WEC 2017
Dossier

WEC 2017

LMP2 - Les quatre châssis pour 2017 sont sélectionnés
#60 Michael Shank Racing with Curb/Agajanian Ligier JS P2 Honda : John Pew, Oswaldo Negri Jr.
#47 KCMG ORECA 05 : Matthew Howson, Richard Bradley, Nicolas Lapierre
Jean Todt, Président de la FIA
#01 Chip Ganassi Ford/Riley : Scott Pruett, Joey Hand
Gerard Neveu, WEC et Pierre Fillon, Président de l'ACO
#46 Thiriet by TDS Racing ORECA 05 : Tristan Gommendy, Ludovic Badey, Pierre Thiriet
Scott Atherton, PDG du Tudor United Sportscar Championship

Dallara, Onroak Automotive (Ligier), Oreca et l’association Riley/Multimatic: tels sont, a annoncé aujourd’hui l’Automobile Club de l’Ouest, les quatre constructeurs de châssis qui ont été retenus pour construire les futurs châssis LMP2 habilités à courir à partir de 2017.

Si la présence des deux fabricants français dans la liste était attendue, tout comme celle d’un châssis américain, Dallara constitue peut-être une surprise dans la mesure où la marque transalpine est surtout connue aujourd’hui pour ses monoplaces (GP2/3, IndyCar, Formula Renault 3.5, etc.).

Gibson (anciennement Zytek), Strakka Racing (qui fabrique le châssis Dome), Honda Performance Development (HPD) et BR Engineering (dont le châssis BR01 a débuté cette année au Mans) sont parmi les constructeurs candidats qui ont été déboutés, selon nos confrères d'Autosport.

Ce choix, effectué par l’ACO lui-même mais aussi l’International Motor Sports Association (IMSA) américaine et la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA), est le résultat de huit mois de travail et de deux mois de processus de sélection (l’appel d’offres avait été lancé le 13 mai 2015), ont expliqué les quatre entités.

Notre priorité est de fournir aux équipes et aux pilotes engagés dans cette catégorie les meilleures options et solutions pour courir en endurance dans les années à venir,” a déclaré Pierre Fillon, Président de l’ACO. “Grâce aux décisions prises conjointement par l’ACO, l’IMSA et la FIA, nous avons réussi à réunir un pool de constructeurs d’une immense qualité, ce qui conforte l’intérêt de la série et ses belles perspectives d’avenir.”

Les châssis LMP2 seront équipés d’un moteur unique, lequel sera annoncé ultérieurement, dans les championnats organisés par l’ACO et la FIA : le Championnat du Monde d’Endurance bien sûr (WEC), dont font partie les 24 Heures du Mans, mais aussi l’European Le Mans Series (ELMS) et l’Asian Le Mans Series (Asian LMS).

Plusieurs nuances du côté des États-Unis

En revanche, plusieurs motoristes seront autorisés dans le cadre du TUDOR United SportsCar Championship (USCC) aux États-Unis où les châssis pourront être modifiés pour comprendre des éléments de style spécifiques à chaque motoriste. C’est une pratique qui a cours depuis longtemps outre-Atlantique, où l’identification visuelle commune des voitures de course et de série est une priorité. On le voit d’ailleurs avec les Daytona Prototypes actuellement engagés aux côtés des P2 en USCC et qui forment la grande majorité du plateau actuel.

La puissance des moteurs, dans tous les championnats, se situera aux alentours de 600 chevaux et un fournisseur électronique commun sera à son tour annoncé au mois de septembre prochain.

Autre différence entre les USA et le “reste du monde”: les concurrents de la série américaine pourront participer aux épreuves des autres championnats – et notamment les 24 Heures du Mans – à condition d’adopter les spécificités aérodynamiques des championnats en question, et avec leur moteur habituel. De leur côté, les équipes des autres championnats pourront courir en USCC en conservant la configuration habituelle de leurs châssis.

Réduction des coûts, augmentation de la sécurité

Ce nouveau règlement et les mesures qui en découlent, dont la première est la sélection de ces quatre constructeurs de châssis, tendent bien à avoir des voitures plus compétitives, un modèle économique performant, viable et maitrisé, un marché global de machines à même de courir en Amérique du Nord, en Asie et en Europe et un excellent niveau de service pour les concurrents,” a ajouté Pierre Fillon.

Le Président de la FIA, Jean Todt, a insisté pour sa part sur la maîtrise des coûts qu’autorise ce nouveau règlement ainsi que sur la sécurité. Deux aspects qui en étaient en fait les priorités.

C’est une nouvelle preuve des efforts de la FIA pour ouvrir la voie vers un sport plus pérenne, qui garde la maîtrise de ses coûts,” dit-il, “et, dans ce cas, travailler avec des partenaires solides tout au long du processus.”

La sécurité est également au cœur de ces nouveaux LM P2. Ils vont intégrer tout le savoir-faire et l’expérience que nous avons acquis sur la réglementation des LM P1 actuels, avec de nouvelles contraintes comme le fait d’avoir des voitures fermées, d’imposer la crash box arrière ou encore les systèmes de rétention des roues.”

Les voitures devront être homologuées et disponibles en janvier 2017 à l’occasion des 24 Heures Rolex de Daytona, première course à mettre en application le nouveau règlement de la catégorie LM P2 et des prototypes du Championnat TUDOR.

partages
Audi admet "une série d'erreurs" qui ne se "répétera pas"
Article précédent

Audi admet "une série d'erreurs" qui ne se "répétera pas"

Article suivant

Strakka va développer son propre châssis LMP1

 Strakka va développer son propre châssis LMP1
Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse Prime

Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse

Le duel entre Ferrari et Porsche pour le titre mondial en GTE Pro a pris une tournure délicate à Bahreïn, où un accrochage entre Alessandro Pier Guidi et Michael Christensen a marqué les derniers instants de course. Ferrari n'est que provisoirement titré, car Porsche a fait appel.

WEC
9 nov. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021