top pilotes lors des essais libres et des qualifications, tandis qu'en course "cela n'a pas toujours été possible". Si son objectif initial était de figurer régulièrement dans le top 5, il lui a fallu revoir ses ambitions à la baisse et il a finalement obtenu neuf entrées dans le top 10 et la 12e place finale au championnat.

Mais c'est surtout sa disqualification à Misano qui laisse encore aujourd'hui un goût amer à Aegerter, vainqueur à ce jour une seule fois, en 2014. "L'appel est encore en cours. Je crois que notre victoire était légitime, parce qu'au fond j'ai obtenu ce succès sur le mouillé, en prenant des risques. Je n'ai pas eu le moindre avantage par rapport à mes adversaires", estime-t-il.

La peur de ne pas courir en 2018

Cette année, Dominique Aegerter sera le seul représentant du team Kiefer Racing, une réduction d'effectif due aux difficultés économiques rencontrées par l'équipe allemande avec le retrait de dernière minute de l'investisseur anglais David Pickworth.

"Je suis très heureux de continuer à courir, j'ai eu très peur", admet celui qui sera également le seul pilote suisse dans la catégorie intermédiaire suite au passage de Tom Lüthi en MotoGP et à l'exclusion forcée de Jesko Raffin.

C'est donc un soulagement pour le pilote de 27 ans, déterminé à repartir en chasse des meilleurs résultats possible au guidon, cette fois, d'une KTM.

"Peut-être que de l'extérieur les gens ne se rendent pas compte à quel point il peut être difficile de piloter une moto dans un Championnat du monde. Il faut préparer le mental et le corps pour le week-end de course, mais ça n'est pas toujours aussi simple", pointe Aegerter.

"Quand on abandonne, quand on a un accident ou n'importe quoi d'autre qui ne nous permet pas de finir une course, c'est toujours frustrant. Par conséquent, sur la course suivante on veut obtenir un bon résultat, mais cela crée inévitablement plus de tension. Dans mon cas, par exemple, j'ai subi deux abandons consécutifs, au Sachsenring et à Brno. Ça n'a pas été facile de se reprendre."

Le pilote bernois reconnait que, s'il accorde beaucoup d'importance au soutien que lui témoignent ses fans, il se sent aussi investi d'une mission pour les satisfaire. "Tout le monde voudrait gagner, c'est évident, mais ça n'est pas toujours facile. Aussi, quand on termine en milieu de classement, ça n'est pas satisfaisant pour eux, et je me sens le devoir de donner beaucoup plus."

Et ce soutien de ses supporters pourrait s'avérer particulièrement précieux, sachant que Dominique Aegerter et le team Kiefer Racing ont lancé une opération de crowdfunding pour financer leur saison et avoir les moyens de leurs ambitions.

Avec Riccardo Vassalli

partages
commentaires
Aegerter seul pilote du Kiefer Racing en 2018
Article précédent

Aegerter seul pilote du Kiefer Racing en 2018

Article suivant

Essais Valence - Pasini emmène un trio d'italiens pour la reprise

Essais Valence - Pasini emmène un trio d'italiens pour la reprise
Charger les commentaires