Back to Sebring !

Événement grandiose cette semaine avec le rendez-vous de Sebring, haut-lieu de l’Endurance mondiale, qui propose pas moins de deux courses exceptionnelles en deux jours !

Back to Sebring !

Si les 12 Heures, le samedi, en seront à leurs 67e édition, ce sera en revanche une première pour les 1000 Miles dans le cadre du FIA WEC la veille. Qualifs et course seront à suivre en direct sur Motorsport.tv !

Reprenons les choses dans l’ordre. Évoquons d’abord le calendrier. Il nous faut bien constater que la Super Saison 2018-2019 aura finalement été divisée en deux parties presque distinctes ; la première aura concerné les cinq premières courses, durant l’année 2018 (Spa, Le Mans, Silverstone, Fuji, Shanghai). La seconde, en cette année 2019, regroupe incontestablement Sebring, Spa et Le Mans, avec quatre mois d’intense activité qui se profilent pour tous les acteurs. Et après quatre mois précisément d’interruption depuis les 6 Heures de Shanghai en novembre dernier, il nous tardait de retrouver la caravane du WEC en action. Au passage : quatre mois, c’est beaucoup, c’est trop. Voilà pourquoi la décision d’inclure deux courses à Bahrein et Sao Paulo l’an prochain est particulièrement bienvenue !

Lire aussi :

La course le vendredi !

Evoquons maintenant le "format" de ce Sebring 2018. Que ce circuit fasse désormais partie du Championnat du monde d’Endurance est une évidence, c’était une nécessité absolue ! Que le format soit particulier (1000 Miles, ou 8 heures maximum) est aussi quelque chose qui s’imposait. À circuit "exceptionnel", format "spécial". Jusque-là, tout va bien. Les "soucis" sont à trouver ailleurs sans doute.

On peut supposer qu’on est nombreux à avoir rêvé, quand on a appris que Sebring allait être inclus dans le calendrier, qu’il allait s’agir d’une grande course dans le cadre des 12 Heures, avec tous les participants IMSA et WEC rassemblés au même moment ! Bien sûr, assez vite, on s’est tous dit que mettre ensemble autant de voitures appartenant à au moins six catégories différentes au sein d’une même course, fût-elle la plus prestigieuse de l’Endurance après Le Mans, n’était tout simplement pas possible. Mais on tique quand même un peu de voir le WEC relégué en deuxième niveau ce week-end et devoir faire sa course le vendredi…

#67 Chip Ganassi Racing Ford GT: Ryan Briscoe, Richard Westbrook, Scott Dixon

Certes, ce n’est pas une première : c’est ce qui se passait déjà à Austin lorsque les deux disciplines étaient réunies, et déjà le WEC laissait la primauté du week-end à l’IMSA. Cela ne nous empêche pas de dormir, mais c’est vrai que ça peut donner l’impression que le WEC est course-support de l’IMSA. On imagine que Gérard Neveu et ses équipes se sont posé la question d’organiser les 1000 Miles le dimanche, pour conclure en beauté et en tête d’affiche le rendez-vous floridien – mais qu’on a dû craindre que les spectateurs ne reviendraient pas une fois les 12 Heures achevées et peut-être même y a-t-il eu des contraintes logistiques que nous ne soupçonnons pas… Bref, il faudra faire avec cette course se déroulant en semaine !

Pendant qu’on y est, dernière remarque, concernant les horaires. Sortant de deux courses se déroulant en plein milieu de la nuit en Europe (Fuji, Shanghai) pour cause de décalage horaire, on pouvait penser que le fait de basculer de l’autre côté, aux États-Unis, allait permettre au plus grand nombre de suivre les 1000 Miles à un horaire favorable… Eh bien non, encore raté ! Pour cause sans doute d’occupation de la piste à gérer, les qualifs du WEC seront nocturnes (dans la nuit de jeudi à vendredi, entre 2h30 et 3h30), et la course en majorité nocturne également (départ vendredi soir à 21h heure française, arrivée à 5h du matin). Ce n’est vraiment pas l’idéal pour une diffusion live chez nous, mais au moins vous savez que sur Motorsport.tv, le fichier est regardable à merci et à volonté une fois qu’il est disponible et vous pourrez donc le "déguster" sans problème le samedi si vous ne vous êtes pas offert une nuit blanche floridienne...

Compétition et discussions

Concernant les concurrents, 34 voitures seront présentes, dont Corvette qui enchaîne sur sa participation de Shanghai et engage de nouveau une voiture en GTE Pro. On ne peut que s’en réjouir, même si on espérera mieux de la part des Américains qui ne s’étaient classés que septièmes de leur catégorie en Chine et qui n’avaient pas vraiment pesé sur la course. Cet engagement permettra aussi à MM. Magnussen, Rockenfeller et Garcia d’avoir l’honneur et la lourde tâche de participer aux deux courses de Sebring, ce qui est un sacré défi. Bravo à eux !

#64 Corvette Racing Chevrolet Corvette C7.R: Oliver Gavin, Tommy Milner

On continuera avant tout de suivre la lutte interne chez Toyota, avec un score qui est désormais de deux victoires partout entre les équipages, Fernando Alonso ayant profité de l’intersaison pour rajouter une ligne à son fabuleux palmarès avec un succès aux 24 Heures de Daytona. On ne peut s’empêcher de penser que l’Espagnol aurait sans doute bien aimer participer, en plus des 1000 Miles, aux 12 Heures de Sebring pour augmenter ses records, mais Toyota s’y est opposé.

Toyota qui a confirmé son engagement pour la saison 2019-2020, ce qui est une excellente nouvelle, même si on sait que la discipline est en pleine "agitation" en ce moment concernant le futur règlement Hypercar. C’est encore un certain flou qui règne à ce niveau-là, et on n’a pas l’impression que tous les constructeurs qui s’étaient déclarés intéressés par cette évolution soient à même de concrétiser cet intérêt par une construction effective de voitures et donc par un engagement. Va donc se reposer à Sebring la lancinante question de cet avenir de la discipline, et les responsables de l’ACO auront toute la semaine sous leurs yeux l’IMSA qui se porte très bien, avec le concept des DPi qui satisfait tout le monde... De quoi promettre de nouvelles discussions en coulisses.

Toyota TS050 Hybrid

partages
commentaires
Le programme des 1000 Miles de Sebring

Article précédent

Le programme des 1000 Miles de Sebring

Article suivant

EL1 - Toyota s'installe en tête à Sebring

EL1 - Toyota s'installe en tête à Sebring
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021