Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
42 jours
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
6 jours
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

La FIA s'engage à prendre des mesures sur les sauts artificiels

partages
commentaires
La FIA s'engage à prendre des mesures sur les sauts artificiels
Par :
17 mars 2019 à 15:30

La FIA a promis de prendre des mesures au sujet des sauts artificiels en WRC, à la suite de la controverse qui a touché le Rallye du Mexique la semaine dernière.

La première spéciale du Rallye du Mexique, tracée dans les rues de Guanajuato, a dû être interrompue après qu'un tremplin de saut en métal a été endommagé, provoquant l'envol des voitures à des angles inattendus.

Dans les lignes directrices de sécurité du WRC qu'elle a diffusées pour 2019, la FIA dédie un point aux sauts artificiels, suggérant que leurs dimensions, distance et emplacement sur les spéciales doivent être approuvés par l'instance dirigeante et qu'une spécification standard pourrait être demandée.

Lire aussi :

Yves Matton, directeur des rallyes auprès de la Fédération internationale de l'automobile, a indiqué que cet incident poussait à se pencher avec plus d'attention sur les sauts artificiels. "Nous allons placer cela au sommet de notre liste", a-t-il déclaré à Motorsport.com. "Je ne peux pas accepter ce que nous avons vu dans cette spéciale. Les lignes directrices de sécurité ne sont pas obligatoires, mais nous allons travailler afin de nous assurer que nous avons un saut standardisé pour l'avenir."

Selon le directeur du Rallye du Mexique, Patrick Suberville, c'est le métal choisi pour remplacer certaines pièces de ce saut qui avait causé ce problème. "C'était la même spécification que le saut que nous avons utilisé dans la spéciale urbaine de León et que celui que nous avions utilisé à Mexico", a-t-il expliqué. "Pendant le transport du jump, des plaques ont été enlevées, nous avons donc dû les remplacer sur place, à León. Le problème c'est que le métal que nous avons utilisé pour les plaques était plus fin que celui que nous utilisons normalement. Les plaques se sont tordues après les premières voitures et cela a commencé à faire sauter les voitures de côté et de façons étranges."

Les organisateurs n'ont pas informé la FIA de leur intention d'utiliser le jump, mais Michèle Mouton, déléguée à la sécurité, a rappelé que le document de la FIA était "une recommandation, pas un règlement".

 

Un risque inutile

Les pilotes WRC, quant à eux, ont émis de vives critiques à l'encontre des sauts artificiels. "Ces sauts ont la forme d'une tente, ils sont stupides, surtout quand on les place en ligne droite et qu'on y arrive en cinquième", a commenté Sébastien Ogier. "C'est ridicule. J'espère qu'il y aura du changement avant que l'on ait un drame."

Kris Meeke considère, lui, que cela pose un grave problème de sécurité. "On les passe en troisième et cela peut très facilement envoyer la voiture en tonneau et la détruire, et potentiellement tuer des gens", a-t-il commenté auprès de Motorsport.com. "Quelle image cela donne-t-il ? Cela va mal se terminer. Il s'agit juste d'ajouter un élément de risque inutile dans une zone entourée de spectateurs. Cette spéciale en a-t-elle besoin ? Non. En avons-nous besoin ? Non."

Lire aussi :

Matton a toutefois rejeté les appels des pilotes à interdire totalement les sauts artificiels. "Non, au final, ça n'est pas aux pilotes de décider des règles", a-t-il dit. "Lorsque ces sauts sont correctement placés dans les super spéciales, c'est bien qu'ils fassent partie du show. Nous avons vu, au Portugal par exemple, que les sauts pouvaient être parfaitement bien faits."

Mouton concorde sur ce point, précisant qu'il revenait aux pilotes d'apprécier la vitesse appropriée à avoir pour aborder les jumps. "Le saut n'est pas ridicule, c'est la vitesse qui l'est", a-t-elle dit. "Je suis désolée, mais il faut qu'ils lèvent le pied. Le problème c'est qu'ils veulent aller à fond partout."

L'ES1 et le début du Rallye du Mexique en images :

Article suivant
Une amélioration majeure pour la Hyundai à la mi-saison

Article précédent

Une amélioration majeure pour la Hyundai à la mi-saison

Article suivant

Citroën clarifie sa position sur les futures règles WRC

Citroën clarifie sa position sur les futures règles WRC
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye du Mexique
Auteur David Evans